DANS LA CUISINE DES GRANDS ÉLEVEURS - D’Auteuil à Keeneland, les ambitions protéiformes d’Étreham

Élevage / 08.02.2019

DANS LA CUISINE DES GRANDS ÉLEVEURS - D’Auteuil à Keeneland, les ambitions protéiformes d’Étreham

DANS LA CUISINE DES GRANDS ÉLEVEURS

D’Auteuil à Keeneland, les ambitions protéiformes d’Étreham

À la manière des grands chefs, ils ont leurs secrets pour élaborer les champions de demain… Jour de Galop vous propose une immersion dans les cuisines des principaux éleveurs de plat et d’obstacle qui ont bien voulu nous dévoiler leurs plans de monte pour la saison 2019. Ce vendredi, nous avons rendez-vous avec Nicolas de Chambure. Le haras d’Étreham, qu’il dirige, est au cœur d’une spirale positive et internationale, en plat comme sur les obstacles.

Par Adrien Cugnasse

Cette semaine, Nicolas de Chambure nous a confié : « Aujourd’hui plus de la moitié de nos juments appartiennent à des associations. Celles-ci sont composées à la fois d’amis et de clients de longue date, mais également de jeunes éleveurs, comme Philippe Lazard ou Steve Burgraff. Ces dernières années, nous avons eu aussi la chance d’accueillir de nombreux associés étrangers comme Peter Vela ou Runnymede farm. Nous ne parlons parfois pas assez des éleveurs sans sol qui ont pourtant un rôle très important dans l’élevage français. » Étreham et ses associés ont activement soutenu leurs étalons ces dernières années : « En 2018, nous avons confié une quinzaine de juments à chacun de ces trois sires : Almanzor (Wootton Basset), Wootton Basset (Iffraaj) et Scissor Kick (Redoute’s Choice). Cela représente une bonne proportion (2/3) entre nos étalons maison et les étalons extérieurs. Le plus souvent, chaque jument est appelée à être saillie par de jeunes sires, en alternance avec des reproducteurs bien établis. Ceci nous permet de lancer nos juments avec des chevaux prouvés tout en soutenant nos étalons. Ce système nous permet également de varier énormément le type de mères que nous allons par exemple présenter à Almanzor. Finalement, à grands traits, on peut dire que ce dernier aura eu accès à une quarantaine de juments de notre effectif lors de ses trois premières années de monte ! » C’est le cas d’Interesting (Raven's Pass). Elle fut assez précoce pour gagner deux courses à 2ans, tout en se classant deuxième du Prix Éclipse (Gr3). Elle est issue d’une magnifique lignée maternelle, sa mère With Fascination (Dayjur) étant montée sur le podium des Prix de la Salamandre et Morny (Grs1), alors que sa deuxième mère a remporté trois Grs1 outre-Atlantique. L’éleveur précise : « Elle fait partie des juments acquises spécialement pour soutenir Almanzor. Cette famille semble bien fonctionner avec le sang de Mr Prospector, dont Wootton Basset et son fils Almanzor sont porteurs. Interesting était une jument "vite", assez ramassée. On peut donc penser que son physique est compatible avec celui d’Almanzor. Lors de ses deux premières années de reproduction, elle a été saillie par des étalons dont on connaît bien la valeur – Iffraaj et New Approach. Dès lors, nous avons pris l’option de la confier à nouveau à Almanzor en 2019. »

