La France gagne un Gr1 en 2019

International / 07.02.2019

La France gagne un Gr1 en 2019

Les décisions de la réunion de l’European Pattern Committee (E.P.C.) du jeudi 24 janvier ont été révélées ce mercredi. Les principaux changements concernent la France : le Qatar Prix de Royallieu devient un Gr1 sur 2.800m tandis que le Qatar Prix Jean Prat (Gr1) est raccourci, passant sur 1.400m, toujours sur la ligne droite de Deauville.

Par Anne-Louise Échevin

Promotions, changements d’orientation, nouvelles initiatives… Voici les – plutôt – bonnes nouvelles, pour la France, suite à la réunion de l’E.P.C.

Le Qatar Prix de Royallieu : une promotion et un allongement. L’E.P.C. a accepté la demande de la France concernant la promotion du Qatar Prix de Royallieu. L’épreuve passe de Gr2 à Gr1 mais avec un changement : celle de la distance. L’épreuve se courra désormais sur 2.800m et non plus 2.500m. Ces changements entrent donc dans la réforme du programme des stayers lancée en 2016 par l’E.P.C. et c’est une nouvelle intéressante pour la France.

Une vraie filière mise en place en France pour les juments de tenue. La promotion du Qatar Prix de Royallieu en Gr1 et son passage sur 2.800m permet de mettre en place une vraie filière pour les juments de tenue. Elle s’inscrit dans la continuité de ce qui a été mis en place en 2018, avec la création du Prix Gold River (L) et les évolutions du Prix Belle de Nuit en Gr3 sur 2.800m. Pierre Laperdrix, chargé de mission au département programme de France Galop, nous a dit : Le Prix Gold River a bien marché en 2018, que ce soit en termes de partants que de ratings, puisqu’il a un rating de 101,25 [rating minimum requis : 95, ndlr]. On constate aussi que le Prix Joubert (L) fonctionne bien et le Prix Belle de Nuit a eu de la réussite pour sa première édition au niveau Gr3. »

La filière pour les juments de tenue en France se structure bien. Les concurrentes du Prix de Pomone peuvent désormais allonger le tir dans le Royallieu. Une bonne gagnante de Prix Joubert a désormais une nouvelle option : aller sur le Royallieu face aux seules femelles ou tenter le coup face aux mâles de 3ans dans le Qatar Prix Chaudenay (Gr2). Après le Royallieu, les options se dessinent bien également : il y a le Prix Royal-Oak (Gr1) pour la gagnante ou les meilleures d’entre elles, et le Prix Belle de Nuit devient une consolante. Les juments du Qatar Prix Vermeille (Gr1) souhaitant allonger le tir peuvent aussi aller sur le Royallieu. Le programme européen présente différentes options pour elles : celles qui veulent aller sur plus court ont à disposition le Prix de l’Opéra Longines (Gr1) et Ascot propose, quinze jours après le week-end de l’Arc, les British Champion Fillies and Mares Stakes (Gr1) sur 2.400m.

Le Qatar Prix Jean Prat passe sur 1.400m. L’autre principal changement validé par l’E.P.C. est le passage du Qatar Prix Jean Prat (Gr1) sur 1.400m, et non plus sur 1.600m. La course avait déjà évolué en 2018 puisqu’elle avait été transférée de Chantilly à la ligne droite de Deauville et, encore auparavant, elle avait changé de date. Le Jean Prat reste sur la côte normande mais va se trouver un nouveau rôle et l’idée vaut le coup d’être mise en œuvre.

Le programme pour les milers de 3ans européens est riche au printemps. Il y a bien sûr les différentes Guinées, mais aussi les St James’s Palace Stakes (Gr1) de Royal Ascot. Cette dernière épreuve s’est imposée comme la finale des gagnants des Guinées, même si le lauréat de la Poule d’Essai des Poulains est tenté d’aller sur le Qipco Prix du Jockey Club (Gr1). Le Jean Prat restait un objectif en lui-même en France, mais il peinait à garder une place déterminante dans le programme européen puisque les Britanniques et Irlandais, après les St James’s, se tournaient plutôt vers les Qatar Sussex Stakes (Gr1), fin juillet ou début août à Goodwood.

