Vous connaissez Polytechnique ? Découvrez Polyhippique !

International / 29.01.2019

Vous connaissez Polytechnique ? Découvrez Polyhippique !

Il est encore possible d'être candidat au Godolphin Flying Start. Vous vous posez des questions sur ce cursus de deux ans, créé en 2003 par le cheikh Mohammed Al Maktoum ? Amélie Lemercier, dernière française à avoir intégré ce programme, en août 2018, vous plonge en immersion dans sa formation.

Une certaine vision des courses

Le Godolphin Flying Start a été lancé en 2003 par le cheikh Mohammed Al Maktoum, qui souhaitait proposer un enseignement de qualité aux futurs managers de la filière hippique. Ce programme accueille chaque année douze étudiants sélectionnés sur dossier et entretien. Pendant deux ans, de l’Irlande à l’Australie en passant par le Grande-Bretagne, les États-Unis et Dubaï, les stagiaires reçoivent un enseignement particulièrement varié, à l’université comme sur le terrain, complété par des stages chez des professionnels ou des organisations reconnues. Ce programme est entièrement gratuit, ce qui vaut au Godolphin Flying Start d’être reconnu en Grande-Bretagne comme une œuvre caritative.

En quête d’améliorer mes connaissances de notre secteur économique à l’international, j’ai intégré le Godolphin Flying Start il y maintenant plus de six mois. Nous avons passé les trois premiers mois en Irlande, où le quotidien était principalement rythmé de cours en anatomie et physiologie équine à l’université vétérinaire de Dublin ainsi que l’apprentissage du débourrage à Kildangan Stud. Nous avons ensuite continué l’aventure pendant deux mois à Newmarket, avec notamment toute une période à la British Racing School et dans les bureaux de Dalham Hall (base anglaise de Godolphin et Darley). J’ai également eu l’opportunité de pouvoir assister l’agent Alex Elliott à Goffs, ainsi que l’équipe du haras de Bouquetot et Michael Youngs à Tattersalls, lors des ventes.

Au cours de ces six premiers mois, j’ai ainsi découvert la grande richesse de ce programme à travers la qualité des intervenants et des cours que nous recevons chaque jour, mais aussi par les rencontres que nous réalisons avec un très grand nombre de professionnels de renom, leaders dans leurs domaines, qualifiés et pédagogues, dans tous les secteurs économiques des courses.

L’expérience américaine. Je suis arrivée depuis quelques semaines dans le Kentucky, où nous allons rester sept mois. Cette phase est composée de cours de nutrition équine à l’Université du Kentucky, d’une formation en maréchalerie, d’un programme d’accréditation "commissaire et juge" en course. Le reste de notre temps, nous allons effectuer des rotations sur le terrain entre différents haras (poulinages, étalons, jumenterie, yearlings, etc.), travailler pour des entraîneurs, pour une structure dédiée à la reconversion des chevaux de course, mais aussi collaborer aux différents services de Jonabell Farm (base américaine de Godolphin et Darley), tels que le marketing, les nominations, le management de haras, etc.

Les premiers mois de cette aventure sont donc incroyablement fascinants et répondent parfaitement à mes attentes. Les candidatures pour la prochaine promotion du Godolphin Flying Start sont actuellement ouvertes et se clôtureront le 11 février prochain. Afin d’illustrer au mieux la richesse de cette formation, j’ai souhaité que d’autres anciens élèves du Godolphin Flying Start, désormais partie prenante du secteur économique des courses françaises, témoignent également.

Francis-Henri Graffard : « Nous avons autant appris les uns des autres que de nos professeurs »

Entraîneur basé à Chantilly

Que vous a apporté le Godolphin Flying Start ?

Le Godolphin Flying Start apporte une expérience à l’international, une vision globale du secteur économique des courses, la connaissance, l’expérience et les contacts. Cette formation permet aussi d’établir une sincère amitié qui nous sert de soutien, tant sur le plan professionnel que personnel. C’est formidable d’avoir un réseau d’amis proches à travers le monde, dont beaucoup ont suivi le même processus de construction de carrière, de création d’entreprise, de gestion et de croissance, en même temps que moi. Dans le Flying Start, vous rencontrez des personnes avec des ambitions similaires et une passion sans limites pour les chevaux et les courses et qui souhaitent contribuer à l’évolution et au développement du secteur. Cela conduit à de riches débats et à de vivantes discussions durant le programme. Nous avons autant appris les uns des autres que de nos professeurs.

Quel est votre meilleur souvenir lors la phase américaine ?

Le Kentucky est un endroit spectaculaire où l’élevage et le horsemanship sont à un autre niveau. Tout y est possible, vous vous sentez réellement dans le domaine des rêves. Être présent pendant la saison de monte, le meeting de printemps de Keeneland et les préparatoires à la Triple couronne était vraiment excitant. Tout le monde est pris dans le buzz. C'est une période de l'année où les possibilités sont illimitées.

Ludovic Cornuel : « J’utilise ces enseignements au quotidien »

Directeur bloodstock au sein d’Arqana

Que vous a apporté le Godolphin Flying Start ?

Le Godolphin Flying Start permet de rencontrer et d’apprendre auprès de professionnels experts dans leur domaine à travers le monde. Une autre force du programme est également d’approfondir ses connaissances sur le(s) segments(s) du secteur déjà expérimentés tout en découvrant toutes les autres facettes de ce dernier. Ainsi, mes différents stages chez des entraîneurs, dans des haras ou avec des courtiers m’ont beaucoup apporté et j’en utilise les enseignements au quotidien.

Quel est votre meilleur souvenir lors la phase américaine ?

