DANS LES CUISINES DES GRANDS ÉLEVEURS - Haras de Montaigu - Réduire le nombre pour améliorer la qualité

Élevage / 27.03.2019

DANS LES CUISINES DES GRANDS ÉLEVEURS - Haras de Montaigu - Réduire le nombre pour améliorer la qualité

À la manière des grands chefs, ils ont leurs secrets pour élaborer les champions de demain… Jour de Galop vous propose une immersion dans les cuisines des principaux éleveurs de plat et d’obstacle, qui ont bien voulu nous dévoiler leurs plans de monte pour la saison 2019. Ce mercredi, rendez-vous avec Aliette Forien, propriétaire et manager du haras de Montaigu.

Par Alice Baudrelle

La famille Forien peut se targuer d’être la dernière parmi les éleveurs français à avoir gagné le Derby d’Epsom (Gr1). C’était en 2017, avec le pensionnaire d’Aidan O’Brien Wings of Eagles (Pour Moi), qui a effectué sa première saison de monte sur les terres de sa naissance en 2018. Revenu cette année dans son pays d’adoption, il officie désormais à Beeches Stud. Avant lui, bien d’autres ont apporté de grandes joies à l’élevage Forien en s’illustrant au plus haut niveau : French Fifteen (Turtle Bowl), vainqueur du Critérium International (Gr1) et désormais étalon au haras du Logis Saint-Germain, Belle et Célèbre (Peintre Célèbre) et Ask for the Moon (Dr Fong), toutes deux gagnantes du Prix Saint-Alary (Gr1), Ysoldina (Kendor), troisième de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1), Native Khan (Azamour), troisième des 2.000 Guinées (Gr1)… Les Forien ont également connu une grande réussite en tant que vendeurs, comme l’attestent les résultats de Récital (Montjeu), vainqueur du Critérium de Saint-Cloud (Gr1), son propre frère Corre Caminos, lauréat du Prix Ganay (Gr1), Lily of the Valley (Galileo), gagnante du Prix de l’Opéra (Gr1), l’étalon du haras de Montaigu Literato (Kendor), lauréat des Champion Stakes et deuxième du Prix du Jockey-Club (Grs1)…

Une jumenterie réduite afin de viser le haut de gamme. Aliette Forien, qui manage le haras de Montaigu, est bien épaulée dans cette tâche par sa fille, Sybille Gibson. Cette dernière occupe une place primordiale au haras puisqu’elle est également chargée de la partie marketing. Aliette Forien nous a expliqué : « Concernant notre effectif personnel, nous avons choisi de réduire un peu le nombre afin d’améliorer la qualité et de nous concentrer sur le haut de gamme, en visant en premier lieu les ventes de sélection. Cela implique de toujours rechercher des sangs nouveaux et de ne jamais cesser d’investir, tout en s’appliquant à conserver des femelles de toutes les familles qui ont fait notre succès. Bien qu’étant éleveurs-vendeurs, notre objectif premier a toujours été d’élever de vrais chevaux de course, quitte à s’éloigner un peu des effets de mode qui privilégient la vitesse, la vitesse et toujours la vitesse ! Bien nous en a pris, puisque nous avons eu le bonheur d’élever un gagnant du mythique Derby d’Epsom avec un descendant de la fameuse Rotina (Crystal Glitters) qui a lancé notre élevage. Nous avons toujours eu beaucoup de résultats en associant la vitesse et la précocité de Kendor (Kenmare) avec le sang de Northern Dancer (Nearctic) via Sadler’s Wells (Northern Dancer), d’où les gagnants de Gr1 Corre Caminos, Recital, Wings of Eagles... Alors pourquoi ne pas continuer ? » Soixante-dix poulinières sont stationnées au haras de la Reboursière et de Montaigu. Un tiers d’entre elles appartiennent à des clients qui, pour la majorité, sont de l'étranger.

