IRISH THOROUGHBRED MARKETING CUP (Gr2  local) - Marianafoot ou l’audace récompensée - Par notre envoyé spécial Adrien Cugnasse

International / 22.02.2019

IRISH THOROUGHBRED MARKETING CUP (Gr2 local) - Marianafoot ou l’audace récompensée - Par notre envoyé spécial Adrien Cugnasse

IRISH THOROUGHBRED MARKETING CUP (Gr2  local)

Marianafoot ou l’audace récompensée

Par notre envoyé spécial Adrien Cugnasse

Il fallait y croire. Il fallait oser. Et Jérôme Reynier a été récompensé de son audace, car pour son premier partant au Qatar, Marianafoot (Footstepsinthesand) lui offre la victoire dans l’Irish Thoroughbred Marketing Cup (Gr2 local). L’élève et représentant de Jean-Claude Seroul, lequel n’avait pas remporté de Gr2 depuis la victoire de Gris de Gris (Slickly) dans l’édition 2008 du Prix du Muguet (Gr2), a signé une fin de course remarquable, étant monté au millimètre par Pierre-Charles Boudot. Le seul "FR" de la course passe donc la ligne d’arrivée en tête, au nez et à la barbe des locaux, mais aussi des Anglais et des Irlandais, lesquels sponsorisaient la course par l’intermédiaire de l’Irish Thoroughbred Marketing.

https://youtu.be/5iWYW9Tvu60

Un Boudot inspiré. Comme toujours sur les 1.600m avec tournant de Doha, la course s’est déroulée avec beaucoup de rythme, sous l’impulsion du local Top Face (Tiznow). Le futur lauréat a évolué en deuxième épaisseur au milieu du peloton, avec Diplomat (Teofilo) à son intérieur. Pierre-Charles Boudot a fait venir son partenaire en progression et à 300m de l’arrivée, il comptait encore un réel retard. Cependant, sans être dur avec son cheval, le Français n’a jamais faibli, alors qu’il luttait avec Oisin Murphy en selle sur le favori Black Granite (Dark Angel). À l’arrivée, Marianafoot a devancé le local d’une encolure. L’animateur Top Face est troisième devant le pensionnaire de Carina Fey, Diplomat, bon quatrième.

Le deuxième Groupe de Jérôme Reynier. Lauréat du Premio Presidente della Repubblica - GBI Racing (Gr2), son premier succès à ce niveau, en mai 2018, le Marseillais décroche donc ce vendredi un deuxième Gr2. Il nous a confié : « C’était un pari à tenter et nous avons la chance qu’il se révèle gagnant. Le cheval a eu le bon parcours, l’ouverture au bon moment et il a pu enfin faire parler son impressionnant changement de vitesse. Nous avons tout fait pour être invités, c’est donc d’autant plus une réelle joie de gagner cette course. Aujourd’hui Marianafoot a bénéficié du fait que la course s’est déroulée à un train sélectif puis du fait que tout se soit bien passé pour lui à la corde. Je suis très heureux que Pierre-Charles Boudot ait pu se déplacer pour le monter. Avec ce cheval, on peut avoir des ambitions sympathiques pour le reste de l’année. Jusqu’au dernier moment, j’ai gardé le secret de l’engagement et je ne l’ai révélé à son propriétaire que lorsqu’il était certain que nous étions invités. Il a ensuite validé le projet, tout en faisant une croix sur le Prix Saonois (L). Aujourd’hui, ce Gr2 était une vraie course, avec de bons chevaux. La réduction kilométrique est très bonne. Si on lui enlève ses deux sorties sur 1.200m et sa rentrée, mon pensionnaire n’a aucune fausse note. »

Vers le Muguet. « Marianafoot a gagné au niveau Listed sur P.S.F. et à présent un Groupe sur gazon, tout en ayant voyagé. Il s’adapte à tout, il est solide et son mental est bon. Gagner sur 1.600m avec tournant ici, c’est probablement qu’on peut aller sur 1.400m avec tournant en France. Le sprint pur, ce n’est pas son sport. On pourrait un jour viser un Qatar Prix de la Forêt (Gr1) sur le toboggan. Mais s’il y a du rythme, il peut faire 1.600m sur une grande piste ce qui nous ouvre pas mal de portes. Le Prix du Muguet (Gr2) serait une bonne option. Reste à voir comment il va rentrer après sa victoire. Son influx le rend facile à préparer, il n’a pas besoin de recourir pour le préparer. Surtout qu’il peut aller en terrain souple, comme en bon terrain. »