D’autres bonnes juments pour Almanzor et Wootton Basset. Garance (Teofilo), élevée au haras d’Étreham, a décroché trois places au niveau Listed, de 1.600 à 1.900m, durant son année de 3ans. C’est une fille de Germance (Silver Hawk), lauréate des Prix Saint-Alary (Gr1), Pénélope et de la Nonette (Grs3). À son sujet, Nicolas de Chambure a déclaré : « Après avoir donné un mâle par Wootton Bassett cette année, Garance sera saillie par Zoffany (Dansili). C’est un cheval confirmé, dont le prix de saillie me paraît compétitif. C’est aussi une famille tardive qui a besoin qu’on lui ramène un peu d’influx, un peu de précocité. Ce croisement avec Zoffany me paraît donc être un excellent compromis. Sa mère, Germance, a malheureusement avorté de Wootton Basset. Elle va donc revenir à cet étalon qui doit être capable de garantir une certaine précocité, tout en apportant un peu de physique à cette famille qui a parfois tendance à en manquer. » Penny Lane (Lord of England) a gagné le Prix des Sablonnets (L) et elle est montée sur le podium du Prix Cléopâtre (Gr3). « Nous cherchions des juments pour soutenir Almanzor et nous avons su par l’intermédiaire de Laurent Benoit que son propriétaire était éventuellement prêt à s’associer. Qualiteuse, elle a beaucoup de chic mais n’est pas très grande, ce qui convient très bien à Almanzor au modèle. Après Almanzor, elle ira à Wootton Basset cette année. C’est une famille allemande avec un peu de précocité. » Robanne (Paco Boy) est montée sur le podium des Oh So Sharp Stakes et des Nell Gwyn Stakes (Grs3). « Nous l’avons acquise à Goffs l’année dernière, pour soutenir Almanzor. Elle a produit un très joli mâle et va aller à Camelot (Montjeu). Encore une fois, il s’agit d’une alternance entre jeune sire et reproducteur plus confirmé. C’est une jument très épaisse, très athlétique. Sa vitesse devrait lui permettre de bien croiser avec Camelot. » Parmi les bonnes juments qui vont soutenir Almanzor, on peut citer Suissesse (mère de Sans Équivoque, Critérium de Maisons-Laffitte, Gr2) et Via Firenze (placée des Balanchine, Gr2, du Prix Bertrand de Tarragon et du Prix Fille de l’Air, Grs3).

Des australiennes. C’est suffisamment rare en France pour être souligné. Le haras d’Étreham a acheté plusieurs juments australiennes, dont Selenia (Not a Single Doubt). « Nous avons acquis plusieurs juments en Australie afin de varier les courants de sang. À mon sens, c’est une nécessité, il ne faut pas s’enfermer dans ses familles. Nous voulions soutenir Almanzor avec de bonnes juments ayant montré de la qualité à 2 ans. Selenia est une gagnante de Gr3 à cet âge, par un étalon qui est un vrai vecteur de précocité et de vitesse. C’est une petite fille de Danehill (Danzig) qui croise bien avec la lignée d’Ifraaj, Selenia est une jolie jument, racée et faite en 2ans. C’est un marché fort, mais le taux de change compense un peu les prix d’achat. »

Soutenir Scissor Kick. Lemon Twist (Marju) est la sœur de deux lauréats de Listed et elle est issue de la souche des Classiques Latice (Prix de Diane, Gr1) et Lawman (Prix Jean et Prix du Jockey Club, Grs1). Elle a déjà donné naissance à Al Wathna (Nayef), gagnante du Prix de Malleret (Gr2), et actuellement poulinière au haras de Bouquetot. Nicolas de Chambure nous a dit : « Elle fait partie des mères acquises pour soutenir notre étalon Scissor Kick (Redoute’s Choice). Ce croisement nous a donné une très belle pouliche l’année dernière. Elle ira à Almanzor cette année, comme en 2018. Elle a des courants de sang originaux qui la rendent très facile à croiser. » Issue d’Airwave (Cheveley Park Stakes, Gr1) et nièce de Churchill (Dubai Dewhurst Stakes, Goffs Vincent O’Brien National Stakes, 2.000 Guinées et Irish 2.000 Guinées, Grs1), Nehalennia (Giant's Causeway) est déjà la mère d’un black type aux États-Unis. Nicolas de Chambure détaille : « Elle a un papier remarquable et très vivant. Nous l’avons elle aussi achetée pour soutenir Scissor Kick. Elle a ensuite été saillie par Almanzor. Et elle va retourner à Scissor Kick, car son yearling est très réussi. Giant’s Causeway (Storm Cat) est un très bon père de mère. » Nehalennia a été acquise aux États-Unis : « Nous ne ciblons pas forcément ce marché pour trouver des juments, même si pour des juments européennes, il y a souvent moins de concurrence là-bas. C’est donc plutôt une question d’opportunités. » My Year is a Day (King’s Best) a gagné le Critérium de l’Ouest (L). « Après avoir soutenu Scissor Kick la première année, elle est allée à Le Havre (Noverre). Ce dernier fonctionne bien avec les filles de King’s Best (Kingmambo) aussi. Il est par ailleurs le père de mère d’Amilcar (Wootton Basset), gagnant du Prix Herod (L). Cela nous incite à croiser My Year is a Day avec Wootton Basset en 2019. »