La famille de Wings of Eagle bien présente à La Reboursière. Parmi les pedigrees présents depuis longtemps à La Reboursière, où sont stationnées les juments personnelles d’Aliette et Gilles Forien, il y a évidemment la fameuse Ysoldina (Kendor), la mère de Wings of Eagle : « Ysoldina a une pouliche yearling par Siyouni que nous allons garder. La jument a malheureusement coulé de Galileo et y retourne cette année. »  La propre sœur d'Ysoldina, Causa Proxima, doit pouliner en avril d'Invincible Spirit et sera présentée à Zarak. Le clan Forien veille également sur deux sœurs de Wings of Eagle dont Gyrella (Oasis Dream), qui a terminé sa carrière de compétitrice par une troisième place dans le Prix Cérès (L) : « Nous avons conservé à 50 %, en association avec l’écurie des Charmes, sa 3ans nommée Mythic (Camelot), qui nous a montré l'an dernier un gros potentiel en gagnant de toute une classe son maiden à Angers. Gyrella a un yearling par Gleneagles, un foal mâle par Almanzor et va être saillie par le champion Cracksman. » Autre sœur de Wings of Eagle, Sweet Electra (Sea the Stars) appartient au clan Forien en association avec Jean-François Gribomont : « Nous l’avions vendue yearling et nous l’avons rachetée alors qu’elle sortait de l’entraînement. Elle est suitée pour la première fois d’une femelle par le champion miler Muhaarar et va rencontrer Shalaa, qui devrait lui redonner de la vitesse et de la précocité. Nous utilisons beaucoup Shalaa, car il fut un très bon 2ans et nous n’avons eu que de magnifiques produits. Lui-même est un très beau cheval et il a eu de bonnes juments à la saillie. »

Une sœur de Récital pour Wings of Eagle. Gagnante à 3ans, Écume du Jour (Hawk Wing) est une fille de Dibenoise (Kendor), une autre poulinière qui a particulièrement marqué l’élevage Forien. C’est donc une sœur de Récital et de Corre Caminos, mais aussi des étalons Racinger (Spectrum) et Magneticjim (Galileo) : « Écume du Jour est suitée d’un magnifique mâle par Dabirsim et va être saillie par Wings of Eagle, en qui nous croyons énormément, car sa capacité d’accélération fulgurante est le signe des champions. »

Mojo Risin va retrouver Shalaa. La famille Forien a fait l’acquisition de la bonne Mojo Risin (Lope de Vega) pour 160.000 €, lors de la vente d’élevage Arqana 2017. Lauréate du Prix Caravelle - Haras des Granges (L), elle fut ensuite jugée digne de courir le Prix de Diane (Gr1) et termina quatrième du Prix de Psyché (Gr3) : « Nous l’avons achetée pleine de Shalaa, en provenance du haras des Capucines. Nous avons un magnifique yearling mâle et elle retourne à Shalaa cette année après avoir malheureusement coulé de Camelot en 2018. » C’est à la même vente que le clan Forien a acheté Pink Opaque (Nayef) pour 75.000 € : « C’est la sœur de trois chevaux gagnants ou placés au niveau Groupe : Worldly (Selkirk), Nice Danon (Sakhee) et Donativum (Cadeaux Généreux). Nous l’avons achetée pleine d'Intello et nous avons désormais un yearling mâle. Nous avons de bons espoirs avec elle. Cette année, elle nous a donné une somptueuse pouliche de Wings of Eagles, si belle qu'elle est partie le retrouver en Irlande. »

Roaring Lion sur une nièce de Peintre Célèbre. La famille Forien peut rêver avec la très bien née Persian Sky (Galileo) : « Nous l’avons achetée l’année dernière en copropriété avec Jean-François Gribomont. Elle s’est imposée lors de son unique sortie et provient de la plus belle famille Wildenstein qui soit puisque sa mère, Peinture Abstraite (Holy Roman Emperor), est, entre autres, une sœur du champion Peintre Célèbre. Pour ses débuts chez nous au haras, nous avons osé un inbreeding rapproché (2/3) sur la jument du siècle Urban Sea (Miswaki) en la faisant saillir par Sea the Stars, et nous avons une magnifique yearling. Persian Sky a pouliné cette année d’une femelle par Almanzor et nous la destinons au champion Roaring Lion»

Aliette et Gilles Forien peuvent également compter sur Camille's Secret (Oasis Dream), dont les deux premiers produits sont black types : « Elle nous a donné les bons et précoces Dani Wallon (Martaline), troisième du Prix Contessina (L) et Il Segreto (Turtle Bowl), placé de Listed en France à plusieurs reprises et troisième des Cliff Hanger Stakes (Gr3). Elle va être saillie par Olympic Glory que nous avons déjà beaucoup utilisé, ce que nous ne regrettons pas car il fait beaucoup de gagnants. » Troisième du Critérium de l’Ouest (L), la précoce Lady Ascot (Excellent Art) est suitée d'une femelle de Myboycharlie : « Elle va rencontrer le jeune Seabhac, un magnifique fils de Scat Daddy qui entre au haras cette année. »

