Du programme à l’open stretch de ParisLongchamp - Tout savoir sur ce qui attend le galop français en 2019 -  Par Anne-Louise Echevin

Courses / 04.08.2019

Du programme à l’open stretch de ParisLongchamp - Tout savoir sur ce qui attend le galop français en 2019 - Par Anne-Louise Echevin

Du programme à l’open stretch de ParisLongchamp

Tout savoir sur ce qui attend le galop français en 2019

Vendredi matin, dans la salle du comité, France Galop a tenu sa traditionnelle conférence sur le programme. Nous vous relatons ici les principaux points, mais nous ne rentrerons pas dans l’ensemble des détails : beaucoup des nouveautés et changements ont déjà été traités dans nos colonnes. Ce rendez-vous était aussi l’occasion de parler de sujets annexes, comme les avancées concernant la piste de ParisLongchamp et les travaux effectués à Auteuil. Et une fois n’est pas coutume, nous allons commencer par ces sujets.

Par Anne-Louise Echevin

PARISLONGCHAMP : LE POINT SUR LA PISTE

C’est certainement l’attente la plus importante côté plat en 2019 : comment sera la piste de ParisLongchamp ? Jean-Guillaume d’Orglandes, directeur d’exploitation des pistes de ParisLongchamp, Saint-Cloud et Auteuil, a donné des détails sur les travaux en cours.

Manucure en cours. Jean-Guillaume d’Ornano a expliqué : « Les travaux ont débuté dès la fermeture de ParisLongchamp. Bien évidemment, il s’agissait de rebattre la piste, ce qui était terminé quasiment au 22 octobre. Ensuite, nous avons maintenu ce que nous avions déjà bien acquis, soit l’ensemble des parcours et des opérations d’aération, de fertilisation, d’amélioration de l’enracinement par des conditionneurs. Nous avons manucuré les 400 derniers mètres plus les 100 mètres après le second poteau. Nous avions, et c’était très visible, une population de fléoles qui provoquaient des différences de coloration et qui étaient surtout peu résistantes à l’arrachement. Ces zones ont été désherbées chimiquement, scarifiées, et ressemées. Un semi au mois d’octobre est tout de même moins favorable qu’un semi de printemps et d’été, donc nous avons vraiment dû courir après la montre pour bien faire les choses. Nous avons terminé le semi quasiment au 28 octobre. Les levées ont été dans les dix jours qui suivent environ, alors que l’on peut espérer, dans les meilleures conditions, des levées six ou sept jours après. »

On bâche et on débâche. « Ensuite, dès que le gazon était suffisamment haut, nous avons placé ce que l’on appelle des voiles de forçage, soit des bâchages : quasiment 80 % de la surface devant la tribune était couverte par des bâches blanches. C’est dans le but de protéger le gazon, mais aussi de maintenir une certaine température de sol pour que le gazon puisse se développer. Les conditions de décembre ont été favorables et janvier et février aussi. Les quelques moments de neige n’ont pas eu d’incidence. Nous sommes désormais en train d’enlever les bâches. Si vous allez à ParisLongchamp, vous verrez qu’il y a un peu un patchwork entre ce qui était bâché et non bâché, car la coloration est différente. Mais la luminosité va lui permettre de se rétablir et permettre aussi la pousse et le développement du gazon, pour avoir une densité pour redémarrer les courses. Il y a aussi eu des opérations de décompactage, de nettoyage pour enlever le gazon impropre. »

Un programme sur l’année. Jean-Guillaume d’Orglandes a ajouté : « Nous ne nous arrêtons pas là. Nous avons tout un programme sur l’année de fertilisation intense pour favoriser la pousse et la reprise du gazon après les galops. Nous avons aussi un programme d’améliorateur racinaire, car il s’agit d’un jeune gazon qui a donc moins de capacités à résister. Nous avons également travaillé avec le service technique pour avoir moins de réunions au mois d’avril, mais également au niveau du décordage qui irait de la corde zéro à l’extérieur en essayant de privilégier davantage les réunions vers l’extérieur de la piste. L’ensemble de la piste sera couru entre six à huit fois dans les quinze premiers mètres de la corde et une dizaine de fois entre quinze et vingt-cinq mètres. Nous avons également renforcé les équipes sur chaque hippodrome et nous avons nommé un nouveau responsable de piste pour ParisLongchamp. »

OPEN STRETCH : À PETITES DOSES

Grande nouveauté de 2018, l’open stretch a eu ses bons et mauvais côtés. Avec l’expérience, les équipes de France Galop ont identifié les principales problématiques et s’adaptent en 2019.

