Quatre cas de grippe à Newmarket… mais pas de panique non plus

International / 11.02.2019

Quatre cas de grippe à Newmarket… mais pas de panique non plus

Dimanche, tard dans la soirée, la B.H.A. a révélé que quatre chevaux avaient été testés positifs à la grippe. Ces quatre chevaux appartiennent à l’effectif de Simon Crisford, basé à Newmarket. L’écurie du professionnel faisait partie des 174 écuries placées sous contrôle strict. En effet, Simon Crisford a eu un partant à Newcastle mardi dernier, dans une réunion où Rebecca Menzies, dont l’un des chevaux était "suspect", avait également des partants. Les chevaux de Rebecca Menzies ont finalement été testés négatifs, ainsi que le partant de Simon Crisford. Ce dernier a communiqué : « Aucun des quatre chevaux dont les tests se sont avérés positifs ne présentait des symptômes respiratoires, pas d’écoulement nasal ni de hausse de température. Les écouvillonnages ont été réalisés vendredi. Le test de ma pouliche qui a couru à Newcastle est négatif. Elle n’a eu aucun contact avec les quatre chevaux positifs. Tous les chevaux de l’écurie sont soumis à un protocole de vaccination très strict. Les quatre positifs ont été vaccinés il y a moins de six mois. »

L’ambiance à Newmarket. La B.H.A. devrait annoncer, dans la nuit de lundi à mardi, sa décision quant à la reprise, ou non, des courses mercredi. Nous avons contacté Emma Berry, journaliste au Thoroughbred Dailey News, mais aussi épouse de l’entraîneur de Newmarket John Berry, pour avoir son sentiment sur la situation. Elle nous a confié : « Notre écurie faisait partie de celles placées dans une sorte de quarantaine, car nous avons eu un partant à Ludlow mercredi. En attendant le retour des tests, nos chevaux n’avaient le droit de sortir qu’à partir de midi, quand tous les autres chevaux n’étaient plus sur les pistes d’entraînement. Cela a duré trois jours, et comme les tests se sont révélés négatifs, nous pouvons depuis ce lundi travailler normalement. J’ai aussi une poulinière non loin de Newmarket. De nombreux gros haras se situent à proximité du centre d’entraînement de Newmarket, et bien sûr, nous pensons aux jeunes foals ou aux juments pour qui les conséquences de la maladie sont bien plus graves. La T.B.A. a annoncé qu’aucun cas positif n’avait été enregistré chez les chevaux d’élevage. La saison de monte débute vendredi, ce qui implique beaucoup de mouvements de chevaux, et c’est évidemment un sujet de préoccupation. Sans compter qu’il y a aussi en Angleterre beaucoup de chevaux de sport ou de loisir pas forcément vaccinés, et qui sont en danger potentiel. Je n’ose imaginer les conséquences si l’on venait à fermer tout Newmarket, haras y compris… »

Pour autant, Emma Berry ne ressent pas une grande inquiétude à Newmarket. Elle explique : « Nous avons déjà vécu des situations plus compliquées, avec des maladies plus graves que la grippe. Les gens prennent les choses sérieusement, mais sans panique. Personnellement, je pense qu’en isolant les écuries contaminées, en prenant toutes les mesures préconisées, on va pouvoir permettre aux courses de reprendre. Je dirai peut-être autre chose quand je connaîtrai la décision de la B.H.A., mais c’est mon sentiment pour le moment ! Je n’imagine pas que le blocage des courses dure beaucoup plus longtemps. »