Il est difficile de résumer six mois en quelques lignes mais je garde de très bons souvenirs de l’école de maréchalerie ou de la saison de poulinages. J’ai également particulièrement apprécié et appris des séances d’analyse de conformation (et l’impact de cette dernière sur la carrière du cheval) avec les différents intervenants rencontrés au cours de cette phase et notamment celle avec le Dr. Larry Bramlage, une référence en la matière.

Jérôme Reynier

Entraîneur basé à Marseille

Que vous a apporté le Godolphin Flying Start ?

Le Godolphin Flying Start m'a ouvert l'œil sur différentes méthodes de travail, que ce soit dans l'élevage ou bien à l'entraînement. C'est une merveilleuse opportunité de tisser des contacts à travers le monde et l'équipe des douze membres de la session devient, à terme, une grande famille sur laquelle nous pouvons toujours nous appuyer.

Quel est votre meilleur souvenir lors la phase américaine ?

La phase américaine restera à jamais gravée dans ma mémoire car elle était un mélange de tout. Faire les pieds des juments dans des prés gelés par des températures négatives, entraîner des chevaux aux côtés des plus grands entraîneurs à Hollywood Park, vivre l'effervescence du week-end du Kentucky Derby, pouliner des championnes comme Ashado qui venait d'être achetée 9 millions de dollars, pleine de Storm Cat. C’était exceptionnel.

Benoît Jeffroy : « Une ouverture d’esprit »

Stud manager - Haras de Bouquetot

Que vous a apporté le Godolphin Flying Start ?

Au plus profond, le Godolphin Flying Start est un mode de vie où l’on apprend à vivre, à travailler en groupe et à partager nos expériences de culture multiple. Ceci nous permet de progresser dans tous les domaines à une vitesse grand V et encore aujourd’hui, car nous restons très liés. Le Flying Start m’a apporté cette ouverture d’esprit et de nombreuses connaissances en un laps de temps record. 

Quel est votre meilleur souvenir lors la phase américaine ?

Mon stage chez Todd Pletcher. Sur la trentaine de boxes, nous avions 25 gagnants ou futurs gagnants de Gr1, ç'a été un moment extraordinaire de pouvoir analyser autant de bons chevaux au même endroit tous les jours, d'English Channel en passant par la future championne Rags to Riches, tout en ayant The Green Monkey (le cheval de breeze up le plus cher de l’histoire) dans le barn. Mais mon plus beau souvenir reste Scat Daddy, car je m’en occupais du matin au soir pendant ces 6 semaines et je m’y étais vraiment attaché. La suite on la connaît…

Fanny Cyprès : « Un véritable incubateur »

Nominations au sein des Aga Khan Studs

Que vous a apporté le Godolphin Flying Start ?

Durant ces deux années d'exploration du "monde pur-sang", pas un jour ne s'est passé sans que je n'apprenne quelque chose de nouveau ou que je ne rencontre une nouvelle personne ! Ce programme est un véritable incubateur où tout est mis en œuvre pour exploiter notre potentiel, et ce, quel que soit notre projet d'avenir. Cela m'a permis de progresser en anglais tout en apprenant énormément, tant sur le plan professionnel que sur le plan humain, et d'avoir une ouverture d'esprit ; ce qui est primordial aujourd'hui pour évoluer au sein d'une filière devenue très internationale et où les relations entre les différents acteurs jouent un rôle prépondérant. On nous l'a assez dit : le horse business est avant tout un people business. J'ai pu rencontrer de nombreuses personnes, dans le monde entier, avec lesquelles je suis encore en contact ou travaille aujourd'hui. 

Quel est votre meilleur souvenir lors la phase américaine ?

Le souvenir d'American Pharoah qui remporte la Triple couronne (35 ans après Affirmed) restera à jamais gravé dans ma mémoire. J'avais aussi eu la chance d'assister à son triomphe dans le Kentucky Derby quelques semaines plus tôt ... et l'ambiance était déjà incroyable à Churchill Downs ! Mais le jour des Belmont Stakes, ce cheval a écrit l'histoire... Les rugissements et l'hystérie de la foule nous ont plongés dans une autre dimension ! 

Sébastien Desmontils : « La force d’un réseau international »

Nominations et bloodstock - Haras de Bouquetot

Que vous a apporté le Godolphin Flying Start ?

Les fondamentaux pour démarrer dans le secteur économique du pur-sang grâce aux différents stages et ateliers qui sont à valider pendant les deux ans autour du monde, sans oublier la force d’un réseau international que l’on construit jour après jour pendant cette même période où nous sommes amenés à rencontrer énormément de personnes, toutes plus qualifiés les unes que les autres dans leur domaine.  

Quel est votre meilleur souvenir lors la phase américaine ?

Avoir fait partie de l’entourage de l’équipe de Mickael Matz pendant la période où il a remporté les Belmonts Stakes avec Union Rags, et la saison de poulinages à Gainsborough Farm.

Amandine Lee-Warner : « Un relationnel incroyable au niveau international »

Directrice de territoire pour Equilume (Australie et Nouvelle-Zélande).

Que vous a apporté le Godolphin Flying Start ?

Le Godolphin Flying Start m’a apporté bien plus qu’espéré et si je dois résumer, ce serait tout d’abord un relationnel incroyable dans le pur-sang au niveau international.  Ensuite les connaissances nécessaires pour comprendre toute la filière galop et communiquer au mieux avec les différents acteurs du secteur qui nous entourent au quotidien dans notre travail, que ce soit dans les bureaux ou sur le terrain.

Quel est votre meilleur souvenir lors la phase américaine ?

La phase américaine fut remplie de très bons souvenirs grâce à l’accueil chaleureux reçu par tous les professionnels de la filière. Si mon stage chez Pin Oak Stud avec Clifford Barry fut une expérience incroyable, la formation maréchalerie, que ce soit au niveau théorique ou pratique, fut très enrichissante, même sous la neige !