Un achat avisé. Lorsque le haras d’Étreham et ses associés ont acquis Just Georgeous (Galileo), elle était surtout la fille de Halfway to Heaven (Pivotal), lauréate des Guinées d’Irlande, des Nassau Stakes et des Kingdom of Bahrain Sun Chariot Stakes (Grs1). Or, en l’espace de trois années, cette dernière est devenue la mère de Rhododendron (Galileo), gagnante du Dubai Fillies' Mile, des Al Shaqab Lockinge Stakes et du Prix de l’Opéra (Grs1), mais également de Magical (Galileo), lauréate des Qipco British Champions Fillies & Mares Stakes (Gr1). Nicolas de Chambure a dit : « Nous l’avons achetée à Coolmore à l’amiable il y a quelques années, avec un certain bonheur, car entre temps Magical et Rhododendron ont enrichi le papier. C’est actuellement l’une des familles les plus vivantes du stud-book. Avec les sangs de Galileo et Pivotal, son papier est extraordinaire. Après être allée à la saillie de deux étalons prouvés – Invincible Spirit et Dansili – Just Georgeous a rencontré Almanzor l’année dernière. En 2019, elle ira Kingman (Invicible Spirit). Ce n’est pas une famille de grands chevaux. Kingman doit pouvoir apporter un peu de modèle et il croise bien avec les courants de sang qu’apporte Just Georgeous. Nous voulons en profiter car c’est un jeune étalon sur la montante, avec de très bons résultats. »

En association avec Mohamed Fahad Al-Attiyah. Chez les pur-sang anglais, la casaque du Qatari Mohamed Fahad Al-Attiyah s’est fait connaître grâce à Mission Impassible (Galileo), lauréate du Prix de Sandringham (Gr2), mais également sur le podium des Queen Elizabeth II Challenge Cup Stakes et du Total Prix Marcel Boussac (Grs1). Sa mère Margit Did (Exceed And Excel) a remporté les Nunthorpe Stakes (Gr1). Nicolas de Chambure détaille : « Mission Impassible est promise à Almanzor. C’était une super jument de course, malchanceuse dans la Poule et battue par une très bonne jument dans le Queen Elizabeth II. Sa propre sœur, âgée de 2ans, est à l’entraînement chez Fabrice Chappet. »

Refaire le croisement magique. Le croisement de Sea the Stars (Cape Cross) sur une fille de Kingmambo (Mr Prospector) a donné pas moins de cinq black types, dont deux gagnants de Gr1 : Cloth of Stars (Prix Ganay, Gr1, deux fois sur le podium de l’Arc, meilleur cheval français en 2018) et Zelzal (Prix Jean Prat, Gr1). C’est aussi celui de Sivolière (Critérium du Bequet - Ventes Osarus, L, troisième du Prix du Calvados, Gr3). Sa mère Sefroua (Kingmambo) actuellement pleine d’Almanzor, va retourner au fils d’Urban Sea (Miswaki) : « Nous avions un très beau mâle par Sea the Stars qui s’est tué accidentellement à l’entraînement. Nous rêvions déjà d’en faire un étalon. La jument a une très belle Le Havre que nous allons faire courir. Suphala (Frankel), qui prend 3ans, est à l’entraînement chez André Fabre. Nous fondons beaucoup d’espoirs en elle. » Sefroua est issue de la famille américaine de l’étalon Vocalised, lequel est présent dans le papier d’une autre jument du haras : « Steip Amach (Vocalised) a été achetée à l’amiable auprès de Jim Bolger. Elle s’est classée deuxième des Prix Rothschild et Jean Romanet (Grs1) pour l’entraînement de David Smaga nous apportant de belles émotions. Après Galileo et Dubawi, son terme est un peu tard dans la saison. Nous voulions donc qu’elle soit saillie en France et elle ira à Siyouni. Il va donner de l’épaisseur à cette grande jument qui manque un peu de substance. C’est un papier très original. On connaissait bien Vocalised (Vindication), car il est issu de la famille de Sefroua. Jusqu’à présent, nous avions toujours privilégié les familles plutôt que les performances. Afin d’équilibrer un peu notre jumenterie, nous avons voulu racheter ces dernières années quelques bonnes juments de course. Et Steip Amach en faisait partie. »