Pour l’instant, l’Arc et les Poules concernés. Jean-Guillaume d’Orglandes nous a dit : « L’open stretch est acté pour les Poules d’Essai et le dimanche de l’Arc mais pas encore pour le 14 juillet et les Arc Trials. Avec l’open stretch, les chevaux et jockeys s’écartaient beaucoup plus sur l’ensemble de la piste. Les avis sur l’open stretch ont été assez partagés. L’élément déterminant a été de voir la réaction de la piste avec cet open stretch. Nous nous sommes rendu compte que, surtout sur la fausse ligne droite, nous avions un manque de capacité de décordage qui faisait que nous repassions trop souvent au même endroit. L’open stretch est intéressant au niveau de la fluidité des courses : nous l’avons bien vu au niveau des résultats et les commissaires ont été les premiers à dire qu’ils sont moins intervenus avec cet open stretch. L’élément déterminant était cependant le maintien de la surface engazonnée. Nous serons disponibles pour ceux qui désirent voir la piste de ParisLongchamp avant la reprise des courses. Bien évidemment, il ne faut pas se retrouver avec trop de monde à piétiner la piste (rires). Nous sommes ouverts à ce genre de choses et il ne faut pas hésiter à faire ce genre de demande. Nous l’avions fait la semaine précédant l’Arc avec l’entourage d’Enable ou avec d’autres entraîneurs. »

AUTEUIL SE REFAIT AUSSI UNE BEAUTÉ

Auteuil a aussi eu droit à sa manucure, sur la piste comme côté tribune.

Côté piste. Jean-Guillaume d’Orglandes a expliqué : « Nous avons rénové le passage en sable de la pelouse B. On l’avait déjà refait pour d’autres passages et le résultat est très bon. Donc nous avons finalisé l’ensemble de ces passages sablés. Le reste de la rénovation a concerné les deux haies de la ligne d’arrivée, afin de sécuriser et maintenir une qualité d’obstacle et de sécurité pour les hommes et les chevaux. En ce qui concerne le cas de la rivière du huit, ce n’est pas que nous ne pouvons rien faire, mais nous sommes en train de récupérer différents éléments et nous allons avoir une réunion rapidement pour réfléchir à ce qui peut être envisagé afin de répondre à ce côté sécurité. Par ailleurs, des travaux ont été faits concernant le drainage de la piste. Ces opérations concernant le système de drainage d’Auteuil étaient prévues dans le cadre d’un programme sur cinq ans. Nous avons poursuivi le travail qualitatif pour l’engazonnement afin d’avoir un terrain correspondant au besoin des chevaux et des courses. Nous avons une préoccupation qui est d’ailleurs immédiate, car nous avons un anticyclone qui se positionne sur les dix ou quinze jours à venir : en général, les stations d’arrosage étaient regonflées vers le 10 ou le 15 mars. À Saint-Cloud, ce sera dès la semaine prochaine et à Auteuil, le regonflage de l’arrosage a été fait. Le but est d’être prêt à apporter, si nécessaire, une dose d’eau pour assouplir un peu plus. Mais il ne faut pas tomber dans des apports trop excessifs qui vont fausser les terrains. »

Côté tribunes. Jean d’Indy, vice-président de France Galop et président du Conseil de l’obstacle, a indiqué : « Les tribunes d’Auteuil ont été mises aux normes pour les personnes à mobilité réduite. Les clôtures du pesage ont été rénovées. Par ailleurs, vous constaterez des changements concernant la terrasse du Karly Flight. Dans l’esprit d’un certain nombre d’entre nous, il y a cette idée de ramener le public vers le rond, quitte à fermer la grande tribune en semaine pour se concentrer sur toute cette partie du rond. Pour cela, il faut des installations d’accueil dignes de ce nom, d’où les changements autour du Karly Flight. »

UN FRENCH PATTERN COMMITTEE POUR L’OBSTACLE ?

