Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

CHELTENHAM GOLD CUP (GR1) - Un triplé français historique dans la Gold Cup !

International / 15.03.2019

CHELTENHAM GOLD CUP (GR1) - Un triplé français historique dans la Gold Cup !

CHELTENHAM (GB), VENDREDI

Cette Cheltenham Gold Cup (Gr1) 2019 a magistralement parachevé la réussite des chevaux français tout au long du Festival de Cheltenham. Pour la première fois de l’histoire, les trois premiers de ce Grand Steeple anglais sont "FR" !

De notre envoyé spécial Christopher Galmiche

Ce sacré label Made in France. Voilà qui démontre, si quelqu’un en doutait encore, le savoir-faire français en matière d’élevage et de pré-entraînement de sauteurs. Le jeune Al Boum Photo (Buck’s Boum), élevé par Emmanuel Clayeux et Jacky Rauch, s’est imposé brillamment devant Anibale Fly (Assessor), un élève de la famille Baty et de Freddy Lemercier, et Bristol de Mai (Saddler Maker), lequel a grandi chez Jean-Yves Touzaint… Native River (Indian River) est un peu l’intrus à l’arrivée. Il se classe quatrième devant un autre tricolore, Clan des Obeaux (Kapgarde). La Gold Cup 2019 restera comme une édition historique pour nous Français, avec ce trio de "FR", mais aussi parce que Willie Mullins a enlevé pour la première fois cette compétition… après avoir fini six fois deuxième !

Un parcours aux petits oignons pour Al Boum Photo. Al Boum Photo a toujours eu le profil d’un futur cheval de Gold Cup. Lors de sa chute dans le RSA Chase (Gr1) l’année dernière, il paraissait au-dessus du lot. Un an plus tard, il a remporté son deuxième Gr1, le plus beau, pour sa treizième sortie seulement. Placé à l’arrière-garde, Al Boum Photo a patienté longuement avec Paul Townend en selle. Il n’a entamé son rapproché que durant le dernier tour, en épaisseur. Il est alors venu très facilement. À la sortie du tournant final, il a pris l’avantage sous la menace d’Anibale Fly, Bristol de Mai, qui est apparu à l’entrée de la ligne droite, et Clan des Obeaux. Malgré une faute au dernier fence, Al Boum Photo avait suffisamment d’avance pour contrer le retour d’Anibale Fly et l’emporter de deux longueurs et demie devant Anibale Fly et Bristol de Mai, qui a prouvé que Cheltenham n’était pas sa bête noire.

Un moment extraordinaire pour Emmanuel Clayeux. Coéleveur d’Al Boum Photo avec Jacky Rauch, Emmanuel Clayeux était venu voir son protégé Urgent de Grégaine (Truth or Dare) finir troisième du Glenfarclas Cross-Country Handicap mercredi à Cheltenham. Reparti ensuite pour reprendre son travail quotidien d’entraîneur, il a suivi la Gold Cup à la télévision et il a vibré ! Joint par téléphone, il nous a déclaré : « C’est extraordinaire ! Je n’ai plus de voix tellement j’ai crié devant ma télévision. Si je la gagne un jour en tant qu’entraîneur, il faudra que je m’achète un deuxième cœur. C’est fort ! J’étais allé à Buck’s Boum pour produire Al Boum Photo, car c’était le dernier fils de Cadoudal au haras et je l’aimais bien tout simplement. J’ai encore plusieurs produits de la famille. Je pense que je vais les mettre sur Le Bon Coin demain matin (rires). J’ai la propre sœur d’Al Boum Photo : Diteou (Buck’s Boum). Lorsque j’ai vu le potentiel d’Al Boum Photo, j’ai rentré tout de suite Diteou à l’élevage. Elle va aller à la saillie d’Authorized. » Emmanuel Clayeux a l’habitude de travailler avec les professionnels anglais ou irlandais. Soit avec des produits de son élevage, soit avec des chevaux qu’il a lui-même dressés et fait débuter comme Défi du Seuil (Voix du Nord), vainqueur du JLT Novices’Chase (Gr1) par exemple. Et c’est avec sa casquette d’éleveur, mais aussi son travail d’entraîneur, puisque Al Boum Photo avait débuté pour lui, qu’il a atteint le Graal.