Hors de France. En dehors des étalons précités, Étreham va envoyer des juments à Showcasing (Oasis Dream), Kodiac (Danehill), ainsi qu’à No Nay Never (Scat Daddy) pour Unaided déjà mère de la gagnante de Gr.1 Uni. Purely Priceless (Galileo), va elle être saillie par Lope de Vega (Shamardal). C’est une fille de Peeping Fawn (Danehill), championne à 3ans en Europe et lauréate des Oaks d’Irlande, des Yorkshire Oaks, des Pretty Polly Stakes et Nassau Stakes (Grs1). Trois juments sont par ailleurs stationnées aux États-Unis en association avec Runnymede Farm. Le marché y est très fort et offre de nombreuses opportunités. Nicolas de Chambure y voit aussi l’occasion : « de diversifier un peu les courants de sang et pourquoi pas, à terme, d’en ramener certains en France ». Smashing Serena (Violence), dotée d’un pedigree mixte turf/dirt, va être saillie par Into Mischief. Esprit de Vie (Street Cry) a donné une yearling par Medaglia d’Oro (El Prado) qui a été acquis un million de dollars par Godolphin. Elle va être saillie par Uncle Mo (Indian Charlie). Light the Sky (Tapit), pleine d’Arrogate (Scat Daddy), est promise à Union Rags (Dixie Union).

En obstacle, la qualité plus que la quantité. Comme un certain nombre de haras français de premier plan, Étreham se positionne aussi sur le haut du marché de l’obstacle. À ce sujet, Nicolas de Chambure nous a confié : « Nous avons deux vraies juments d’obstacle : Kalikova (Irish Wells) et Ava (Kamsin). Kalikova n’a pas couru, mais elle est la sœur de trois black types et sa souche, celle du haras des Coudraies, fait référence. Elle va à Saint des Saints (Cadoudal) depuis trois années. On sait qu’il fonctionne bien sur cette famille, avec notamment Kobrouk (Prix Congress, Gr2, deuxième des Prix Maurice Gillois & Ferdinand Dufaure, Grs1). De même le croisement de Saint des Saints sur une fille d’Irish Wells (Poliglote) a déjà donné quelques résultats, à l’image de Saint Sonnet (Saint des Saints), invaincu à Auteuil. Notre idée de départ était d’acheter quelques juments bien nées pour essayer de sortir un mâle par Saint des Saints ayant un potentiel d’étalon. À ce titre, le premier produit de Kalikova, qui est encore entier, va partir à l’entraînement. Elle nous a ensuite donné une femelle. Pour 2019, deux options sont envisageables : si son produit par Saint des Saints est un mâle, elle ira à Masked Marvel (Montjeu). Le cas échéant, elle retournera à Saint des Saints. Kalikova est une belle jument, assez marquée par son grand-père, Poliglote (Sadler’s Wells) tout en ayant conservé un certain modèle. Avec Saint des Saints, on obtient un inbreeding sur Cadoudal (Green Dancer), en 4×3, ce qui est encore peu courant malgré l’influence de ce grand étalon sur l’élevage français. » Ava (Kamsin), saillie par Saint des Saints en 2018, lui sera à nouveau présentée en 2019. Elle est dotée d’un profil rare et polyvalent. Quatrième de Listed à Auteuil, c’est la propre sœur d’Adjali (deuxième du Coral Finale Juvenile Hurdle, Gr1). Mais c’est aussi la sœur utérine d’A Raving Beauty (First Lady Stakes & Longines Just A Game Stakes, Belmont Park, Gr1, troisième de la Breeders' Cup Filly and Mare Turf, Gr1).