Les annonces ont été faites en octobre 2018 : le programme français d’obstacle va s’enrichir massivement en black types, avec notamment onze nouvelles Listeds. Mais il ne faut pas suivre l’exemple anglais ou irlandais…

La valeur du black type. Même si on est passionné d’obstacle anglo-irlandais, il faut reconnaître que les courses de Groupes sont parfois frustrantes : peu de partants, ou alors présence massive de pensionnaires d’un seul entraîneur – notamment en Irlande avec la force de frappe de Willie Mullins ou Gordon Elliott –, des chevaux faméliques qui n’ont clairement pas le niveau au départ de Grs1, des Grs1 pour juments qui impactent les Grs1 de finales, des Grs2, Grs3 et Listeds qui n’ont parfois franchement pas ce niveau… France Galop, en 2019, a fait le choix de renforcer le programme français d’obstacle avec :

- la création de onze nouvelles Listeds : Prix Go Ahead, Prix Girofla, Prix Air Landais, Grand Cross de Fontainebleau, Prix des Platanes, Prix Pelat, Prix Noiro, Prix Vatelys, Prix Bayonnet, Prix Jim Crow et Grand Cross de Compiègne ;

- cinq courses promues Gr3 : Prix Journaliste, Prix de Chambly, Prix Magne, Prix Robert Lejeune, Prix La Gascogne ;

- une course promue Gr2 : Prix Bournosienne.

Aucun changement donc dans les Groupes 1, ce qui est positif dans le sens où ils restent de "vrais Grs1", des finales. Rappelons que les augmentations des allocations pour ces promotions sont possibles en baissant légèrement les allocations des Groupes et Listeds déjà existants uniquement.

Un système de Pattern français envisagé Jean d’Indy a précisé : « L’obstacle n’a pas les mêmes contraintes que les courses de plat. Mais il faut que le programme conserve de la cohérence et nous ne voulons pas décrédibiliser le caractère gras français. Nous travaillons donc sur des critères qui pourraient entraîner, et nous ne l’espérons pas, la rétrogradation des courses procurant du caractère gras. »

LE JUDDMONTE GRAND PRIX DE PARIS ET LE PATTERN

France Galop avait proposé auprès de l’European Pattern Committee des changements pour la route vers le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1). Tout n’est pas passé mais France Galop creuse des pistes.

L’Irlande protège son Derby. Le Juddmonte Grand Prix de Paris sur 2.400m est une des conséquences du Prix du Jockey Club sur 2.100m. L’European Pattern Committee est là pour veiller à la construction du programme européen et le Grand Prix de Paris ne doit donc pas entrer en conflit ouvert avec le Derby d’Irlande. Président de France Galop, Édouard de Rothschild a dit : « Nous avions proposé d’avoir un bonus pour le cheval réalisant le doublé Jockey Club - Grand Prix de Paris. Lorsque le Jockey Club est passé sur 2.100m et le Grand Prix de Paris sur 2.400m, les Irlandais ont accepté à condition que l’allocation soit plafonnée. Ils ont donc refusé ce bonus. Nous pensons mettre en place un système d’engagements gratuits, un Win and You’re In. » Cependant, il est encore trop tôt pour vraiment en parler puisque les discussions sont encore en cours avec les hippodromes anglais notamment.