Une première pour Jean-Claude Séroul. À ce jour, les tentatives internationales de Jean-Claude Séroul ne s’étaient pas révélées fructueuses. C’est en compagnie de son épouse, mais sans se départir de son flegme habituel qu’il nous a confié ses impressions. L’éleveur et propriétaire a dit : « Si j’avais gagné un Gr2 en France, je serais tout aussi heureux. Cela me fait plaisir, où que ce soit. C’est un cheval qui a été ménagé jusqu’à présent. Reste à voir comment il va se comporter après trois succès consécutifs. Nous n’avons jamais osé le présenter dans un Gr3 en France. À présent, nous allons y être obligés. »

Le Sud-Est décomplexé. L’année 2018 a été celle de tous les succès pour les entraîneurs de Calas et Jean-Claude Séroul, qui domine la scène régionale depuis longtemps nous a confié à ce sujet : « Monsieur Camacho a fait du très bon travail. C’est un très bon président, il a eu des chevaux et comprend les problèmes inhérents à cette activité. Il a notamment compris qu’il fallait refaire toutes les pistes de Calas, lesquelles se détérioraient. Ce fut sa priorité et cela a payé. À présent, tout le monde sait que l’on peut préparer de bons chevaux à Marseille et que les entraîneurs locaux sont bons. » Jérôme Reynier nous avait expliqué en début de semaine : « Les résultats sont au rendez-vous, avec des professionnels comme messieurs Rossi, Escuder et Vermeulen par exemple. Mon écurie est en forme et je ne suis pas le seul à avoir des chevaux de Groupe. Les succès de Cala Tarida (Prix des Réservoirs, Gr3) et de Lily’s Candle (Qatar Prix Marcel Boussac - Critérium des Pouliches, Gr1) en attestent. Il y a une réelle solidarité entre professionnels du Sud-Est et le niveau de la région progresse à grands pas… Je tiens à féliciter Rémi Fradet le cavalier du matin de Marianafoot. »

Une souche Niarchos. Élevé par le haras du Cadran pour le compte de Jean-Claude Séroul, Marianafoot est un fils de Footstepsinthesand (Giant’s Causeway), étalon en Irlande à Coolmore. Sa mère, Marianabaa (Anabaa), est gagnante de deux courses à Marseille-Borély et à Vivaux en valeur 38. Marianafoot est son deuxième produit et son premier vainqueur. Sa deuxième mère, Maria Gabriella (Rock of Gibraltar), a remporté le Prix des Lilas (L) et terminé deuxième du Prix Chloé (Gr3). Maria Gabriella est une fille de Celestial Lagoon (Sunday Silence), placée d’un Prix Herod (L) et est donc une sœur de Night of Light** (Sea the Stars), quatre fois placée de Groupe et lauréate du Prix Volterra (L). Il s’agit donc d’une famille provenant de l’élevage Niarchos.

Storm Cat

Giant’s Causeway

Mariah’s Storm

Footstepsinthesand

Rainbow Quest

Glatisant

Dancing Rocks

MARIANAFOOT (M4)

Danzig

Anabaa

Balbonella

Marianabaa

Rock of Gibraltar

Maria Gabriella

Celestial Lagoon

Bin General, un nom à retenir

Dès l’épreuve d’ouverture, les "FR" ont brillé grâce à la victoire d’Évolution du Croate (Dahess). C’est Gérard Larrieu qui l’a acheté 20.000 € à la vente de Saint-Cloud organisée par Arqana en partenariat avec l’Afac. Le podium de cette épreuve est 100 % "FR" car c’est Razad (Général) qui prend la deuxième place devant Ibn Al Ameed (General). Cependant, chez les jeunes chevaux, la belle impression du jour est venue de Bint General (General). Pour ses premiers pas, ce "FR" a fait preuve d’un réel professionnalisme et de classe. Il est estimé, et beaucoup lui prédisent un bel avenir. Ce pensionnaire d’Alban de Mieulle, issu de General (haras du Grand Courgeon) est le frère de Samaa (Majd Al Arab), lauréate du Qatar Arabian Trophy des Pouliches (Gr1 PA), Al Fatih (Amer), lauréat de quatre courses, dont le Qatar Total French Arabian Breeders’Cup Classic (Gr1 PA) à Longchamp, mais aussi de Rasheeqah (Amer), gagnante du French Arabian Breeders Challenge (Gr1 PA).

À une longueur de Bint General, Taish (Jaafer ASF) courait pour la deuxième fois. C’est aussi le cas du troisième Maxr (Jaafer ASF). Les trois premiers sont des "FR".