Un rôle carrefour. Pierre Laperdrix explique : « Le Jean Prat va un peu changer de rôle avec ce passage sur 1.400m, que ce soit dans le schéma français ou européen. Il aura un rôle très rassembleur et devrait devenir un vrai carrefour. » Le passage du Jean Prat sur 1.400m est intéressant car il peut attirer des chevaux d’horizons variés. Même s’il est assez proche de Royal Ascot, le Jean Prat peut faire venir les chevaux ayant couru les Jersey Stakes (Gr3, 1.400m), voire même des poulains ayant disputé la Commonwealth Cup (Gr1, 1.200m) et souhaitant allonger un peu le tir. Le Jean Prat peut aussi servir de rampe de lancement pour les flyers français de 3ans souhaitant courir le Larc Prix Maurice de Gheest (Gr1), plutôt que d’affronter les vieux dans un Prix de la Porte Maillot (Gr3). Et sur 1.400m, il peut servir de tremplin pour les 3ans désirant aller sur les 1.600m du Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1).

Les options sont donc multiples et le Jean Prat – dont le rating joue au yoyo – peut espérer attirer plus de partants : en 2018, ils étaient 7 au départ. En 2017, ils n’étaient que 5. En 2016, ils étaient 9 et, en 2015, ils étaient 8.

Deux nouvelles Listeds. Le programme français va s’enrichir de deux nouvelles Listeds en 2019. La première, qui n’est pas encore nommée, aura lieu le 4 août à Deauville. Elle sera réservée aux 3ans sur 1.200m. La deuxième, pour 4ans et plus sur 1.800m, se disputera à Clairefontaine. Cette course existe déjà : c’est le Prix Défi du Galop (A), qui prend du galon. Mais il y aura quelques ajustements. Pierre Laperdrix nous a dit : « L’étape du Défi du Galop à Clairefontaine était une course A. Elle passe donc Listed et est décalée de quelques jours puisqu’elle se disputera plus tôt dans le calendrier. C’est compatible avec l’ensemble du programme du Défi du Galop. Quant à la nouvelle Listed pour 3ans sur 1.200m, elle se disputera le jour du Maurice de Gheest. L’an dernier, nous avions eu le Prix Kistena (L) sur le même créneau [au début du mois de juillet, ndlr] et la course a bien fonctionné. »

Le mot du président

Président de France Galop, Édouard de Rothschild a déclaré : « La raison d’être de France Galop ne se résume pas uniquement aux courses de Groupe, loin de là. Néanmoins, le Prix Royallieu devient un Gr1 pour le week-end du Prix de l’Arc de Triomphe, un événement auquel nous consacrons beaucoup d’énergie et de moyens chaque année avec nos amis du Qatar Racing & Equestrian Club. Parallèlement, le raccourcissement du Prix Jean Prat, que l’European Pattern Committee a validé, poursuit la conversion de cette épreuve en véritable objectif, et pas simplement comme une épreuve de consolation pour les meilleurs 3ans. La distance de 1.400m nous semble occuper un créneau particulièrement intéressant pour l’avenir de la sélection, dans la foulée des Guinées et des Poules d’Essai. »

Dans un communiqué, France Galop précise préparer « un programme d’encouragement à la participation au Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1), le 14 juillet 2019 à ParisLongchamp. Il s’agit d’inviter les gagnants de certaines épreuves à participer gratuitement à la course. »

France : les - (maquette faire un joli - et un drapeau français)

Rétrogradation, courses menacées… L’E.P.C. apporte aussi son lot de challenges.

Le sable ne sauve pas les Sablonnets. La France gagne deux nouvelles Listeds, mais elle en perd une : le passage du Prix des Sablonnets sur la P.S.F. de Deauville n’aura pas sauvé l’épreuve. La course est rétrogradée. C’est la seule rétrogradation concernant la France en 2019. Plusieurs courses ont donc été sauvées puisque le Prix Greffulhe (Gr2), le Prix Hocquart (Gr2), le Prix La Force (Gr3), le Derby du Languedoc (L) et le Prix Saônois (L) étaient aussi menacés.

Le Prix Eugène Adam et le Prix de Malleret menacés. Le Prix Eugène Adam (Gr2) et le Prix de Malleret (Gr2) font partie des courses sous la menace d’une rétrogradation en 2020, comme l’a révélé l’E.P.C. Les autres courses françaises menacées sont : le Prix Daphnis (Gr3), le Prix Maurice Caillault (L), le Prix Cor de Chasse (L), le Derby du Midi (L) et la Coupe des 3ans (L). Rappelons que la rétrogradation des Listeds et Grs3 est automatique : s’ils n’ont pas eu le rating minimum requis durant trois ans, elles passent automatiquement au niveau inférieur.

