ZABEEL MILE (GR2) - Les malheurs de Wootton ** font le bonheur de Mythical Magic

International / 21.02.2019

ZABEEL MILE (GR2) - Les malheurs de Wootton ** font le bonheur de Mythical Magic

MEYDAN (AE), JEUDI

Madame La Chance continue à jouer des mauvais tours à Wootton ** (Wootton Bassett). Le français, qui effectuait ses débuts pour l’entraînement de Charlie Appleby dans le Zabeel Mile (Gr2), a fini quatrième, à l’issue d’un parcours cauchemardesque, alors que Mythical Magic (Iffraaj) était parti vers la gloire, décrochant son premier Groupe. James Doyle, pilote de Wootton, a expliqué : « Une vraie catastrophe. Je me suis trouvé dernier, il y a eu heureusement un bon train mais les chevaux devant nous n’avançaient pas et j’ai eu du mal à trouver le passage. Je ne dis pas qu’il aurait gagné, mais il pouvait terminer beaucoup plus proche. »

Entre le Dubai Turf et l’Australie. Il ne faut rien enlever à Mythical Magic, qui a gagné en tout bon cheval. Le pensionnaire de Charlie Appleby a beaucoup progressé par rapport à l’année dernière, quand il s’est classé deuxième au niveau Listed en France. Son entraîneur a expliqué : « Il avait déjà bien couru dans le Al Fahidi Fort (Gr2) et il a progressé. Il n’est pas un cheval facile mais il est désormais sur la montante. Nous allons discuter de son programme : il peut courir le Dubai Turf (Gr1), parce je pense que les 200m en plus ne vont pas le déranger, ou aller en Australie pour le Doncaster Mile (Gr1). »

Une belle souche Head. Mythical Magic est le 31e lauréat de Groupe produit par Iffraaj (Zafonic) et Godolphin l’avait acquis pour 140.000 Gns à la vente de foals de décembre de Tattersalls. Sa mère, Mythie (Octagonal), a gagné une course pour Criquette Head et a très bien produit. Mythical Magic est son deuxième gagnant de Groupe, après la pouliche Esentepe (Oratorio), qui avait remporté les Nell Gwynn Stakes (Gr3). Elle remonte à une belle souche de l’élevage Head. Mythie a une pouliche de 2ans par Gleneagles (Galileo) et une yearling par le même étalon achetée 200.000 Gns à la vente de de décembre de Tattersalls. 

Wootton crève l'écran... mais pas celui de notre télé !

Nous comprenons bien que la tendance est France First, pour détourner un slogan cher à Donald Trump. Mais gouverner, c’est prévoir et, parfois, nous avons bien du mal à comprendre les choix de diffusion sur Equidia. Les courses – et surtout de galop – n’ont jamais été une histoire uniquement française et la frustration de ne pas avoir vu les Groupes de Meydan sur Equidia est réelle. Nous avons eu droit au "handicap de la der’" de l’hippodrome, suivi de quelques courses sur le sable de Chelmsford. Et oui, les belles courses de Meydan se télescopaient avec la fin de Vincennes et la semi-nocturne de Lyon-La Soie. Soit. Il faut donner plus de temps à l’avant-course pour les parieurs. Soit. Mais puisque l’on parle constamment de redonner ses lettres de noblesse à notre sport, il est incompréhensible que, toutes les semaines, les belles courses du Carnival passent à la trappe ! Qu’Equidia soit là pour vendre du pari, très bien, mais la chaîne doit aussi être présente pour les grands moments de sport. Que les grandes réunions françaises comme celle du Prix d’Amérique soient protégées, bien sûr, mais que l’on prenne aussi en considération les courses étrangères de haut niveau ! Alors oui, il y a Equidia Racing. Mais ce n’est pas Equidia ! Ce jeudi, Wootton a crevé l’écran mais pas celui de notre télévision via Equidia...

Honnêtement, on commence à trembler : le Super Saturday et la réunion de la Dubai World Cup vont-ils subir le même sort ? Va-t-on préférer une longue avant-course pour un réclamer plutôt que de diffuser en direct un Dubai Turf avec une des favorites du prochain Arc ? Après tout, la réunion de la Pegasus World Cup a eu droit au même traitement qu’une ex-réunion en nocturne de Las Piedras… Ça n’a aucun sens : le produit courses est tout autant du pari que du sport de haut niveau.