Avant de rencontrer Eminent, Winx survole son retour en piste

International / 16.02.2019

Avant de rencontrer Eminent, Winx survole son retour en piste

ROYAL RANDWICK (AU), SAMEDI

APOLLO STAKES (Gr2)

Plus de 15.000 fans, habillés en bleu et blanc, se sont rendus ce samedi à Royal Randwick pour assister au retour en piste de Winx (Street Cry) dans les Apollo Stakes (Gr2, 1.400m). La championne n’a pas déçu son public, bien au contraire. En grande danseuse qu’elle est, sa classe a éclaboussé l’ensemble de l’assistance. Faire rentrer une jument de 7ans, sur une distance un peu courte, est toujours un risque. Et parfois, au retour de ses vacances, Winx a un peu manqué de concentration, surtout au départ. Cette fois, comme si elle avait compris que c’était la première étape de sa tournée des adieux, Winx est bien partie. Son jockey, Hugh Bowman, a pu la garder bien au chaud en cinquième place du petit peloton emmené à un train régulier par Tom Melbourne (Dylan Thomas). Le pilote a expliqué : « Mon objectif était d’avoir Happy Clapper (Teofilo) en ligne de mire. J’ai pu bien cadencer Winx avant de lui demander l’effort à 200m du poteau. Vous avez vu comme elle a répondu ! »

Les 600 derniers mètres en 33”01. Pour mieux comprendre la performance de Winx, qui a remporté son trentième succès consécutif et une troisième fois les Apollo Stakes, il suffit de jeter un œil au chronomètre. La championne a bouclé les 1.400m en 1’20”88, ce qui n’est pas très loin du record de la piste (1’20”33), qui appartient à Trapeze Artist (Snitzel). Elle l’a fait sans forcer son talent, pour sa rentrée, et sur une distance qui n’est pas la sienne ! Lorsqu’elle a fait parler sa classe, elle a déposé Happy Clapper en quelques foulées. Winx a parcouru les 600 derniers mètres en 33”01, c’est-à-dire plus vite que les sprinters de niveau Gr2 qui ont évolué 40 minutes après.

L’orgueil d’un pays. Le galop australien, sous pression après les affaires de Darren Weir et Ben Currie, se raccroche à sa star. L’entraîneur Chris Waller a dit : « C’est un soulagement. Ce qu’elle fait pour les courses, c’est une question d’honneur pour moi. Nous sommes un grand sport et Winx place les courses dans un contexte positif. C’est aussi un soulagement personnel parce qu’elle ne veut pas nous dire quand elle en a marre. Nous avons pris une décision un peu risquée en la gardant à l’entraînement. La course de rentrée, c’est toujours difficile. » Le public australien aura le plaisir d’applaudir Winx encore trois fois : dans deux semaines, elle sera au départ dans les Chipping Norton Stakes (Gr1), ensuite elle ira aux George Ryder (Gr1), le 23 mars à Rosehill, avant de tirer sa révérence le 13 avril dans les Queen Elizabeth à Royal Randwick.  Eminent (Frankel) a du souci à se faire…