Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le french flair des éleveurs de "FR" !

Magazine / 08.02.2019

Le french flair des éleveurs de "FR" !

Obstacle : les "FR" gagnent le crunch !

À force de voir des "FR" gagner sur les obstacles anglais et irlandais, nous sommes tous un peu blasés… Mais il ne faut pas ! L’année 2019 bat tous les records. La preuve dans notre mini-enquête en deux parties.

Partie 1 (hier) : la réussite "FR" par les chiffres.

Partie 2 (aujourd’hui) : le french flair.

Par Adrien Cugnasse 

Rien de chauvin dans ce constat : la France a probablement les meilleurs éleveurs d’obstacle du monde.

En Irlande, grand pays d’élevage, la tradition voulait que tout ce qui a du modèle et une couleur sombre puisse envisager de produire en obstacle. L’approche française a beaucoup changé avec le temps, notamment (mais pas uniquement) sous l’influence des leaders de l’élevage hexagonal, comme Nicolas de Lageneste ou Benoît Gabeur. Les meilleurs éleveurs tricolores ont développé une connaissance des pedigrees d’obstacle aussi pointue que leurs équivalents en plat. Cela passe bien sûr par la sélection des juments, mais aussi par celle des étalons. Vous voulez une preuve ? Certains Français ont déjà détecté celui qui s’annonce comme le futur père de pères à la mode outre-Manche. Son nom ? Camelot (Montjeu) ! Alors qu’il n’avait encore rien prouvé chez les sauteurs, certains éleveurs français d’obstacle ont envoyé des juments à l’étalon de Coolmore. Le dernier cheval à avoir (presque) réussi à remporter la Triple couronne a ainsi reçu des mères en provenance de chez Thierry Cyprès, Guy Cherel, Nicolas de Lageneste, Patrick Boiteau (liste non exhaustive)… c’est cela le French flair (pour découvrir les reproducteurs de demain) !

De Sadler’s Wells à Montjeu. Les seize "FR" qui ont ajouté un Groupe à leur palmarès en ce début d’année nous ont permis d’établir une liste de trente pères et pères de mères on fire (en réussite actuellement). Or, et ce n’est pas une surprise, seulement six sont encore actifs et non privés. L’éleveur de sauteurs est donc en permanence obligé de chercher les étalons de demain, en sachant que ceux qui ont fait leurs preuves sur les obstacles seront toujours rares et minoritaires. Notre éleveur est donc aussi en permanence obligé de suivre l’évolution du marché du plat. Ces dernières années, ce sont probablement Sadler’s Wells (Northern Dancer) et son fils Montjeu (Sadler’s Wells) qui ont donné le plus d’étalons d’obstacle à succès.

Leur réussite en tant que père de pères n’est pas tout à fait un hasard. En dehors de leur capacité à produire des chevaux ayant de la tenue et pouvant se mouvoir en terrain souple, ils ont eux-mêmes donné des gagnants de Gr1 sur les obstacles parmi leurs "réformés" du plat.

SADLER'S WELLS : SES TOPS EN OBSTACLE

Gagnant de Gr1 Année de monte du père Performances

Istabraq 8e Triple lauréat du Champion Hurdle (Gr1)

Zaiyad 17e Grande Course de Haies d’Auteuil & Grand Prix d’Automne, deux fois (Grs1)

Pridwell 5e Aintree Hurdle (Gr1)

Synchronised 18e Cheltenham Gold Cup & Lexus Chase (Grs1)

MONTJEU : SES TOPS EN OBSTACLE

Gagnant de Gr1 Année de monte du père Performances

Won in the Dark 3e Juvenile Hurdle & Champion 4yo Hurdle (Grs1)

Hurricane Fly 3e 22 victoires au niveau Gr1

Ivanovich Gorbatov 11e Triumph Hurdle (Gr1)

CES "SADLER’S WELLS" QUI ONT DONNÉ AU MOINS DEUX GAGNANTS DE GR1

Sur les obstacles irlandais, français ou anglais

Antarctique

Beat Hollow

Galileo

In the Wings

Kayf Tara

King's Theatre

Milan

Montjeu

Old Vic

Oscar

Poliglote

Saddler Maker

Sholokhov

Yeats

CES "MONTJEU" QUI ONT DONNÉ AU MOINS DEUX GAGNANTS DE GR1

Sur les obstacles irlandais, français ou anglais

Authorized (haras du Logis)

Montmartre (haras du Hoguenet)

Scorpion

Walk in the Park

De Montjeu à Camelot. Exactement comme son père, Camelot a donné vingt et un black types et trois gagnants de Gr1 en plat, alors que ses premiers produits terminaient leur saison de 3ans : Athena (Belmont Oaks), Latrobe (Irish Derby) et Wonderment (Critérium de Saint-Cloud). C’est remarquable, même si Montjeu avait fait encore plus fort avec trois classiques – contre un seul pour Camelot – et un gagnant du Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) dans sa première génération : Hurricane Run (Arc & Derby d’Irlande, Grs1), Motivator (Derby d’Epsom & Racing Post Trophy, Grs1) et Scorpion (Grand Prix de Paris & St Leger, Grs1).

Sur les obstacles, Montjeu a dû attendre sa troisième génération de produits pour donner un gagnant de Gr1. Or Camelot, dès sa première production, a déjà atteint ce niveau : lors du Tattersalls Ireland Spring Juvenile Hurdle (Gr1), Sir Erec (Camelot) et Gardens of Babylone (Camelot) ont décroché les deux premières places ! Le fait que Camelot – comme Montjeu et Sadler’s Wells avant lui – donne rapidement des chevaux de niveau Gr1 sur les obstacles est un vrai signe : la chasse aux fils de Camelot pour produire des sauteurs est donc officiellement ouverte !

