À LA UNE - Jean-Claude Rouget annonce la couleur

Courses / 07.03.2019

À LA UNE - Jean-Claude Rouget annonce la couleur

Par Adeline Gombaud

Jean-Claude Rouget ne se ment pas : sa saison 2018 n’a pas été à la hauteur du standing de son écurie. Les gains totaux – primes comprises – n’ont pas dépassé les 4,5 millions d’euros, ce qui ne représente même pas la moitié de ce que ses chevaux avaient amassé en 2016, année exceptionnelle pour le Palois. Il faut remonter à 2004 – quinze ans ! – pour trouver une année où l’écurie n’avait pas dépassé les 5 millions d’euros. La raison de cette méforme, chacun la connaît : le virus qui a touché le barn des mâles en avril 2017, et qui a donc eu des répercussions pendant plus de douze mois. Jean-Claude  Rouget a tout même enlevé un classique l’an passé, grâce à Olmedo ** (Declaration of War), gagnant de l’Emirates Poule d’Essai des Poulains (Gr1), puis sur la touche une bonne partie de la saison pour des problèmes de dos. La première conséquence de cette mauvaise année a été la réduction du nombre de yearlings envoyés à l’entraîneur pendant l’hiver. « J’ai reçu 45 sujets de 2ans de moins que l’an passé, et 65 de moins qu’il y a deux ans ! On va arriver à 100 poulains de 2ans, ce qui est de toute façon un bon chiffre. Plus, cela devient compliqué. Quand vous faites une grande année, tout le monde veut vous mettre des chevaux, pensant que vous allez faire des miracles avec. Quand vous avez une année creuse, ou subissez une épidémie, ces mêmes personnes pensent que vous ne savez plus entraîner ou que leurs chevaux vont être malades ! C’est ainsi dans notre microcosme, il faut le prendre avec philosophie... »

En place. Deux mille dix-neuf s’annonce meilleure, et les partants de l’écurie au cours de l’hiver ont prouvé que les choses avaient repris leur cours normal. Jean-Claude Rouget nous a dit : « À ce stade de l’année, nous sommes dans un état d’avancement du travail normal. Je ne cherche pas à aller trop vite car la saison est longue. Néanmoins, le temps clément de l’hiver nous a permis de travailler régulièrement. Les gazons de Pau sont praticables, ce qui n’était pas le cas les années précédentes en raison de la pluviométrie. À Deauville, ils ne sont pas encore ouverts mais la fibrée permet d’avancer. » C’est aussi le premier hiver où l’organisation Pau-Deauville est en place. « Pour les chevaux, cela ne change pas grand-chose. Les "bons" sont répartis entre les deux sites. C’est plutôt pour moi que cela représente un changement, en tout cas une organisation différente ! »

Les courses de l’hiver pour rattraper le retard. Quelques 3ans prometteurs de l’écurie ont déjà commencé à pointer leur nez. On pense à Étoile (Siyouni), invaincue en deux sorties à Cagnes. « C’est une pouliche qui a toujours été estimée, mais qu’un petit bobo avait empêchée de débuter à 2ans. Je l’ai donc amenée à Cagnes pour qu’elle prenne de l’expérience, même si, traditionnellement, je n’envoie pas là-bas mes tout meilleurs. Mais pour des cas comme elle, il fallait bien combler le retard. D’où l’utilité des meetings hivernaux. Elle est actuellement à Deauville pour préparer le Prix Vanteaux (Gr3), le 7 avril. » Justfirstlady (Siyouni) est un peu dans la même situation. Elle vient de gagner pour ses débuts à Deauville. « Elle va aller sur une course à conditions. Je n’ai pas envie de lui faire attaquer les Listeds ou les Groupes d’emblée. Elle n’a pas assez d’expérience pour cela, surtout qu’elle n’est pas évidente. Elle a eu un souci de bassin l’an dernier qui nous a contraints à l’arrêter trois mois. »

Tuned (Toronado) va courir dimanche le Prix Rose de Mai (L). Elle a gagné pour ses débuts, au mois d’octobre à Deauville. « Je voulais la rentrer assez tôt, pour essayer de prendre du black type dans cette course que j’aime bien, et qui est souvent plus facile que d’autres Listeds. C’est une pouliche d’avenir, mais qui manque d’expérience. Elle aurait pu recourir une fois à 2ans, mais j’ai préféré prendre mon temps. »