En confiance. C’est Pierre Boulard qui a acheté Al Boum Photo et il nous a raconté : « C’est une belle histoire car nous avons acheté Al Boum Photo sur une chute à Moulins. Il était entraîné par Emmanuel Clayeux et nous avions demandé à ce dernier ce qu’il pensait du cheval. Malgré sa chute, il nous avait dit que c’était vraiment un bon cheval. Nous y sommes allés car nous aimons beaucoup Buck’s Boum et nous faisons confiance à Emmanuel. C’est vraiment une belle histoire, c’est la première victoire de Willie [Mullins, ndlr] dans la Gold Cup. Et puis j’adore Buck’s Boum, il produit des chevaux qui tiennent et vont sur le terrain lourd. »

Une première Gold Cup pour Willie Mullins ! Willie Mullins est un "monstre sacré" de l’entraînement. Il l’a encore prouvé avec Al Boum Photo, qui n’avait couru qu’une course, à Tramore, gagnant simplement une Listed. Voilà. Une simple épreuve pour préparer la Gold Cup et la gagner ! Il a déclaré : « Je m’étais habitué à la déception de finir deuxième de cette course. Je pensais que Bellshill (King’s Theatre) serait difficile à battre, mais Ruby [Walsh, son jockey, ndlr] a préféré l’arrêter, ne le sentant pas bien. Ça fait bizarre d’aligner quatre chevaux au départ et de n’en avoir plus qu’un à un tour de l’arrivée. À chaque fois que je regardais Al Boum Photo et Paul [Townend, ndlr], je voyais le jockey heureux du cheval et le cheval très relax. Avant le dernier fence, je regardais le poteau en me disant que ça serait dur, qu’il s’arrêterait peut-être. Mais il a été courageux. J’étais ici quand mon père a gagné la course avec Dawn Run : je n’étais pas rentré pendant deux jours ! (…) Je m’étais résigné à ne jamais remporter la Gold Cup. Certains jockeys n’ont également jamais gagné le Grand National ou le Champion Hurdle. Je pensais que je n’étais pas chanceux tout simplement. »

Drôle de retournement de situation pour Paul Townend. Clin d’œil de l’histoire, c’est avec Al Boum Photo que Paul Townend avait commis une grave erreur en emmenant son partenaire sur la mauvaise piste dans le Champion Novice Chase (Gr1) de Punchestown, en avril 2018. Suspendu, il avait vu tout le monde lui tomber dessus. Quelques mois plus tard, avec ce même Al Boum Photo, il a pris une revanche en remportant lui aussi une première Gold Cup. Il a dit : « Je n’arrive pas à y croire. C’est la Gold Cup. Il n’y en a qu’une par an. Je n’aurais jamais pensé ou même rêvé la gagner. Mais c’est comme toute la course, lorsque vous allez bien dans le parcours, tout est plus simple. C’est incroyable et je suis privilégié de gagner la Gold Cup. » Derrière le champion de la famille Donnelly, c’est donc Anibale Fly qui a conclu deuxième, un an après avoir déjà terminé troisième de la Gold Cup. Il a devancé Bristol de Mai, qui a fait quelques fautes mais qui, sur un terrain à sa convenance, a démontré qu’il pouvait faire Cheltenham. Il s’est fait oublier une bonne partie de la course et il a tracé un superbe dernier kilomètre. Native River, toujours aussi froid et sollicité de bonne heure, a pris une courageuse quatrième place devant Clan des Obeaux, encore tendre contre ces chevaux, surtout sur un terrain pénible et le profil de Cheltenham. Le favori, Presenting Percy (Sir Percy), a galopé parmi les derniers et il a été incapable de revenir. Willie Mullins s’est imposé, mais il a malheureusement perdu Invitation Only (Flemensfirth), victime d’une chute fatale au premier passage du fence du tournant final. Might Bite (Scorpion) a une nouvelle fois déçu, animant la course avant de sombrer pour être arrêté.

Le haras d’Enki et Buck’s Boum à l’honneur. Buck’s Boum officie au haras d’Enki et son hiver en Angleterre et en Irlande est exceptionnel au travers de la réussite de ses produits. Il est notamment le père de Dynamite Dollars, vainqueur de Gr1, de Duc des Genièvres, lauréat de l’Arkle Chase (Gr1) et donc d’Al Boum Photo, son meilleur représentant. Le haras d’Enki est managé par Estève Rouchvarger, qui est aussi le coéleveur de Yala Enki (Nickname), très honorable septième de la Gold Cup.

La souche d’un lauréat du Grand National écossais. Al Boum Photo est un fils de Buck’s Boum et de Al Gane (Dom Alco), une jument inédite qui a donné Diteou (Buck’s Boum), lauréat sur le steeple de Cluny. C’est la souche de deux bons éléments, Al Tip (Dom Alco), lauréate du Prix André Michel (Listed à l’époque), et Al Co (Dom Alco), vainqueur du Grand National écossais (Gr3).