Pierre Laperdrix, chargé de mission au département programme de France Galop, a ajouté : « Nous souhaitons redynamiser cette course et nous allons essayer de qualifier les chevaux ayant gagné les préparatoires. Il faut souligner que le Grand Prix de Paris se court le 14 juillet et les engagements ont lieu en même temps que les Classiques. Or, les entraîneurs n’ont pas forcément, en janvier, le recul nécessaire pour savoir quel poulain pourra aller sur 2.400m. Ainsi, un gagnant de Hocquart n’a pas été forcément engagé et il se retrouve à devoir payer une supplémentation élevée, qui peut décourager. Par rapport à cette situation, les gagnants des préparatoires seront donc qualifiés et nous avons baissé le coût de l’engagement supplémentaire. »

Le Guillaume d’Ornano Gr1 ? C’est mort. Une question a été posée quant au cas du Prix Guillaume d’Ornano - Haras du Logis Saint-Germain (Gr2), pour lequel il a été question d’une volonté de promotion au niveau Gr1. Édouard de Rothschild a expliqué : « Les Anglais se roulent par terre lorsque l’on évoque la promotion du Guillaume d’Ornano. Il faut comprendre qu’il y a les Juddmonte International Stakes (Gr1) à York durant la même période. Et, si nous avançons le Guillaume d’Ornano pour le mettre Gr1, il risque d’entrer en concurrence avec les King George VI and Queen Elizabeth II Stakes, lesquelles ont du mal à attirer les 3ans. Donc, honnêtement, je crois que pour le Guillaume d’Ornano Gr1, c’est mort. »

NÎMES, PÔLE OBSTACLE DU SUD-EST

Marseille-Borély n’aura plus de courses d’obstacles. France Galop souhaite cependant vivement garder la spécialité ancrée dans la région et, pour cela, il y a une solution : faire de Nîmes le pôle obstacle.

Pour le Sud-Est. Jean d’Indy a expliqué : « Il y a malgré tout quelques entraîneurs dans le Sud-Est qui ont des chevaux d’obstacles et, de toute manière, je ne veux pas que l’obstacle disparaisse du Sud-Est. C’est pourquoi à Nîmes nous allons investir pour que l’hippodrome devienne le pôle obstacle du Sud-Est, avec la création d’un parcours de haies. Il n’y aura plus de courses d’obstacles à Borély ni à Hyères. »

France Galop soutient l’obstacle en région. Jean d’Indy a par ailleurs tenu à souligner le travail effectué en région par France Galop, notamment avec l’Association des jockeys ou Bertrand Lestrade, lesquels ont apporté leur avis sur des changements à faire pour la sécurité des hommes et des chevaux. Nous avons parlé de Mont-de-Marsan récemment dans un En région, mais il y a aussi eu des actions à Moulins (dans les tournants, transfert des haies sur la piste de plat par l’ajout de haies mobiles durant les travaux) ou encore au Lion-d’Angers (modification du fence de la ligne opposée, drainage de la piste, travaux sur le système d’arrosage).

LA RÉUNION DE L’ARC PUNIE PAR LE PRIX D’AMÉRIQUE ?

Autre question posée : la réunion protégée du Prix d’Amérique ayant entraîné des enjeux décevants, ce concept pourrait-il être remis en question pour celle du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe ?

Une éventualité. Édouard de Rothschild a dit : « Nous sommes ouverts à toutes les propositions. Peut-être qu’il est excessif de protéger l’ensemble de la réunion de l’Arc et qu’il faudrait protéger une heure autour du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. »

Honnêtement, il serait quand même dommage de punir l’Arc à cause du Prix d’Amérique. Les enjeux au galop sont bons là où le meeting de Vincennes 2018/2019 a souffert. De plus, les réunions du Prix d’Amérique et de l’Arc ne sont pas les mêmes. La réunion de l’Arc est la plus belle journée du galop français, avec sept Grs1 au programme. La réunion du Prix d’Amérique, dans son ensemble, est très belle mais n’est pas aussi forte… De ce point de vue là, la plus belle réunion de Vincennes est, à notre sens, celle du Prix du Président de la République, avec aussi le Prix René Ballière, le Prix d’Essai et le Prix Albert Viel (Grs1)…

Et même si cela n’a rien à voir avec une réunion protégée, les enjeux de la réunion de l’Arc ont beaucoup plus de chances d’être boostés par l’apport international qu’une réunion de trot.

