GRAND CROSS DE PAU REVERDY - PRIX GASTON DE BATAILLE - 1RE ÉTAPE DE LA CRYSTAL CUP (L) - Uroquois, le nouveau mythe de Pau

Courses / 03.02.2019

GRAND CROSS DE PAU REVERDY - PRIX GASTON DE BATAILLE - 1RE ÉTAPE DE LA CRYSTAL CUP (L) - Uroquois, le nouveau mythe de Pau

PAU, DIMANCHE

Un exploit ! Uroquois (Passing Sale) a été impérial pour remporter pour la deuxième fois consécutive le Grand Cross de Pau Reverdy (L), la première étape de la Crystal Cup. D’autant que, contrairement à la précédente édition, il a donné des suées à son entourage. En effet, après avoir dirigé les débats comme il en a l’habitude, il a fait une faute au deuxième franchissement du gros passage de route. Il est alors passé en troisième position. Allait-il pouvoir revenir ? La tension était à son comble. Saying Again (Califet) et Parc Monceau (Trempolino) ne l’entendaient d’ailleurs pas de cette oreille puisqu’ils lui ont alors pris l’avantage. Mais courageux à l’extrême, Uroquois et Alain de Chitray se sont relancés à la sortie du tournant final. Après plus de six kilomètres d’efforts et trente et un obstacles, le champion de Magalen Bryant est revenu dominer ses adversaires sur le plat pour devenir le huitième auteur d’un doublé dans le Grand Cross palois. Le tout sous les yeux de sa propriétaire-éleveur qui avait fait le déplacement pour ce magnifique spectacle conclu sans incident et devant une foule très dense.

Un an après, le costume a changé pour David Cottin. Il y a un an, David Cottin l’entraîneur remportait sa première grande victoire grâce à Uroquois dans ce Grand Cross. Tout un symbole pour celui qui a gagné quasiment tous les Grands Cross français, notamment le palois, en tant que jockey. En douze mois, beaucoup de choses ont changé pour le jeune homme. Il a eu l’appui de plus en plus important de grands propriétaires, recevant notamment Blue Dragon ** (Califet) dans ses boxes. Son écurie s’est étoffée en nombre et en qualité. Et il a abordé ce Grand Cross dans la peau du futur entraîneur tête de liste du meeting. Mais le plus important était de bien négocier ce grand dimanche, notamment avec Uroquois qui a suscité à nouveau son admiration : « Uroquois est le plus fort, il l’a encore montré aujourd’hui. Il est très agile ici, notamment sur la terre. C’est ce qui fait qu’il est capable de remettre un petit coup pour finir. C’est un champion. Je ne sais pas s’il est meilleur que l’année dernière, mais il n’a pas vieilli. Avec Alain [de Chitray, ndlr], ils font un duo exceptionnel. Il a trouvé les boutons avec ce cheval, c’est parfait ! »

Pas la meilleure des courses, mais le meilleur a gagné ! Uroquois a réalisé une grande performance. En 2018, il avait été gêné dans le tournant final, mais il était revenu gagner. Cette fois, il a fait une faute sérieuse, mais là encore, comme le vrai champion qu’il est, il a mis son cœur sur la piste pour l’emporter. Son fidèle jockey, Alain de Chitray, nous a dit « La course ne s’est pas goupillée au mieux. Les autres nous ont gênés pendant toute la route et je pense que c’était leur objectif. De mon côté, j’ai un peu peiné, ça ne s’est pas passé comme prévu. Il a fallu improviser, et après le cheval a fait le reste. J’ai gagné un temps fou sur la terre, il est tellement agile… Je gagne un temps précieux et ça m’évite de le relancer à chaque fois. Il a toujours eu un passage à vide avant de revenir. Et puis il a un finish qui fait mal aux autres. »

Troisième victoire consécutive de Magalen Bryant. Magalen Bryant avait effectué le déplacement pour ce Grand Cross et elle n’aura pas eu à regretter son voyage ! Après Disco d’Authie (Discover d’Auteuil) en 2017 et Uroquois en 2018, elle aura donc signé une incroyable passe de trois.

Parc Monceau n’a rien à se reprocher. Allant par moment, Parc Monceau (Trempolino) a pris la tête à Uroquois pour aborder une dernière fois la terre. Mais, hésitant sur la banquette de Bordeaux, il a vu son rival lui repasser devant. Nouveau retournement de situation après le gros passage de route. Uroquois fautif laisse Parc Monceau et Saying Again lui reprendre l’avantage. Dans le tournant final, la victoire paraît circonscrite entre ces deux chevaux, mais Uroquois s’est relancé et Parc Monceau, tout en se défendant bien, n’a rien pu faire. Entraîneur du représentant de la famille Papot, Patrice Quinton nous a dit : « Le cheval court très bien. C’est dommage qu’il ait fait une hésitation à la banquette de Bordeaux. Je ne sais pas ce que nous allons faire ensuite. » Tenant du titre de la Crystal Cup, l’entraîneur normand a d’ores et déjà marqué de précieux points.

Saying Again, excellent malgré un trop plein d’allant. Saying Again a d’abord galopé parmi les derniers. Mais trop allant, il s’est retrouvé quatrième au premier passage du volpoom, puis deuxième peu après. Il a tiré une bonne partie du parcours, mais malgré cela, ce vainqueur de l’édition 2016 a réussi à prendre une excellente troisième place. Bucéfal (Pistolero) a fait une faute au parc à moutons et n’a pas vraiment apprécié l’état du terrain. Il a néanmoins bien conclu pour accrocher la quatrième place devant Baldaquin (Shaanmer).

Le mot du président de la Crystal Cup, Alain Peltier

« Nous avions des compétiteurs de premier ordre, des spécialistes du parcours, qui est l’un des plus sévères, sinon le plus sévère. Il demande des chevaux bien préparés, sautant la terre à merveille et des pilotes chevronnés car il faut monter de façon très technique. J’espère que, grâce au concours de Nick Williams, les Anglais pourront venir à Pau. Il faudra trouver un moyen afin qu’il puisse s’exercer au préalable, car je ne pense pas qu’il puisse débuter sans préparation à Pau. J’aimerais aussi que les casaques qui se manifestent dès le début de l’année dans le challenge puissent suivre les différentes étapes. Nous sommes un challenge de casaque. Une casaque peut triompher dans la Crystal Cup avec deux, trois ou quatre chevaux. Cette année, nous avons fait l’effort d’apporter une récompense au deuxième. »

Le frère de Dalahast **. Élevé par Magalen Bryant et Lydie Cottin, Uroquois est un fils de Passing Sale et d’Iroquoise II (Dom Pasquini), gagnante en cross, steeple et plat sous l’entraînement de Philippe Cottin. Iroquoise II a été élevée par… David et Margaux Cottin. Uroquois est le frère de deux vainqueurs : Bonne Passe (Maresca Sorrento) et le prometteur Dalahast ** (Ballingarry), lauréat à Pau et Auteuil.

 

 

 

Northfields

 

 

No Pass No Sale

 

 

 

 

No Disgrace

 

Passing Sale

 

 

 

 

 

Youth

 

 

Reachout and Touch

 

 

 

 

Everything Nice

UROQUOIS (H11)

 

 

 

 

 

 

Rheffic

 

 

Dom Pasquini

 

 

 

 

Boursonne

 

Iroquoise II

 

 

 

 

 

Prove it Baby

 

 

Saperlipopette II

 

 

 

 

In Chala