PRIX DE VICHY (CLASSE 2) - Une Étoile montante

Courses / 09.02.2019

PRIX DE VICHY (CLASSE 2) - Une Étoile montante

PRIX DE VICHY (CLASSE 2)

Une Étoile montante

Avec une seule sortie dans les jambes, pour une victoire, Étoile (Siyouni) était la concurrente la moins expérimentée au départ de ce Prix de Vichy (Classe 2). Cela inquiétait Jean-Claude Rouget avant la course qui, bien que séduit par les débuts victorieux de sa pensionnaire, estimait qu’elle devrait être très bonne pour s’imposer ce samedi. La pouliche doit donc avoir des moyens, car elle n’a fait qu’une bouchée de ses rivaux.

Étoile n’a pas eu le parcours le plus facile pour une pouliche peu expérimentée, se retrouvant le nez au vent. Dans la ligne droite, elle a placé une belle accélération pour s’imposer sûrement de quatre longueurs, le peloton venant contre la lice extérieure, le terrain étant jugé très souple. Il y a eu Étoile et les autres : Stone Town (Zanzibari) prend la deuxième place, trois quarts de longueur devant Kanuka (Footstepsinthesand).

Direction Paris. Invaincue en deux sorties, Étoile va désormais monter à Paris. La représentante de l’écurie Philippe Ségalot a les moyens de bien s’y comporter. Ses limites actuelles sont inconnues. Jean-Claude Rouget a expliqué au micro d’Equidia : « C’est très bien. Elle est vraiment au-dessus du lot durant toute la course. Elle avait gagné à l’entrée de la ligne droite et s’est relâchée beaucoup à la fin. Hugo Journiac a surveillé dans l’écran géant. Maintenant, elle va attaquer les étages au-dessus et nous devrions la revoir à Paris en avril, dans une Classe 1 ou une Listed selon le programme. Je ne m’intéresse pas à la ligne mais à l’impression visuelle. Les chevaux qui gagnent deux fois en liberté ainsi ont un minimum de classe. Elle ne soufflait pas après la course. »

Une descendante de Baracala. Élevée par Mme Ades-Hazan, Mme Henochsberg et Patrick Fellous, Étoile est une fille de Siyouni, étalon au haras de Bonneval, et de Milena’s Dream (Authorized). Présentée par le haras des Capucines à la vente de yearlings d’août Arqana, elle a été adjugée 160.000 € à Jean-Claude Rouget. Elle est le deuxième produit de sa mère, qui avait remporté le Prix de la Reboursière (F, à l’époque) à Deauville sans confirmer ce succès ensuite, prenant la quatrième place à distance du Prix des Réservoirs (Gr3). Le premier produit de Milena’s Dream, Myholydream (Holy Roman Emperor), est gagnant d’une course et n’a jamais terminé plus loin que quatrième, en six sorties en France. Il a ensuite été exporté à Hongkong, où les produits d’Holy Roman Emperor sont très appréciés.

La deuxième mère est Rosella (Anabaa), gagnante d’une course. Sur ses trois produits enregistrés sur France Galop, deux sont gagnants. C’est une propre sœur de Messoeurs (Anabaa), gagnante du Prix Hampton (L) et troisième du Prix du Gros-Chêne (Gr2). Elle est la mère de Sister Trouble (Spectrum), gagnante du Prix Rose de Mai (L). Il s’agit de la souche d’Aladdine (Naaqoos), gagnante du Prix Texanita (Gr3). La quatrième mère est Baracala (Swaps), d’où Maximova (Green Dancer), lauréate du Prix de la Salamandre (Gr1) avant de devenir une très bonne poulinière : on lui doit Septième Ciel (Seattle Slew), Macoumba (Mr Prospector) ou encore Manureva (Nureyev), elle-même à l’origine de The Grey Gatsby (Mastercraftsman).

Polar Falcon

Pivotal

Fearless Revival

Siyouni

Danehill

Sichilla

Slipstream Queen

ÉTOILE (F3)

Montjeu

Authorized

Funsie

Milena’s Dream

Anabaa

Rozella

Sweet Blue Eyes