Soutien de la ville au site hippique de Maisons-Laffitte : mise au point !

Courses / 08.02.2019

Soutien de la ville au site hippique de Maisons-Laffitte : mise au point !

Soutien de la ville au site hippique de Maisons-Laffitte : mise au point !

Par Jacques Myard, membre honoraire du parlement, maire de Maisons-Laffitte & président du Cercle Nation et République

« En raison des fausses informations et contre-vérités propagées sur les réseaux sociaux par certaines personnes "bien intentionnées" et afin de rétablir la vérité sur l’action de la ville en faveur des activités hippiques, vous trouverez ci-dessous une note synthétique récapitulant l’engagement de l’ensemble des collectivités. Les investissements de la ville sur le site hippique ont été formalisés et inscrits dans le cadre de deux conventions de partenariat avec France Galop. Un projet portant sur une troisième convention n’a pas abouti.

Convention quadripartite en date du 26 juin 2002

Délibération du conseil municipal en date du 8 novembre 2001 : approbation du principe d’un partenariat France Galop, région, département et ville en vue de pérenniser et développer le site hippique incluant un programme important de travaux.

Délibération du conseil municipal en date du 26 mars 2002 : approbation de la convention de partenariat France Galop, région, département et ville en vue de pérenniser et développer le site hippique incluant un programme important de travaux.

Cette convention prévoit notamment et premièrement :

7.622.450 € d’investissement (hors Rond Sévigné) sur 4 ans se décomposant comme suit :

5.335.715 € hippodrome et annexes

2.286.735 € centre d’entraînement

Avec la répartition suivante :

3.048.980 € France Galop 40 %

2.286.735 € région (subvention à France Galop 30 %)

1.524.490 € département (subvention à France Galop 20 %)

762.245 € ville (subvention à France Galop 10 %)

N. B. L’intégralité de ce montant a fait l’objet de quatorze versements entre décembre 2003 et juillet 2008.

Deuxièmement : l’engagement de la commune d’acquérir et de viabiliser le Rond Sévigné.

3.060.924 € d’investissements (acquisitions foncières et travaux) auxquels on peut retirer 544.393 € de subventions du département et de la Caisse des dépôts et consignations, soit un investissement de la ville de 2.516.531 € + 9.958 € (travaux 2012) = 2.526.489 € + 21.711 € (travaux clôtures portail 2015) = 2.548.200 € au total.

Délibération du conseil municipal en date du 22 juin 2004 : avenant à la convention qui passe de 4 à 6 ans, soit jusqu’en juillet 2008.

Convention bipartite en date du 12 juillet 2007

Délibération du conseil municipal en date du 28 juin 2007 : approbation d’une convention bipartite entre la ville et France Galop portant sur le développement du site hippique.

Travaux estimés 750.000 € dont 120.000 € de subventions de la ville à France Galop à verser en 2007 et 2008 (sécurisation des pistes et travaux de drainage).

N. B. L’intégralité de ce montant a fait l’objet de deux versements entre octobre 2008 et décembre 2009.

Délibération en date du 5 octobre 2009 : avenant à la convention bipartite entre la ville et France Galop : prolongation d’un an et confirmation du versement de la deuxième part de la subvention (fin = 31 décembre 2009).

N. B. En parallèle France Galop a signé une convention de subvention portant sur le même objet avec le département pour une aide globale de 240.000 €.

Projet de convention tripartite

Cette convention entre France Galop, le département et la ville pour 2013/2017 n’a pas été concrétisée, France Galop ayant refusé de s’engager !

Les investissements suivants étaient prévus :

3.000.0000 € d’investissement se décomposant comme suit :

500.000 € hippodrome (végétalisation du pesage)

2.500.000 € centre d’entraînement (réseau d’arrosage automatique, création et rénovation des pistes).

Avec la répartition suivante :

France Galop : 1.500.000 €, soit 50 %

département : 900.000 €, soit 30 %

ville : 600.000 €, soit 20 %

Ces précisions doivent permettre de faire cesser les accusations inadmissibles selon lesquelles la ville n’aurait rien fait ! »