La mère de Shakeel destinée à Camelot. Achetée par la famille Forien chez Arqana, en 2014, Shamiyra (Medicean) descend d’une belle souche Aga Khan puisqu’elle a pour deuxième mère Shemaka (Nishapour), lauréate du Prix de Diane et à l’origine de nombreux black types. Le premier produit auquel elle a donné naissance n’est autre que Shakeel (Dalakhani), vainqueur du Grand Prix de Paris (Gr1). La dernière fois que Shamiyra a pouliné, c’était en 2016 : « Nous espérons beaucoup parvenir à la faire remplir à nouveau. Nous l’avions achetée avant que Shakeel ne gagne le Grand Prix de Paris. Elle nous donne des difficultés mais doit rencontrer Camelot, en qui nous croyons énormément. »

Rime à Rien, le premier achat de Montaigu. Deuxième du Prix de la Vallée d’Auge (L), Rime à Rien (Amadeus Wolf) a été achetée 27.000 Gns chez Tatersalls en 2016. Il s’agit de la première poulinière achetée par l’entité Montaigu, qui a été créée en 2015 par Aliette Forien et Sybille Gibson : « Nous l’avions achetée pleine de Nathaniel et elle nous a donné une jolie pouliche qui passera à la breeze up d'Osarus. Rime à Rien est gagnante à 2ans et c’est une sœur d'Al Jazi (Canford Cliffs), gagnante de plusieurs Groupes outre-Atlantique. Elle est pleine de Dabirsim et sera saillie par Shalaa. »

Plusieurs achats judicieux par l’intermédiaire de Patricia Boutin. Achetée 32.000 € par le biais de Patricia Boutin sous la bannière Suprina, Irada (Pivotal) provient de la vente d’élevage Arqana 2016 et fait partie de l’entité Montaigu : « Nous avons été ravies de pouvoir acheter à Arqana une fille de Pivotal, qui est un remarquable père de mères. Irada est issue d'une sœur du champion Fantastic Light (Rahy). Elle a malheureusement eu un poulinage difficile l'an dernier et est restée vide. Elle a été saillie cette saison par l'excellent Cloth of Stars. » C’est également par l’intermédiaire de Patricia Boutin qu’Aliette Forien et Sybille Gibson ont pu acquérir Hunza Dancer (Danehill Dancer), pour la somme raisonnable de 15.000 € : « Depuis que nous l’avons achetée, son frère Flag of Honour (Galileo) s'est révélé au plus haut niveau en remportant l'Irish St Leger (Gr1). Hunza Dancer est d’ailleurs la propre sœur de l’étalon Air Chief Marshal, qui se classa deuxième des Phoenix Stakes (Gr1). Elle n’a pas eu de foal cette année mais elle est déjà pleine du champion Almanzor, dont nous avons une demi-part. » Toujours sous la bannière Suprina, Zenat (Rock of Gibraltar) a été achetée 75.000 € pour l’entité Montaigu en fin d’année 2017, chez Arqana : « Elle est gagnante à 2ans et sa mère, Zanet (Enrique), placée du Prix Delahante (L), est une sœur de la championne Zagora (Green Tune), qui remporta notamment la Breeders’ Cup Filly & Mare et les Diana Stakes (Grs1). Zenat a une yearling par Dabirsim que nous allons garder, un foal par Charm Spirit, et sera saillie par le confirmé Wootton Bassett. »

Lettre de Château pleine de Toronado. La dernière arrivée au haras de Montaigu est l’élève de la famille Forien Lettre de Château (Literato), gagnante de quatre courses dont le Prix Turenne (L) : « Nous l’avons rachetée lors de la vente d’élevage Arqana, alors qu’elle sortait de l'entraînement Christophe Ferland. Elle est déjà pleine de Toronado. »

La mère de Rocques va rencontrer Shalaa. Parmi les juments appartenant à des clients, il y a notamment Regina Mundi (Montjeu), la mère de la gagnante du Prix d’Aumale (Gr3) Rocques (Lawman): « Nous avons eu la chance d’élever au haras, pour le compte de San Paolo Agri-Stud, la toute bonne pouliche Rocques qui compte trois victoires dont un Groupe en quatre sorties à 2ans l’année dernière. Sa mère, Regina Mundi, est pleine de Pivotal et sera saillie par Shalaa. »

Propriété de Jean-François Gribomont, Don’t Hurry Me (Hurricane Run) est gagnante du Prix Pénélope (Gr3) et sera saillie en Irlande : « Elle vient de pouliner d’une jolie pouliche par Prince Gibraltar et elle va rencontrer Highland Reel. Son 3ans par Sea the Stars, Swing the Stars, est déjà gagnant de deux courses et montre beaucoup de qualité. » Quant à Loanne (Pour Moi), la sœur du gagnant du Prix Herod (L) Amilcar (Wootton Bassett), elle est suitée d’une femelle par Lawman et a été saillie par Kingston Hill.

