AL MAKTOUM CHALLENGE ROUND 3 (GR1) - Capezzano et un trio de jockeys "FR"

International / 09.03.2019

AL MAKTOUM CHALLENGE ROUND 3 (GR1) - Capezzano et un trio de jockeys "FR"

MEYDAN (AE), SAMEDI

Drôle d’impression laissée par Capezzano (Bernardini), monté par Mickaël Barzalona, dans l’Al Maktoum Challenge Round 3 (Gr1). Le représentant de Sultan Ali s’est promené, s’imposant par neuf longueurs et demie. Parti à l’extérieur, il a fait le forcing pour prendre la tête de l’épreuve puis a mené à son rythme. Dans le tournant final, Thunder Snow (Helmet), vu dans son sillage, s’est porté à sa hauteur. La lutte annoncée a vite tourné court : Capezzano a poursuivi son effort tandis que Thunder Snow, qui faisait une rentrée, a trouvé le temps long, très long, pour finir, raccourcissant ses foulées, Christophe Soumillon le respectant. Il conserve de justesse la deuxième place, une encolure devant le coréen Dolkong (Afleet Alex), piloté par Olivier Doleuze, bon finisseur.

D’un handicap à un Gr1. Capezzano a franchi un cap dans cet Al Maktoum Challenge Round 3 et cette année à Meydan. Il restait sur deux victoires de handicap, dont la dernière en date acquise par quatorze longueurs. Le pensionnaire de Salem bin Ghadayer n’était pas évident à situer car, entre un handicap et un Gr1, il y a un sacré pas. Mais il l’a franchi et s’inscrit comme l’un des chevaux à suivre dans la prochaine Dubai World Cup (Gr1). L’épreuve s’annonce explosive car Capezzano aime aller en tête, tout comme North America (Dubawi), qui a suivi cet Al Maktoum Challenge depuis son box. Et Thunder Snow s’était imposé en 2018 en menant… C’est de toute façon la meilleure des tactiques à Meydan sur le dirt, afin d’éviter les projections.

Mickaël Barzalona a commenté : « Je n’étais pas très confiant avec l’allongement de la distance, mais Salem bin Ghadayer a eu raison en disant qu’il fallait tenter le coup. Il a vraiment bien accéléré dans les derniers 600m. Il a énormément de vitesse et je suis très content du style de cette victoire. » Capezzano signe le retour gagnant de Salem bin Ghadayer, lequel a tout juste récupéré sa licence d’entraîneur après un an de suspension.

Thunder Snow à revoir. Nettement battu, Thunder Snow n’est pas à condamner sur cet échec. Il a fini la course comme un cheval très fatigué, s’arrêtant presque. Thunder Snow n’avait pas couru depuis sa troisième place dans la Breeders’ Cup Classic (Gr1) et son entraîneur, Saeed bin Suroor, avait indiqué qu’il allait avoir besoin de cette course. Il lui faudra tout de même progresser à pas de géant d’ici à la fin mars.

Dolkong et Olivier Doleuze poursuivent le rêve coréen. En remportant un handicap le 28 février dernier, Dolkong était devenu le premier cheval entraîné en Corée à avoir remporté une course à Meydan. Il continue de faire rêver tout son pays ce samedi en se classant troisième de cet Al Maktoum Challenge, tout près de Thunder Snow. Avec quelques mètres de plus, il aurait peut-être même été deuxième. Dolkong ne fait que progresser depuis son arrivée à Meydan et son entourage peut rêver d’une tentative dans la Dubai World Cup, si le cheval reçoit son invitation.

Le neveu de Speightstown. Né aux États-Unis, Capezzano est un fils de Bernardini et de Cableknit (Undbridled’s Song). Cette dernière n’a pas couru mais elle est très bien née, étant une sœur du champion et champion sire Speightstown (Gone West), lauréat de la Breeders’ Cup Sprint (Gr1).