FEMMES JOCKEYS, APPRENTIS, ETC.

France Galop continue de suivre de près les résultats de la décharge pour les femmes jockeys.

Règles 2019. Avec la transformation des Classes 1 pour les 2ans (cf. ci-dessous) en Classe 2 et donc cet échelon unique, les femmes jockeys ne pourront pas bénéficier de leur décharge d’un kilo et demi dans les Classes 2 pour 2ans. Rappelons qu’en 2018, elles avaient cette décharge dans les Classes 2 mais pas dans les Classes 1. Elles ne l’ont toujours pas dans les épreuves black types et les événements. La remise de poids cumulée pour les femmes apprenties est de quatre kilos.

Apprentis et jeunes jockeys. Pour les apprentis et les jeunes jockeys, France Galop fait évoluer les seuils. En plat, ils bénéficieront de deux kilos et demi jusqu’à 49 victoires (un kilo et demi handicap), un kilo et demi jusqu’à 85 victoires et un kilo supplémentaire au maître d’apprentissage.

En obstacle, les remises sont de trois kilos jusqu’à 39 victoires, un kilo jusqu’à 70 victoires et un kilo supplémentaire au maître d’apprentissage (toutes courses sauf Groupes, Listeds, handicap événement et courses avec dotation supérieure ou égale à 53.000 €).

PROGRAMME : CÔTÉ PLAT

Réduction du nombre de courses premium et programme région parisienne. L’allégement du calendrier a été rapidement évoqué par François Boulard, directeur programme et régions : « Nous n’allons pas revenir sur ce point qui a été déjà grandement évoqué. Il y a une réduction de 10 % du nombre de courses Premium nationales, car nous avons enlevé les réunions qui étaient les moins porteuses en termes d’enjeux. On note une réduction de 45 % des courses étrangères, la baisse la plus spectaculaire portant sur celles d’Amérique du Sud : 60 % en moins par rapport à 2018»

Concernant les courses sur les hippodromes de France Galop, voici ce qu’il faut retenir :

- À ParisLongchamp (32 réunions) : plus de JeuxDis. Il y a donc douze dates prévues en semi-nocturnes les jeudis soir – pour le plus grand bonheur de toute la rédaction de Jour de Galop – avec dix dates du 16 mai au 25 juillet – sauf le 20 juin à cause du Festival Solidays – plus les deux premiers jeudis de septembre. Contrairement à 2018, France Galop ne fait pas se succéder des Jeuxdis et des samedis afin de préserver la piste. À noter aussi deux dates de moins en avril (quatre au lieu de six) afin de préserver la piste à un moment de l’année où elle peut être lourde, mais deux dates de plus en juillet (cinq contre trois l’an dernier).

- À Chantilly (42 réunions) : si ParisLongchamp gagne deux dates en juillet, Chantilly n’aura plus aucune réunion durant ce mois-ci (trois l’an passé). Cela permettra de laisser la piste au repos pendant deux mois et France Galop a souligné que juillet n’était pas le meilleur mois pour attirer du public à Chantilly. Le programme est en revanche densifié en avril – au contraire de ParisLongchamp – avec six dates (quatre l’an dernier) et en septembre avec cinq dates (contre quatre l’an dernier).

- À Deauville (41 réunions) : le principal changement concerne le week-end du Qatar Prix Jean Prat (Gr1). En 2018, il s’est disputé un dimanche à Deauville et il a attiré du monde. En 2019, France Galop crée un mini-meeting autour du Gr1 avec des courses programmées la veille du Gr1, donc le samedi. Concernant le meeting de Deauville Barrière, aucun changement.

- À Saint-Cloud (27 réunions) : aucun changement notable si ce n’est une réunion supplémentaire par rapport à 2018.

