Alexandre Prod’homme devient l’agent de Grégory Benoist et d’Alison Massin

Courses / 28.03.2019

Alexandre Prod’homme devient l’agent de Grégory Benoist et d’Alison Massin

Déjà actif au trot, Alexandre Prod’homme se lance dans l’univers du plat. Il vient d’obtenir son agrément d’agent de jockey auprès de France Galop. Le jeune homme va désormais s’occuper des anciens protégés d’Helen Barbe, laquelle a décidé d’arrêter son activité.

Par Charlotte Rimaud

Jour de Galop. – Comment s’est établi le contact avec Helen Barbe ?

Alexandre Prod’homme. – Je n’ai pas fait grand-chose. J’ai simplement entendu qu’Helen Barbe arrêtait et le lendemain, Alison [Massin, ndlr] m’a contacté pour me demander si j’étais intéressé pour devenir son agent. Nous avons discuté et cela s’est fait naturellement. J’ai trouvé que c’était une bonne idée de me lancer dans le plat, en plus du trot. Et le surlendemain, Grégory [Benoist] m’a appelé dans la même démarche qu’Alison et j’ai évidemment accepté.

De quels jockeys vous occupez-vous ?

Seulement d’Alison et Grégory pour le moment. Je voudrais d’abord prendre mes marques, travailler avec eux deux dans un premier temps. D’autres m’ont contacté mais je voudrais commencer doucement. Je n’ai pas non plus envie d’avoir une surcharge de travail. Surtout que je continue d’être l’agent de Gabriele [Gelormini] au trot.

Quelles sont les différences les plus importantes entre le trot et le galop pour un agent ?

Le trot, c’est plus mon "dada" si je puis dire. Cela fait plus d’un an que je le fais. Tout va plus facilement, plus rapidement. Je connais plus les chevaux. Ce qui est marrant, c’est qu’à la base, je viens du plat… et je ne connaissais pas le trot. Mais la base du travail d’agent, que ce soit dans une discipline ou dans l’autre, reste la même. Je pense que les plus grandes différences sont sur le plan technique. Au trot, nous n’avons que trois phases : les engagements, les forfaits et les partants. Au galop, il y en a bien plus : les engagements, les forfaits, les engagements supplémentaires, les partants probables et enfin les montes et annulation des partants probables.

Quels sont vos objectifs pour vos jockeys ?

Pour ma première année, ils sont assez simples. Avec Grégory, nous allons faire en sorte de relancer sa carrière, suite à sa rupture de contrat avec Al Shaqab notamment. Le but est de garder sa clientèle et de travailler avec des nouveaux, par exemple ceux avec lesquels il œuvrait avant de signer avec Al Shaqab. Nous sommes dans une optique de reconquête en quelque sorte. Avec Alison, nous allons essayer de développer son carnet d’adresse, lui faire monter plus de chevaux et des chevaux de plus grande qualité. Cela peut être un peu compliqué, mais nous allons essayer de faire nos preuves pour y parvenir.