L’incroyable week-end de Montjeu. En attendant les Camelot, n’oublions pas que huit fils de Montjeu font la monte en France : Authorized (haras du Logis), Honolulu (haras de La Haye Pesnel), Joshua Tree (haras du Grand Courgeon), Masked Marvel (Étreham au haras de la Tuilerie), Montmartre (haras du Hoguenet), Motivator (haras du Quesnay), Walzertakt (haras de la Croix Sonnet), National Flag (haras du Pallaton)… Surtout que les fils et petit-fils du grand champion de John Hammond ne cessent de briller outre-Manche. Le week-end dernier, dans le Tattersalls Ireland Spring Juvenile Hurdle (Gr1), la course où les produits de Camelot (Montjeu) ont pris les deux premières places, ils devançaient un "FR" par Authorized (Monjeu) et un poulain allemand par Jukebox Jury (Montjeu) ! Et ce n’est pas tout, toujours à Leopardstown, mais la veille, Commander of Fleet (Fame and Glory) a remporté le Nathaniel Lacy & Partners Solicitors 50.000 Cheltenham Bonus For Stable Staff Novice Hurdle (Gr1). Il offre ainsi un premier Gr1 au trop tôt disparu Fame and Glory (Montjeu)… encore un fils de Montjeu. En s’imposant pour la première fois au niveau Gr1, Commander of Fleet dominait d’une demi-longueur Rhinestone… un produit de l’ultime génération de Montjeu !

LES DIX MEILLEURS SAUTEURS ANGLO-IRLANDAIS (*)

Rang Étalon (Pays de naissance) Père RPR Pays de monte du père

1 Altior (IE) High Chaparral 180 Irlande

2 Bristol de Mai (FR) Saddler Maker 177 France

3 Clan des Obeaux (FR) Kapgarde 176 France

4 Frodon (FR) Nickname 176 France

5 Thistlecrack (GB) Kayf Tara 174 Grande-Bretagne

6 Un de Sceaux (FR) Denham Red 174 France

7 Buveur d’Air (FR) Crillon 173 France

8 Native River (IE) Indian River 173 France puis Irlande

9 Cyrname (FR) Nickname 172 France

10 Kemboy (FR) Voix du Nord 172 France

(*) Selon le Racing Post Rating, au 7 février 2019

Vous avez dit french flair ? Comme nous l’expliquions hier, les irlandais représentent 50 % de l’effectif de sauteurs à l’entraînement outre-Manche, alors que les français sont moins de 17 %. Le vrai chiffre est d’ailleurs sans doute inférieur, puisque les frenchies apparaissent dans une catégorie baptisée "Autres" par les autorités hippiques britanniques, en compagnie de quelques allemands et américains venus du plat… Pourtant, bon nombre de favoris dans les épreuves du Festival de Cheltenham 2019 sont des "FR". Ainsi, personne ne sera surpris de constater que cette saison, outre-Manche, pas moins de sept des dix meilleurs Racing Post Rating ont été décrochés par des chevaux nés dans l’Hexagone. Ils sont tous issus d’étalons qui ont "percé" grâce au système français. Mais ce n’est pas tout, un des deux irlandais, Native River, est issu d’Indian River (Cadoudal), un "FR", gagnant à Auteuil et qui a commencé sa carrière de reproducteur dans l’Hexagone. Les sires made in France trustent donc huit des dix premières places à cette date. À l’autre bout du spectre, on peut se demander qui sont les étalons capables de produire le plus de chevaux "utiles" en Angleterre et en Irlande. Dans cet objectif, nous avons extrait le Top 10 des sires ayant le meilleur pourcentage de descendants dotés d’un Racing Post Rating de 115, soit celui d’un sujet allant aux courses en étant capable de s’y imposer. Là encore, la réussite du système français est incroyable : neuf des dix premiers font ou ont fait la monte dans l’Hexagone. Certains lecteurs nous reprochent de sortir le clairon trop facilement, à chaque victoire des "FR" outre-Manche. C’est d’une part un signe de reconnaissance pour le travail de ceux qui les ont élevés, formés et vendus, c’est aussi un argument d’importance qui pourrait se révéler être des plus précieux dans les mois à venir. Si le marché venait à décroître, pour cause de Brexit par exemple, il serait toujours possible de dire aux Anglo-Irlandais : « Continuez à acheter en France, c’est nous qui vous vendons les meilleurs chevaux ! »

LES DIX ÉTALONS AVEC LE MEILLEUR TAUX DE RÉUSSITE OUTRE-MANCHE (*)

Rang Étalon Partants % avec RPR de 115 ou plus Lieu de monte

1 Poliglote 26 81 Mort, après avoir fait carrière en France.

2 Voix du Nord 31 71 Mort, après avoir fait carrière en France.

3 Soldier of Fortune 19 68 Exporté, après avoir fait carrière en France.

4 King’s Theatre 151 60 Mort, après avoir fait carrière en Irlande.

5 Great Pretender 29 59 Haras de la Hêtraie (France)

6 Kapgarde 56 59 Haras de la Hêtraie (France)

7 Saddler Maker 24 58 Mort, après avoir fait carrière en France.

8 Balko 25 56 Haras du Lion (France)

9 Network 52 56 Haras d’Encki (France)

10 Dom Alco 17 53 Mort, après avoir fait carrière en France.

(*) Au 7 février 2019