- À Maisons-Laffitte (24 réunions) : même nombre de réunions qu’en 2018 avec une répartition 50-50 entre les cordes à gauche et la ligne droite. Rappelons que Maisons-Laffitte perd le Prix Eugène Adam (Gr2), transféré à Saint-Cloud.

- À Auteuil (39 réunions) : le calendrier a été remanié comme cela avait été expliqué lors d’une conférence en octobre 2018. La réunion du samedi suivant le week-end du Grand Steeple-Chase de Paris a été transférée à Compiègne. Auteuil gagne une date en mars (cinq réunions), mais perd une date en avril (cinq réunions) et une en juin (cinq réunions).

Le Royallieu Gr1, le Qatar Prix Jean Prat sur 1.400m. Henri Pouret, directeur général adjoint de France Galop, est revenu sur les différentes décisions suivant la réunion de l’European Pattern Committee (E.P.C.) et notamment les changements concernant le Qatar Prix de Royallieu et le Qatar Prix Jean Prat. Nous ne revenons pas sur ce point que nous avons déjà longuement développé.

Pour relire l’ensemble des changements du programme black type français et européen de plat, cliquez ici. (lien : http://www.jourdegalop.com/2019/02/la-france-gagne-un-gr1-en-2019

Programme de plat. Les modifications concernant le programme de plat 2019 ont aussi déjà été évoquées à l’issue du conseil d’administration de France Galop en date du 14 janvier dernier. Ainsi, les Classes 1 pour 2ans n’existent plus et il n’y aura désormais plus que des Classes 2 pour les poulains et/ou pouliches de cet âge. Le nombre de Classes 2 en 2019 est égal au nombre de Classes 1 plus Classes 2 de 2018. Du côté des 3ans, France Galop a mis en place un essai de Classes 3 (sept courses). Pour les 4ans et plus, afin d’avoir un programme plus clair, la "lettre" disparaît au profit des Classes (1 à 4). Handicaps et réclamers se verront accoler une Classe.

Pierre Laperdrix a expliqué : « Nous nous sommes aperçus que seuls 4 % des 2ans ayant gagné une course d’inédits ou maiden et Classe 2 disputaient une Classe 1 ensuite. Les entraîneurs avaient donc tendance à sauter un échelon. Nous avons proposé un aménagement avec uniquement des Classes 2, avec des conditions nouvelles. L’échelon n’est pas unique car un gagnant de Classe 2 pourra recourir une Classe 2 [avec une pénalité au poids de deux kilos, ndlr]. Parmi les avantages de ce changement, il y a une meilleure lisibilité pour tous, une construction du programme plus simple, le rehaussement des dotations des Classes 2 à Paris (34.000 €) et en région (27.000 €), la proposition des Classes 2 plus sexy et aussi la possibilité de proposer des Classes 2 "sexées". Je ne vais pas dire que cela permettra d’avoir des partants en plus. Mais, avant, on a vu des poulains monter rapidement dans les Listeds, alors qu’ils n’avaient pas forcément ce niveau, ce qui est peut-être une explication possible à la moindre réussite des 2ans français dans cette catégorie l’an passé. Pour les 3ans, nous avons estimé qu’il fallait conserver Classe 1 et Classe 2 et avons créé la Classe 3, qui est une pure consolante pour les chevaux ayant gagné leurs maidens et qui n’arrivent pas à monter de catégorie. C’est une option supplémentaire pour eux, plutôt que d’aller dans les réclamers et handicaps. »

Les Classes 3 pour 3ans en 2019

Date Lieu Distance

17/05 Chantilly 1.950m

03/06 ParisLongchamp 1.600m

19/06 Maisons-Laffitte 1.600m

05/07 Maisons-Laffitte 2.100m

11/07 ParisLongchamp 1.600m

15/08 Deauville 1.900m P.S.F.

20/08 Deauville 1.500m P.S.F.

