EN RÉGIONS - Nort-sur-Erdre mise sur son centre d’entraînement

Courses / 06.02.2019

EN RÉGIONS - Nort-sur-Erdre mise sur son centre d’entraînement

La Société des courses de Nort-sur-Erdre se redynamise avec son centre d’entraînement qui accueille de nouveaux et jeunes entraîneurs. Longtemps laissé pour compte, le centre d’entraînement et l’hippodrome font partie intégrante de la tradition hippique de Nort-sur-Erdre.

Un centre historique. Le centre d’entraînement de Nort-sur-Erdre date de 1922 et a été créé par la famille Le Gualès de Mézaubran sur le site de Beaumont, à l’intérieur de l’hippodrome. Quinze hectares sont réservés à l’entraînement. Le responsable du centre d’entraînement, Jean-Marie Bertin, nous a dit : « Nous avons actuellement cinq entraîneurs publics et dix permis d’entraîner qui disposent de cinq pistes, deux plates, une de haies, une de steeple et un parcours de cross. Historiquement, le centre a compté jusqu’à 280 chevaux avec des entraîneurs célèbres comme messieurs Crossouard, Delaplace, Bohan, Lecomte, Chasserio, entre autres. À leur époque, ils n’entraînaient que sur une piste, hersée une fois par jour. Après une forte baisse d’activité liée à une emprise de l'immobilier sur les écuries, nous sommes descendus en février 2013 à seulement 45 chevaux déclarés à l’entraînement. » À cette époque, le pire avait été envisagé pour Nort-sur-Erdre, « les cotisations ne couvraient pas les frais, malgré l’aide de la Fédération nationale. »

Une activité en développement. Pour permettre de nouvelles constructions, la Société des courses a échangé des terrains avec la communauté de communes, et de nouvelles écuries ont vu le jour grâce à des investisseurs privés. « Il y a actuellement 90 boxes, et 120 sont prévus. Nous avons pour notre part créé de nouveaux aménagements, un rond de 300m pour le trotting, un rond d’Havrincourt, un parcours de haies sans coupure, mais aussi une réfection du parcours de steeple. Tous les obstacles sont en synthétique. Nous avons clôturé intégralement le centre, sécurité oblige. » Le centre d’entraînement emploie deux personnes à plein temps. Les efforts ont fini par payer et aujourd’hui, nous comptonse plus de 150 chevaux. Jean-Marie Bertin espère dépasser les 200 cette année, puisque la capacité de fonctionnement du centre d’entraînement est de 300.

Un investissement privé. Marie-Pierre et James Guérin ont lancé le projet Pool galop, d’une capacité de 120 boxes, répartis en quatre barns. Il a été conçu pour les entraîneurs de galopeurs et de trotteurs. Marie-Pierre Guérin, responsable de Pool galop, nous a dit : « Nous travaillons en partenariat avec la Société des courses de Nort-sur-Erdre qui gère l’hippodrome et le centre d’entraînement. La ville de Nort-sur-Erdre a une tradition hippique. Nous avions cette volonté de loger des entraîneurs sur place. Des zones d’habitations ont mangé l’espace vital pour les chevaux, mais la commune avait encore 3ha de terrain en réserve. C’est alors que nous avons décidé d’investir dans la construction. Nos barns, situés en face de l’hippodrome, sont totalement privés » Aujourd’hui, chaque barn a trois douches avec eau chaude, une sellerie, un parking, une graineterie, un bureau, un bâtiment de stockage, un marcheur de six places et trois paddocks. Marie-Pierre Guérin a précisé : « Un barn peut être loué par plusieurs entraîneurs. Les jeunes entraîneurs sur place permettent de dynamiser le centre. » Aujourd’hui, Ludovic Gadbin et Matthieu Leforestier y sont installés. Jean-Marie Bertin a précisé : « Je travaille en concertation avec Ludovic Gadbin pour le plat et Xavier Le Stang pour l’obstacle, concernant les améliorations à apporter au centre d’entraînement. »

Des projets à venir. Un agrandissement est possible. Jean-Marie Bertin nous en parle : « Un autre terrain constructible est à disposition, à un tarif attractif, alors si certains veulent franchir le pas, qu’ils n’hésitent pas. De plus, la Société des courses construit en ce moment 52 boxes pour l’accueil des partants le jour des courses. Cela devrait être fini en mars. Le monde des courses est en crise, l’avenir incertain, mais qui n’avance pas recule ! »

Faire perdurer la tradition hippique. Ville de tradition hippique, Nort-sur-Erdre est réputée. Yves Dauvé, son maire, nous a dit : « Notre ville n’avait pas de centre équestre mais elle avait un hippodrome, c’est pourquoi la tradition des courses hippiques y a toujours été présente. Il a existé pendant longtemps des écuries dans un quartier situé entre la ville et le centre d’entraînement mais, petit à petit, elles se sont fait manger par les habitations. Aussi, il était devenu plus difficile de transporter les chevaux et de contrôler les problèmes sanitaires. » Un investisseur privé a alors pris les choses en main et a fait construire 120 boxes. Jean-Marie Bertin, en charge du centre d’entraînement, a ajouté : « J’ai travaillé, plus jeune, dans les écuries de Nort-sur-Erdre, je suis permis d’entraîner, et quand le président Herve Bréhier m’a demandé d’être le responsable du centre, je savais qu’il faudrait sévir pour sa pérennité, certains ne jouant pas le jeu. Le calme est revenu et les relations sont devenues plus sereines. »

Un vivier pour l’emploi. La mairie aimerait désormais développer une Maison du cheval pour y accueillir des artisans du milieu et renforcer cette tradition en lui redonnant un élan de modernité. Yve Dauvé ajoute : « Économiquement, c’est loin d’être négligeable. La redynamisation et cette volonté de relancer l’activité hippique a évidemment créé des emplois. Ludovic Gadbin, qui est installé ici, a un bon nombre d’employés déjà. » Il y a une véritable politique locale en faveur du cheval.

Les poneys de course envahissent Nort-sur-Erdre le mardi 12 février !

À l’initiative de la Société Horse Breed et avec le concours de la Société des courses et du centre d’entraînement de Nort-sur-Erdre, un stage de poneys de course est organisé avec la participation, notamment, des Clubs de Bouguenais (écurie du Clos), de La Chapelle-sur-Erdre (La Vaillantière) et de Nort-sur-Erdre (Le Petit Chantilly), le mardi 12 février. L’objectif est d’abord de découvrir la discipline. L’idée est aussi de participer à un challenge inter-clubs soutenu par Horse Breed sur plusieurs hippodromes de la région, avec des dates réparties sur les mois d’avril et mai (voire juin). Il y a trois à cinq étapes au programme. Voici celui de la journée de stage :

- 9 h : rendez-vous au poney-club Le Petit Chantilly - Centre d’entraînement - Nort-sur-Erdre.

- Matinée : théorie, cheval mécanique, travail en carrière

- 14 h -15 h 30 : travail sur les pistes du centre d’entraînement

Ce stage est animé par Sigrid Moisson, enseignante BEES. Pour plus d’informations, il est possible de contacter Cécile Madamet, présidente de l'Association nationale des courses de poneys au galop.