Allô les joueurs ? Ici les pros !

Courses / 01.02.2019

Allô les joueurs ? Ici les pros !

Thomas Huet, jockey de plat, est l’un des fondateurs d’Off Course Turf, une application sur smartphone lancée en septembre dernier. Le concept ? À l’ère des réseaux sociaux, les professionnels (jockeys, drivers et entraîneurs des trois disciplines) postent des vidéos en donnant des informations aux parieurs sur leurs partants. Le petit plus ? Ils se filment eux-mêmes avec leur téléphone. Sur Off Course Turf, les utilisateurs ont accès, dès 1 h du matin, aux vidéos de chaque professionnel sur leurs partants du jour. Une façon de s’immerger dans leur quotidien de passionnés !

Jour de Galop. - Comment est née l’idée d’Off Course Turf ?

Thomas Huet. – Dans un esprit fédérateur, l’idée est de mettre à la disposition de la filière, dans l’intérêt de tous, un nouvel outil de communication 2.0 pour les professionnels à destination de ceux qui nous font vivre, les parieurs. En participant à des réunions avec les associations de turfistes, j’ai compris qu’ils avaient une attente d’information, de transparence et d’intégrité. Off Course Turf, alimenté par les professionnels, est un moyen de leur ouvrir les portes de notre univers. Certains tiennent des pages Facebook ou Twitter, mais tous ne sont pas à l’aise avec ces moyens de communication et, pour les parieurs, il n’est pas toujours évident, sur les fils d’actualité, de trouver l’information dont ils ont besoin. Sur Off Course Turf, il y a ce côté intimiste inspiré des réseaux sociaux comme Snapchat, avec une facilité d’utilisation pour les professionnels.

Vous avez lancé l’application en septembre dernier. Comment la sauce a-t-elle pris ?

Nous avons actuellement 250 professionnels qui ont signé avec nous et qui postent régulièrement des vidéos. Nous en sommes à 1.800 téléchargements de l’application, et à plus de 40.000 vues uniques. Nous sommes trois associés à l’origine de cette application : Carole Desmetz, spécialisée dans la communication, notamment via les réseaux sociaux, Baptiste Moncomble, très impliqué dans le commercial avec les professionnels et les hippodromes, et moi-même, à la disposition, entre autres, des institutions. Alexia Boutin est actuellement en stage avec nous. Nous gérons tous les quatre le fonctionnement de l’application et sa promotion.

Cette application ne fait-elle pas concurrence au travail des journalistes et des pronostiqueurs des grands médias comme Equidia ou Paris-Turf ?

Je ne le vois pas comme ça. C’est un outil complémentaire, et nous ne faisons pas de pronostics. Nous apportons un conseil. Equidia ou les autres médias ne peuvent pas interroger chacun des professionnels ayant un partant dans la course à venir. Il leur faut faire des choix. Mais le turfiste, lui, souhaite avoir le maximum d’informations possible pour faire ses jeux. Les professionnels qui collaborent avec nous n’ont par ailleurs aucun contrat d’exclusivité. Participer à Off Course Turf ne les empêche pas de communiquer par d’autres biais. L’atout principal d’Off Course Turf est d’essayer de donner la parole à tous les professionnels, mais également de donner accès à l’information aux gens qui ne peuvent pas être devant la télé durant la journée. L’idée c’est : « Vos pros dans votre poche… toute la journée. »

Les turfistes sont-ils prêts à payer pour avoir accès à de telles informations ?

Dans le contexte actuel, ce n’est pas évident, mais je suis persuadé que, pour avoir une information de qualité, comme celle que nous diffusons, il existe un public. Nous proposons plusieurs formules sous forme de crédit unitaire ou d’abonnement à partir de 0,99 € par crédit et de 19,99 € mensuellement, ce qui me semble accessible vu le contenu que nous proposons. Les professionnels, eux, sont rémunérés selon le nombre de vues de leurs vidéos. 

Ils collaborent à Off Course Turf

Gabriel Leenders : « Dans le contexte actuel, où l’on souffre d’un manque de joueurs, je pense qu’il est important de leur donner confiance en nous, de leur montrer notre intégrité. Il y a un souci de transparence. De plus, l’utilisation d’Off Course Turf, pour nous, professionnels, est très simple. On filme, on envoie, et voilà ! »

Alexandre Abrivard : « Il est important de communiquer pour informer les parieurs, surtout dans le contexte actuel. Le choix des informations que nous souhaitons livrer compte aussi. L’utilisation de l’application est très simple pour nous. On peut réaliser des vidéos n’importe où, d’une façon détendue et très rapidement ! »

Mayeul Caire : « Off Course Turf : on vous le recommande chaudement ! »

Il faut dire un très grand bravo à l’équipe d’Off Course Turf. Au moins pour deux raisons. La première, c’est que leur application est géniale. Que vous soyez joueur ou pas, essayez-la, vous allez vous régaler de ces mini-vidéos prises sur le vif. La seconde, c’est que les courses ont un IMMENSE besoin de ce genre de projets grand public, parce qu’ils sont innovants, faciles d’accès, positifs… et surtout parce qu’ils donnent vraiment envie de s’intéresser aux courses et de « mettre sa pièce ».

Off Course Turf apporte une bouffée d’air frais dans un univers médiatique parfois (je n’ai pas dit toujours) ampoulé, négatif et souffrant d’un manque d’émulation. Tout le monde doit encourager Off Course Turf : JDG doit l’encourager, vous devez l’encourager en en parlant autour de vous, Equidia et Paris-Turf doivent l’encourager sans crainte de la concurrence que cela représente car ce n’est pas une concurrence mais un stimulus utile, qui ne peut que faire croître les parts de marché ! Et l’Institution des courses elle aussi doit s’en réjouir, car plus il y aura de projets pour stimuler la consommation de paris hippiques et pour développer la culture courses en France, plus longtemps les courses prospéreront !