Pour retrouver le compte rendu du conseil d’administration de France Galop détaillant ces changements, cliquez ici (lien http://www.jourdegalop.com/2019/01/conseil-d-administration-de-france-galop-evolution-des-programmes-2019-et-2020?q=classe+3

PROGRAMME : CÔTÉ OBSTACLE

Comme pour le plat, un certain nombre de changements du côté du programme obstacle ont déjà été abordés dans nos colonnes. Nous passerons donc rapidement sur certains points.

La Barka reste sur 3.900m. Stéphan Kalley, responsable des programmes obstacle à France Galop, a expliqué que certains entraîneurs avaient estimé que le Prix La Barka (Gr2) sur 3.900m était trop court. Il faut rappeler que, en 2018, cette course est devenue une consolante à la Grande Course de Haies d’Auteuil, alors qu’elle en était avant une préparatoire, dans le cadre de la refonte du week-end du Grand Steeple-Chase de Paris. En conséquence, sa distance avait été raccourcie pour préserver des chevaux restant sur un vrai combat. Finalement, la distance restera de 3.900m, la commission technique ayant tranché sur le sujet sans hésitation.

La Grande Course de Haies d’Auteuil le samedi. Le point n’a pas été abordé dans la conférence, mais nous souhaitons malgré tout le souligner. La Grande Course de Haies d’Auteuil, disputée l’an dernier le dimanche du Grand Steeple-Chase de Paris, passe finalement le samedi. Le Prix Alain du Breil (Gr1) déménage en revanche le dimanche et se dispute donc le même jour que son copain du steeple, le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1).

Soutien aux dames. France Galop avait annoncé la création d’un label "courses filière élevage" lors de sa conférence d’octobre 2018. Cela concernait les courses de haies pour femelles de 4ans et 5ans et les courses de steeple pour femelles de 5ans et au-dessus, avec pour objectif d’encourager le maintien des femelles à l’entraînement en France. On en sait un peu plus. Voici les courses dévoilées par France Galop, avec 30.000 € de dotation minimum.

Haies, femelles 4 et 5ans

Date Hippodrome

20/03/2019 La Teste

29/04/2019 Bordeaux

30/05/2019 Le Lion d’Angers

17/06/2019 Clairefontaine

4/07/2019 Dax

13/07/2019 Dieppe

29/08/2019 Le Lion d’Angers

Steeple, femelles 5ans et plus

Date Hippodrome

03/04/2019 Fontainebleau

25/04/2019 Compiègne

28/05/2019 Auteuil

20/06/2019 Auteuil

29/08/2019 Le Lion d’Angers

Laisser une chance aux jeunes. Jean d’Indy a expliqué : « Tous les chevaux n’ont pas l’aptitude ni le niveau pour aller à Auteuil ou à Compiègne. Un cheval d’obstacle se forme et peut avoir besoin de temps. Nous avons donc décidé de laisser une chance à ces chevaux de 3ans et 4ans et nous avons ouvert des courses pour leur profil toutes les trois ou quatre semaines au niveau national. Pour eux, c’est une alternative supplémentaire. » Dotation : 25.000 €

Pour les 3ans

Date Hippodrome

12/04/2019 La Teste

04/05/2019 Bordeaux

01/06/2019 Toulouse

17/06/2019 Clairefontaine

09/07/2019 Le Lion d’Angers

31/07/2019 La Teste

Pour les 4ans - Haies

Date Hippodrome

16/03/2019 Toulouse

01/04/2019 Nantes

20/04/2019 Nancy

23/04/2019 Toulouse

11/05/2019 Angers

11/06/2019 Nantes

30/07/2019 La Teste

19/08/2019 Châteaubriant

Pour les 4ans - Steeple

Date Hippodrome

11/03/2019 Toulouse

13/04/2019 Bordeaux

09/05/2019 Le Lion d’Angers

30/05/2019 Lyon

13/06/2019 Craon

Pour relire l’article sur la conférence du programme obstacle d’octobre 2018 et retrouver les différentes mesures annoncées, cliquez ici. (lien http://www.jourdegalop.com/2018/10/le-plan-d-action-de-france-galop-en-faveur-de-l-obstacle-l-integralite-des-mesures