Il faut sauver le soldat Adam ! Concernant le Prix de Malleret, il est moins menacé que l’Eugène Adam. Le Prix de Malleret a eu le rating nécessaire en 2016 et n’a pas eu beaucoup de chance en 2018 : Waldlied (New Approach), la gagnante, n’a pas été revue ensuite alors qu’elle avait montré le potentiel d’une pouliche de Gr1. Mais l’E.P.C. ne peut pas prendre en compte ce type de considération.

Le cas du Prix Eugène Adam est plus compliqué. L’année 2019 sera l’année de la dernière chance en ce qui le concerne. La course ne trouve plus sa place dans le calendrier : en 2018, ce fut l’année catastrophe puisqu’ils n’étaient que cinq au départ et Native American s’y est mortellement accidenté. C’était Moonlightchampagne qui prenait la quatrième place – et un chèque – dans le lointain. France Galop va donc prendre différentes mesures pour tenter de sauver l’épreuve.

Le Prix Eugène Adam, aussi connu sous le nom de Grand Prix de Maisons-Laffitte, ne va plus se disputer sur l’hippodrome des bords de Seine. Il va migrer à Saint-Cloud et changer de date, se trouvant donc un nouveau rôle. Pierre Laperdrix nous a dit : « Le Prix Eugène Adam va se disputer le 30 juillet, le jour du Grand Prix de Saint-Cloud. Nous avons fait le choix de le changer d’hippodrome car nous ne pouvons plus utiliser le parcours corde à droite de Maisons-Laffitte, et les parcours en ligne droite ou corde à gauche ne font pas l’unanimité. En avançant dans le programme, le Prix Eugène Adam devient une consolante du Prix du Jockey Club. Il faut prendre en compte que le rôle du Prix Guillaume d’Ornano, au mois d’août à Deauville, a évolué puisqu’il sert désormais de porte d’entrée aux 3ans en vue du programme de l’automne : cela a été constaté l’an dernier avec Study of Man, ou les années précédentes avec Almanzor par exemple. »

Le Daphnis passe le week-end. France Galop tente, depuis quelques années, d’éviter d’avoir des Groupes qui se baladent seuls dans l’anonymat d’un jour de semaine. Le Prix Daphnis va tenter de retrouver un nouveau souffle le week-end, comme nous l’a expliqué Pierre Laperdrix : « Le Prix Daphnis avait déjà changé l’an passé puisqu’il était passé du printemps à l’été. Mais il s’est retrouvé tout seul un mardi. Cette année, il va notamment changer de date et se disputer le samedi du Prix du Calvados (Gr2). Nous espérons qu’il puisse retrouver de l’attrait en étant bien entouré. » Le dicton dit : mieux vaut être seul que mal accompagné, mais on est en effet toujours mieux lorsque l’on est avec les copains !

Les Listeds de province continuent de souffrir. À chaque compte-rendu de l’E.P.C., on constate que les Listeds françaises de province souffrent : l’an dernier, le Sablonnet comme le Derby du Languedoc étaient menacées et le couperet est tombé pour les Sablonnets. En 2016, les Prix George Trabaud et Policeman avaient été rétrogradés. Des courses comme le Grand Prix du Nord ou le Prix de la Californie avaient aussi été sous le coup d’une menace de rétrogradation et ont finalement été sauvées. On ne peut que le regretter, mais ce phénomène est probablement la conséquence de certaines évolutions dans l’univers des courses : beaucoup de ces Listeds étaient traditionnellement des finales de province. Le monde a changé, il est beaucoup plus facile de se déplacer d’une région à l’autre et ces Listeds semblent désormais avoir du mal à trouver leur place. À France Galop d’essayer de trouver la solution à ce qui est certainement un vrai casse-tête.

France : les ajustements (drapeau France)

Mieux vaut prévenir que guérir… L’E.P.C. a validé certains ajustements dans le programme black type français.

Le Prix du Conseil de Paris évolue. Un changement assez important concerne le Prix du Conseil de Paris (Gr2), qui a pendant longtemps été la consolante de l’Arc. Mais le monde a changé et le Conseil de Paris ne trouve plus sa place dans un univers des courses mondialisé. Les chevaux de l’Arc ont beaucoup d’options à portée de main : Champion Stakes, Breeders’ Cup Turf, Japan Cup, Hong Kong Vase (Grs1)… Le Conseil de Paris n’a donc plus trop la cote et, s’il reste tel qu’il est, son statut n’est pas à l’abri d’une menace de rétrogradation.

