La ville de Pau finance la rénovation de la piste en sable fibrée de son hippodrome

Courses / 05.02.2019

La ville de Pau finance la rénovation de la piste en sable fibrée de son hippodrome

Le siège de France Galop accueillait ce mardi une conférence animée par Édouard de Rothschild, président de la société-mère, François Bayrou, maire de Pau, et Jean-Louis Foursans-Bourdette, président de la Sepa (Société d’encouragement des Pyrénées-Atlantiques). Ils ont annoncé la rénovation complète de la piste en sable fibrée de l’hippodrome palois.

La P.S.F. de Pau fut la première surface tout temps créée en France. Inaugurée en 2000, elle avait besoin d’être entièrement rénovée et son tracé va être redessiné afin de pouvoir accueillir des courses de plat dans les meilleures conditions, tout au long de l’année. Jean-Louis Foursans-Bourdette a expliqué : « C’est un projet très ambitieux puisque cette piste sera la plus grande de P.S.F. de France. Elle aura un tracé de 2.300m de tour, et sa ligne droite pourra aller jusqu’à plus de 600m, ce qui permettra aux attentistes d’avoir le temps de revenir. Au total, ce sont 36.000m² qui vont être entièrement restructurés. Nous allons vérifier les fondations de la piste, et si elles ne sont pas de qualité suffisante, nous les reprendrons. Nous allons nous inspirer des modèles de Chantilly et de Deauville et nous allons choisir ce qu’il y a de meilleur afin que la nouvelle piste ait la capacité d’accueillir des courses de grande qualité. Le parcours a été dessiné par François Bayrou il y a 20 ans et il était temps que la piste fasse peau neuve, étant donné toutes les technologies de pointe dont nous disposons aujourd’hui. Elle servira bien sûr également pour l’entraînement. Chaque Fédération régionale des courses dispose d’une piste en sable "fibrée" ; celle du Sud-Ouest demeure celle de Pau. Elle sera ainsi prête à accueillir l’avenir des courses. »

Une piste entièrement financée par la ville et qui pourra accueillir davantage de réunions. L’investissement est pris en charge par la ville de Pau, à travers l’amendement Myard, qui prévoit que les communes et groupement de communes disposant d’un hippodrome touchent 0,1 % du montant de paris des courses organisées sur leur territoire. François Bayrou, maire de Pau, a précisé : « Nous avons voulu que les plus hauts standards d’exigence soient respectés, et nous allons obtenir le revêtement le plus adapté possible. C’est un investissement des collectivités locales, qui prouvent là leur engagement envers les courses hippiques. France Galop sait que l’attribution des journées de courses est dans le marché de manière plus ou moins explicite. » Les travaux devront avancer bon train, puisque l’inauguration de la piste est prévue pour le mois d’octobre. Jean-Louis Foursans-Bourdette a déclaré : « La réunion du 30 mars se tiendra sur la piste actuelle, et les travaux débuteront au mois de mai. Ils seront terminés en septembre, et la nouvelle piste sera donc opérationnelle en octobre. Le montant d’investissement est actuellement de trois millions et demi d’euros. Ce sera la première piste en sable fibrée qui aura été entièrement financée par une ville, et non pas par l’Institution. »

De son côté, France Galop salue la remarquable implication de la ville de Pau dans la valorisation de son hippodrome. Cette démarche est un atout décisif pour promouvoir le champ de courses palois et renforcer son positionnement dans une région connue pour le dynamisme de la filière hippique. Déjà renommée pour son programme de courses d’obstacle, Pau pourra ainsi répondre plus complètement aux attentes des professionnels des courses de plat.

Un calendrier densifié. Grâce à l’ajout de deux réunions supplémentaires sur la P.S.F. de l’hippodrome en 2019, le calendrier des courses de plat à Pau va accueillir 76 courses cette année, contre 62 précédemment. Édouard de Rothschild a ajouté : « Plus que jamais, je suis persuadé aujourd’hui que l’avenir des hippodromes passe par les partenariats gagnant/gagnant avec les collectivités locales. Ce cercle vertueux est le modèle que recherchent tous les hippodromes du pays. Deux réunions supplémentaires auront lieu, le 30 mars et le 26 octobre. Comme chacun le sait, l’hippodrome de Maisons-Laffitte ne sera plus opérationnel à la fin de l’année 2019 et il y aura un nombre de réunions importantes à réattribuer. Avec la création de cette nouvelle P.S.F., je ne doute pas que nous trouverons les moyens d’aller encore plus loin. »