Plusieurs prétendantes pour Beaumec de Houelle. Suite à la réussite au haras du top-étalon d’obstacle Martaline (Linamix), l’entité Montaigu s’est tout naturellement constitué une section de poulinières à vocation obstacle, à l’image de Best Exit (King’s Best), une propre sœur de la bonne Amarantine. Cette dernière a remporté le Prix Roger Saint (L) et s’est classée troisième des Prix de Pépinvast et André Michel (Grs3) et quatrième du Prix Renaud du Vivier (Gr1) : « Son premier produit, Nobody Knows (Martaline), a été sacré champion suprême au National de l’obstacle 2017 et a été vendu 75.000 € à la dernière vente d’automne Arqana. Best Exit a une pouliche yearling par No Risk at All, un foal mâle par Martaline et vient d’être saillie par Beaumec de Houelle» Nouveau venu au haras de Montaigu, le lauréat du Prix Cambacérès (Gr1) Beaumec de Houelle est également promis à Norita Has (Kapgarde), une sœur du placé de Groupe à Auteuil Notario Has (Turgeon), et à Shoeless (Le Havre), une sœur de Wingtips (High Chapparal) qui est placé de Gr1 sur les claies.

Night Wish sur une sœur de Pafadas. Par le biais de Richard Venn, Aliette Forien et Sybille Gibson ont pu acquérir Fadas (Davidoff), une sœur de Pafadas (Martaline), lauréate du Prix de Chambly et troisième du Prix Sagan (Ls) : « Sa sœur était bonne et semble bien produire, puisqu’elle a déjà donné le prometteur Altius (Saint des Saints) qui s’est placé au niveau Listed à deux reprises. Il était donc naturel que nous fassions saillir Fadas pour la première fois par Martaline. Nous avons eu au mois de janvier une jolie pouliche que nous allons certainement conserver pour l’élevage. Fadas sera saillie cette année par Night Wish. »

Une sœur de Questarabad promise à Doctor Dino. Par l’intermédiaire de Bertrand Le Métayer, l’entité Montaigu a acheté en association avec Edwige Le Métayer (haras du Buff) la très bien née Blue Béryl (Saint des Saints). Cette dernière n’est autre que la sœur du crack Questarabad (Astarabad), mais aussi de l’excellent Crystal Beach ** (Network), dont l’objectif cette saison est le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) : « Blue Béryl a été fidèle à Martaline car elle a une 2ans nommée Simply Sexy que nous avions vendue foal, ainsi qu’un yearling mâle, et elle doit pouliner ces jours-ci d’un produit de Martaline. Elle va être saillie par Doctor Dino. »

Une parente de Yorkhill pour Prince Gibraltar. Sœur d’un placé de Gr2 sur les claies, Bella Lawena (Presenting) est issue de la famille du champion Yorkhill (Presenting), multiple gagnant de Gr1 sur les claies et le steeple : « C’est une très belle jument que Sybille et moi avons achetée à l’amiable et qui produit à son image. Après un premier produit par Martaline né chez nous pour le compte de son ancienne propriétaire, nous avons eu un très beau mâle de No Risk at All que nous avons vendu 70.000 € à Highflyer Bloodstock, en novembre dernier chez Arqana. Bella Lawena a un magnifique yearling issu de Martaline, elle est pleine de Night Wish et sera saillie cette année par Prince Gibraltar, qui produit avec beaucoup de force et de substance et devrait réussir comme père de sauteurs. » Stationnée à la Reboursière, la jeune Kalathea (No Risk at All) est une fille de Wedding Night (Valanour), gagnante du Prix Caravelle - Haras des Granges (L), mais elle est aussi la sœur de Yorktown (Red Ransom), troisième du Prix Paul de Moussac (Gr3) et quatrième de la Poule d’Essai des Poulains (Gr1) : « Elle est suitée pour la première fois d’un très beau mâle par Martaline, et elle est déjà pleine de Spanish Moon . » La cinquième génération étant en marche avec Sybille Gibson, nul doute que de nombreux champions verront encore le jour au haras de Montaigu, qui est dans la famille d’Aliette Forien depuis 1903.