Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

DANS LA CUISINE DES GRANDS ÉLEVEURS - La Pérelle tend vers l’excellence

Élevage / 11.02.2019

DANS LA CUISINE DES GRANDS ÉLEVEURS - La Pérelle tend vers l’excellence

Par Charlotte Rimaud

À la manière des grands chefs, ils ont leurs secrets pour élaborer les champions de demain... Jour de Galop vous propose une immersion dans les cuisines des principaux éleveurs de plat et d’obstacle, qui ont bien voulu nous dévoiler leurs plans de monte pour la saison 2019. Ce lundi, nous avons rendez-vous avec Didier Barassin, directeur du haras de La Pérelle.

Année après année, le haras de La Pérelle tente d’améliorer sa production avec l’apport d’étalons présentant davantage de précocité et de vitesse. Le haras achète également tous les ans quelques juments lui permettant ainsi d’accéder à de nouvelles familles. Didier Barassin nous a dit : « Sur la trentaine de poulinières que nous avons, onze sont sœurs d’un gagnant de Gr1 et trois sont mères d’un gagnant de Gr1. Nous partageons nos juments entre étalons confirmés et jeunes sires avec un potentiel commercial. Nous utilisons également nos parts d’étalons : Siyouni, Le Havre, Wootton Bassett, Zarak ou encore Al Wukair. L’élevage français et ses étalons sont sur le chemin de la gloire, à l’image de ce à quoi nous assistons en obstacle. Nos étalonniers recrutent de beaux sujets, à nous de les soutenir. Nous devons croire en notre avenir. »

Les origines de Gracefully perdurent. Au haras de La Pérelle, on connaît bien Gracefully (Orpen), qui a aujourd’hui 18ans. Lauréate des Prestige Stakes (Gr3), elle est la mère de quatre gagnants black types, dont Giofra (Dansili), gagante des Falmouth Stakes (Gr1) et du Prix d’Harcourt (Gr2). Didier Barassin précise : « Gracefully est pleine de Frankel et visite Siyouni cette année. Quant à sa fille Giofra, elle est suitée d’une femelle de Galileo et ira à Roaring Lion. » Jusqu’à présent, les deux produits de Giofra se sont bien vendus, le premier atteignant même le top price de la vente de yearlings d’août 2017, à Arqana. Ce fils de Dubawi avait été acheté 1.550.000 € par Kerri Radcliffe Bloodstock. Issue de la même famille, Gradara (Montjeu) est pleine de Dabirsim et sera saillie par Oasis Dream en 2019.

Optimisation des parts d’étalons. Quezon Sun (Monsun), qui s’était classée troisième du Prix Petite Étoile (L), est notamment la mère de Mille et Mille (Muhtathir), lauréat du Prix du Cadran (Gr1). Didier Barassin raconte : « Quezon Sun est une fille de Monsun, elle est black type et mère de trois chevaux black types, Quanzhou (Dubawi), Mille et Mille, et Capo Maximo (Cape Cross). Elle est pleine de Teofilo et visitera aussi Siyouni. » Quamoclit (Sea the Stars), autre fille de Quezon Sun restée inédite, sera saillie par Le Havre, après avoir pouliné de Muhtathir. « Le Havre est aussi programmé pour Extreme Green (Motivator), une sœur de Moonlight Cloud (Invincible Spirit). »

Encore de la vitesse pour Reggane. Reggane (Red Ransom), élevée au haras, fait partie des poulinières gagnantes de Gr1. Elle a remporté les E.P. Taylor Stakes (Gr1) et s’est classée deuxième des Coronation Stakes : « Reggane est pleine de Siyouni. Elle ira à No Nay Never (Scat Daddy) cette année. » Reggane a déjà donné deux gagnants. Elle a une yearling par Le Havre et sa 3ans, par Iffraaj, est à l’entraînement chez Alain de Royer Dupré sous les couleurs de son éleveur.

L’excellence pour Cladocera. Autre produit maison, Cladocera (Oasis Dream) n’est pas passée loin de son Gr1. Elle a conclu deuxième des Matron Stakes (Gr1) de Legatissimo (Danehill Dancer), après avoir gagné les Cape Verdi Stakes et les Balanchine (Grs2) à Meydan. Elle a déjà eu deux produits, une 2ans par Dubawi et un yearling par Galileo. « Son yearling par Galileo est superbe, et elle est pleine de Dark Angel. Cette année, elle visitera Frankel. »

Gagnante du Prix de Psyché (Gr3) pour les couleurs Pérelle, Dalarua (King’s Best) est la mère d’une gagnante, Denga (Invincible Spirit). Elle doit pouliner d’un foal par Shalaa et sera saillie par Kodiac.

La grande famille des "V" Lagardère. Celenza (Dansili), achetée aux Aga Khan Studs à la vente d’élevage Arqana de décembre 2011, est une sœur de Vadamos (Monsun), qui a offert à son éleveur, le haras de Saint-Pair, une victoire dans le Qatar Prix du Moulin de Longchamp (Gr1). Il s’agit d’une souche Lagardère et Didier Barassin explique : «C'est la grande famille Lagardère des "V" qui a donné Val Royal (Royal Academy), Valyra (Azamour) ou encore Vadawina (Unfuwain). Celenza est déjà la mère de Tornibush (Dream Ahead), gagnant de Gr3. D’ailleurs, elle est pleine de Dream Ahead, pour refaire Tornibush. » Cette année, elle rencontrera Shalaa. Cossonay est une fille de Celenza par Pivotal. Elle n’a pas couru. Cette jeune jument a comme premier produit une femelle d’Al Wukair. Elle rencontrera cette année Dream Ahead.

La sœur de Monsun promise au jeune Anodin. Morning Sun (Law Society) a été achetée yearling à Tattersalls, en octobre 2004. À l’époque, son grand frère, Monsun (Königsstühl), s’était déjà distingué sur les pistes et au haras. Morning Sun n’a pas couru, mais Didier Barassin précise : « Cette sœur de Monsun a produit un placé de Groupe, Beaulieu (Motivator). Elle est pleine de Rajsaman. Le but est de suivre le croisement de Brametot, dont la mère est une autre sœur de Monsun. Elle rencontrera cette année un jeune sire prometteur, Anodin. »

Un peu d’Amérique en Normandie. Fangs (Kitten’s Joy), achetée 510.000 € au haras de Saint-Pair par Meridian International, lors de la dernière vente d’élevage Arqana, est la propre sœur de trois gagnants black types. Kitten’s Dumplings a notamment gagné les Queen Elizabeth II Challenge Cup Stakes (Gr1), Granny’s Kitten a gagné au niveau Gr3 et Granny Mc’s Kitten est gagnante de Listed et troisième des Violet Stakes (Gr3). Didier Barassin précise : « Elle n’a pas eu de carrière en course. Elle est pleine pour la première fois de Kodiac et visitera Kingman. »