France Galop fait donc le choix de le raccourcir. Pierre Laperdrix nous explique : « Le Prix du Conseil de Paris était une vraie consolante pour les battus de l’Arc dans le temps, mais on constate qu’il perd ce rôle. Son rating varie beaucoup d’une année à l’autre et il peine à attirer des partants : cinq partants l’an dernier avec un seul cheval ayant couru l’Arc, quatre partants en 2017 ou encore six partants en 2016. Il n’est pas sous le coup d’une menace mais nous préférons agir dès cette année. Il va donc passer de 2.400m à 2.200m. Il pourrait attirer, par exemple, des chevaux en provenance du Prix Dollar et s’ouvrir plus d’options. »

Le Greffulhe en mode Muguet. Le Prix Greffulhe a échappé à la rétrogradation mais France Galop a fait le choix de le changer de place. On va ainsi le retrouver à Saint-Cloud le 1er mai. Il est donc avancé de quelques jours et, plutôt que de se retrouver esseulé en semaine, il va venir renforcer le programme de ce jour férié. Le temps entre le Prix La Force et le Prix Greffulhe permet toujours d’aller d’une épreuve à une autre et la distance entre le Greffulhe et le Jockey Club augmente d’une semaine.

On avance le Prix Chloé. En 2019, il n’y aura pas de course à Chantilly au mois de juillet, ce qui a un impact sur le Prix Chloé (Gr3), couru au début du mois de juillet. Pierre Laperdrix nous dit : « On constate que les entraîneurs sont très attachés au Prix Chloé et désirent qu’il reste à Chantilly et sur la distance de 1.800m. L’épreuve est donc un peu avancée et se disputera le samedi 29 juin. »

Ajustements de distance pour les Prix Ronde de Nuit, Sigy et Texanita. Les Prix Ronde de Nuit (L), Sigy et Texanita (Grs3) ont droit à un ajustement sur les distances. Plutôt que de proposer, dans l’ordre des courses, de courir sur 1.200m, 1.200m et 1.100m, France Galop met en place une progression : le Ronde de Nuit passe sur 1.100m et les Sigy et Texanita sur 1.200m.

L’Italie et l’Allemagne en souffrance (drapeau Italie et Allemagne)

L’Italie et l’Allemagne n’ont pas la forme. L’Italie n’a désormais plus de Gr1 tandis que l’Allemagne a deux Grs1 sous menace de rétrogradation.

L’Italie de neuf à zéro en treize années. En 2006, l’Italie avait, dans le calendrier, neuf courses parées du label Gr1. L’année suivante, faute de rating suffisant, les Oaks d’Italie ont été rétrogradés à Gr2. Le Derby italien a suivi le même sort deux ans après. Et le succès dans le St Leger (Gr1) de Mastery (Sulamani), lauréat de la première édition Gr2, n’a pas porté ses fruits. L’écroulement a vraiment commencé en 2014 avec le déclassement du Grand Criterium. En 2016, ont sauté le Gran Premio di Milano et le Premio Presidente della Repubblica. Le nettoyage de 2017 – balayés les Premio Roma, Premio Vittorio di Capua et Premio del Jockey Club – avait laissé au galop italien un seul Gr1, le Premio Lydia Tesio. Il a résisté pendant deux éditions…

Membre associé et en attente… La chute des ratings des Grs1 italiens est très claire et même une gagnante des Oaks comme Danedream (Lomitas) n’a pas pu redorer le blason des courses ternies. L’E.P.C. a apprécié la présence des représentants du ministère de l’Agriculture à la réunion du 24 janvier et adressera des requêtes spécifiques sur le délai du paiement des allocations ainsi qu’au niveau du règlement des courses (lire contrôle anti-dopage sur les chevaux à l’entraînement). L’E.P.C. tiendra l’Italie sous surveillance en 2019 et, en attente de résultats, le pays membre fondateur du Comité passe au statut de membre associé avec l’espoir de retrouver ses marques. Le ministre de l’Agriculture Gian Marco Centinaio, qui a mis en place une task force pour écrire une réforme des courses, a déclaré mardi : « Nous sommes au travail pour accélérer le paiement des allocations. Je trouve inconcevable et honteux que les propriétaires et les professionnels soient payés avec huit mois de retard. » À Naples, il y a une vieille blague : un flic s’échappe d’un embouteillage et rentre dans un café. Une dame lui demande : « Avez-vous vu tout ce trafic ? » La réponse : « Ne m’en parlez pas… »