Montviette vers la Grotte. Chez les femelles, l’espoir classique numéro un de l’écurie se nomme Montviette (Le Havre). Lauréate des Marettes, elle a ensuite confirmé à Lyon et s’est classée deuxième du Prix des Réservoirs (Gr3). « Montviette n’a pas beaucoup grandi pendant l’hiver. Il est prévu qu’elle fasse sa rentrée dans la Grotte (Gr3, le 14 avril). » Pour la même casaque, celle de Gérard Augustin-Normand, Commes (Le Havre) a aussi montré des moyens à 2ans, tout en ayant une saison "protégée" : une victoire en débutant puis une deuxième place dans une Classe 1 derrière Suphala (Frankel), une pensionnaire d’André Fabre engagée dans les 1.000 Guinées. « Commes est plus tardive que Montviette. Elle n’était pas vraiment soudée à 2ans, raison pour laquelle nous sommes allés doucement avec elle. Elle devrait rentrer dans une Classe 1 courant avril. Mais c’est une pouliche au sujet de laquelle nos ambitions sont élevées. »

Il faudra aussi attendre avril pour revoir des pouliches comme Spirit of Britanny (Invincible Spirit), troisième du Prix Six Perfections (L) et victime d’un pépin de santé qui l’a empêchée de courir ensuite à 2ans, Cartiem (Cape Cross), pouliche assez tardive mais qui avait bien gagné à Compiègne après des débuts prometteurs dans les Marettes, Ebony (Le Havre), ou encore Rosehill (Australia), une pouliche estimée qui avait fait impression pour ses débuts à Bordeaux. « Quand on prend un peu de retard, à 2ans notamment, il est difficile de le rattraper à temps pour une course comme la Poule d’Essai, qui arrive très tôt dans l’année. À moins d’avoir une pouliche extraordinaire… Le retard est plus facile à combler quand on vise les courses du mois de juin. »

Makmour, le grand espoir. Jean-Claude Rouget s’estime bien armé chez les mâles. Celui dont tout le monde attend la rentrée se nomme Makmour (Rock of Gibraltar), engagé dans tous les classiques français ainsi que dans le Derby d’Epsom. Il a gagné pour ses débuts en novembre, à Deauville. « C’est notre grand espoir. Il n’était pas assez soudé pour débuter plus tôt à 2ans, mais il a fait une forte impression. Pour le moment, ça sent bon ! Il devrait rentrer à la fin du mois dans une Classe 1, à Chantilly, avant d’aller sur plus haut si tout va bien. »

Schonried (Style Vendôme) a gagné facilement à Toulouse, en octobre, pour ses débuts, et n’a pas été revu ensuite. « Il devrait faire sa rentrée à la fin du mois à Bordeaux, avant de venir à Paris. Lui aussi a laissé une belle impression pour ses premiers pas. » Sottsass (Siyouni), le frère de Sistercharlie (Myboycharlie), a vu deux fois un hippodrome l’an dernier. Quatrième du Prix de Montaigu, il a ensuite gagné nettement son maiden à Clairefontaine. « C’est un bon poulain. Normalement, il a le Prix La Force (Gr3), le 7 avril, dans son viseur. » Soft Light (Authorized), le frère de City Light ** (Siyouni), lauréat de son unique sortie à Bordeaux, devrait rentrer à Toulouse, dans le Prix Saunhac, l’une des belles épreuves pour les mâles de 3ans dans la région. Il viendra ensuite en région parisienne. Jean-Claude Rouget a reçu pendant l’hiver, en provenance de Martial Delaplace, Joe Français (George Vancouver), un poulain invaincu en deux sorties à 2ans. « Il me plaît beaucoup sur ce que je vois le matin. Il devrait rentrer dans le Prix Omnium II (L). » Dan (Slade Power) fait aussi partie des poulains estimés par son entraîneur. Il a gagné son maiden à Angers : « J’essaie de ne pas courir mes chevaux les uns contre les autres. C’est pour cette raison qu’il est allé à Angers, mais cela ne veut pas dire qu’il n’avance pas, bien au contraire ! »

Olmedo et Latita bientôt de retour. Jean-Claude Rouget n’a pas, comme traditionnellement, beaucoup de chevaux d’âge dans ses boxes. Mais 2019 devrait tout de même nous permettre de voir des chevaux comme Olmedo ou Latita (Silver Frost). « Olmedo se prépare pour sa rentrée, qui pourrait avoir pour cadre l’Edmond Blanc. Pour le moment, le physique suit, mais nous ne sommes pas encore allés vite. Il peut faire une belle année si ses problèmes restent derrière lui. Latita est aussi revenue à la maison. C’est une très bonne pouliche, victime d’une fêlure dans la phase finale du Prix de la Grotte (Gr3), sans quoi elle se serait sûrement imposée. Elle est un peu en retard par rapport à Olmedo et devrait rentrer début mai. »