Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

L’inquiétude règne dans le Sud-Est

Courses / 08.02.2019

L’inquiétude règne dans le Sud-Est

L’inquiétude règne dans le Sud-Est

Le 4 février, l’hippodrome de Marseille Pont-de-Vivaux accueillait sept courses, mais également deux assemblées générales, celle des propriétaires du Sud-Est et celle des éleveurs de la région. Kamel Chehboub, président du Syndicat des éleveurs de la région, nous a livré les points clés de cette réunion.

Ce vendredi, l’homme du haras de la Gousserie nous a expliqué : « Nous avons décidé d’enchaîner les deux assemblées générales afin de réunir tous les gens du galop du Sud-Est. Nous avons évoqué la situation actuelle du galop qui n’est pas simple et préoccupe l’ensemble des adhérents, qu’ils soient propriétaires ou éleveurs. Serge Tardy, le président de l’Association des propriétaires de la région, a développé les problématiques des élections nationales qui arrivent et sur lesquelles il va falloir qu’on pèse, puisque nous vivons des années charnières avec une situation au galop peu réjouissante. »

Des professionnels inquiets. « Les gens s’inquiètent beaucoup et sont très remontés suite à la suppression de la prime des 6ans et plus. Ils demandent au Syndicat national de peser de tout son poids, car ce n’est pas normal que les éleveurs n’aient pas voix au chapitre. Il règne une certaine morosité, les gens sont pessimistes, car le PMU n’est pas florissant. Ils pensent à investir moins et il faut leur redonner le moral. Nous sommes tous inquiets et nous attendons que Paris prenne des mesures fortes. »

Tout est mis en œuvre pour préserver Marseille. « Patrice Camacho, président de la société hippique de Marseille, a fait un focus sur l’avenir de Marseille-Borély. La mairie de Marseille exerce une pression afin de récupérer le champ de courses dans quelques années, mais nous faisons en sorte que cela ne se réalise pas et nous n’allons pas nous laisser faire. Aujourd’hui, les associations sont beaucoup plus impliquées dans la société hippique. Le centre d’entraînement sera refait en totalité, et les hippodromes de Borély et de Vivaux ont subi des améliorations. À Vivaux, un restaurant modernisé pouvant accueillir trois cents personnes sera opérationnel dans deux semaines, et le salon des propriétaires ainsi que les tribunes ont été refaits à neuf. Des activités nouvelles sont en train de se développer afin d’occuper l’espace inutilisé du milieu de l’hippodrome, il y a notamment un projet de karting qui est en route. À Borély, le restaurant a été refait en totalité et des soirées ont lieu tout au long de l’année, afin de ne pas compter que sur les courses pour rentrer de l’argent. Depuis l’arrivée de Patrice Camacho à la présidence, nous faisons en sorte d’amener de nouvelles ressources pour rentabiliser les champs de courses et faire des économies. Tous les efforts réalisés au sein du centre d’entraînement et des hippodromes de Calas portent leurs fruits, comme le démontrent les bons résultats du Sud-Est. La société hippique a amélioré les structures et le centre d’entraînement est plein avec six cents chevaux. Il y a d’ailleurs une liste d’attente. »