Le problème Capannelle et une promotion. Malheureusement, la situation des courses en Italie n’est pas une blague. Capannelle, qui propose onze des vingt-six Groupes italiens, est encore dans l’impasse suite aux discussions entre la ville de Rome, propriétaire de l’hippodrome, et Hippogroup, la société gérante, sur le prix de location. La différence se situe entre 66.000 € et 2.500.000 €. Hippogroup a annoncé que le 28 février, sans nouveauté, tous les usages seront fermés et la société enverra les avis de licenciement aux salariés. Un plan B – lire le transfert des Groupes à Milan – est déjà prêt dans un tiroir… L’Italie peut se consoler avec la promotion au niveau Gr2 de son Prix Marcel Boussac, le Premio Dormello, qui bénéficie aussi d’une hausse d’allocation à 257.400 €.

Allemagne, deux Grs1 en danger. L’Allemagne est sortie sans dégâts du jugement de l’E.P.C., bien que quatre de ses Grs1 offrent une allocation plus basse que des Grs2 italiens. Quatre de ses courses sont dans la liste de celles qui risquent la rétrogradation pour rating insuffisant, dont deux Grs1. Il s’agit du Derby allemand qui, pour la troisième fois en quatre ans, a affiché un rating assez loin du 115 requis. Il faut toujours un peu d’indulgence en jugeant un classique historique. Mais il est logique de noter que l’élevage allemand n’a pas réussi à produire des chevaux de très haut niveau, comme c’était encore le cas dans un passé très proche. L’autre Gr1 en danger est le Preis von Europa qui, cette année, a produit un rating moyen de 112. C’est la troisième faute consécutive. Mais, deux semaines avant le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, c’est très compliqué de trouver de vrais chevaux de Gr1 prêts à faire ce déplacement pour une allocation totale de 155.000 €, dont 100.000 € au gagnant, et après avoir payé 3.100 € en quatre tranches…

En résumé…

Promotion : Gr2 à Gr1
Date Course Hippodrome Pays S/A Distance
05/10/2019 Royallieu ParisLongchamp FR F, 3ans et + 2.800m
Promotion : Gr3 à Gr2
28/06/2019 Balanchine Curragh IRE F, 2ans 1.200m
24/08/2019 City of York York GB 3ans et + 1.400m
20/10/2019 Dormello Milan ITY F, 2ans 1.600m
Promotion : L à Gr3
19/05/2019 Juvenile Fillies’ Sprint Naas IRE F, 2ans 1.200m
11/10/2019 Pride Newmarket GB F, 3ans et + 2.000m
12/10/2019 Zetland Newmarket GB 2ans 2.000m
Nouvelles Listeds 
24/03/2019 À nommer Naas IRE 4ans et plus 2.000m
02/05/2019 À nommer Chelmsford GB F, 3ans 1.200m
06/05/2019 À nommer Curragh IRE 2ans 1.000m
04/08/2019 À nommer Deauville FR 3ans 1.200m
09/08/2019 À nommer (Défi du Galop) Clairefontaine FR 4ans et + 1.800m
Rétrogradations : perte du statut de Gr1
04/11/2018 Lydia Tesio Rome ITY F, 3ans et + 2.000m
Rétrogradations : perte du statut de Gr3
15/07/2018 Zawawi Cup Jagersro 3ans et + 1.200m
Rétrogradations : perte du statut de Listed
16/12/2018 Sablonnets Deauville FR 2ans 1.500m
28/10/2018 Neue Bult Pokal Hannover GER 3ans et + 1600m
20/05/2018 Rochestown Naas IRE 2ans 1.000m
12/10/2018 Carlingford Dundalk IRE 3ans et + 1.200m
29/04/2018 Carlo Chiesa Rome ITY F, 3ans et+  1.200m
26/08/2018 Norsk Derby Ovrevoll NOR 3ans 2.400m
23/07/2018 GP d’Avenches Avenches SWI 3ans et + 2.400m
Courses de Gr1 et Gr2 menacées de rétrogradation
France
01/07/2018 Malleret Saint-Cloud
15/07/2018 Eugene d’Adam Maisons-Laffitte
Allemagne
10/06/2018 Diana Trial Berlin
08/07/2018 Deutsches Derby Hambourg
27/08/2018 Goldene Pietsch Baden-Baden
23/09/2018 Europa Cologne
Italie
13/05/2018 Presidente Della Repubblica Rome
Turquie
03/09/2017 Topkapi Trophy Veliefendi