DUBAI SHEEMA CLASSIC (GR1) - Coolmore et Godolphin contre le Japon

International / 29.03.2019

DUBAI SHEEMA CLASSIC (GR1) - Coolmore et Godolphin contre le Japon

MEYDAN (AE), SAMEDI

17 H • DUBAI SHEEMA CLASSIC (GR1)

Ce n’est pas la plus grande édition de la Dubai Sheema Classic (Gr1) que celle de cette année. La situation se résume rapidement : deux Godolphin, deux Coolmore et trois japonais, au milieu desquels on retrouve Desert Encounter (Halling), troisième du Dubai City of Gold (Gr2) à bonne distance des deux Godolphin.

Godolphin via Meydan, Coolmore via Gulfstream. Les représentants de Godolphin se présentent avec l’avantage d’avoir déjà couru auparavant cette Dubai Sheema Classic. Old Persian (Dubawi), entraîné par Charlie Appleby, a fait une rentrée victorieuse dans le Dubai City of Gold, devançant de peu son camarade de couleurs Racing History (Pivotal), entraîné par Saeed Bin Suroor. Old Persian a certainement un peu plus de marge que Racing History, qui compte déjà quatre sorties lors de ce Carnival de Meydan et n’a pas réussi à s’imposer. Old Persian a fait un truc pour aller chercher Racing History dans la préparatoire car Christophe Soumillon avait réussi à endormir tout le monde. C’est un candidat logique au succès.

Les deux atouts de Coolmore ont aussi couru cette année, puisque Magic Wand (Galileo) et Hunting Horn (Camelot) ont fait le déplacement à Gulfstream Park pour la réunion de la Pegasus World Cup. Magic Wand avait bien couru dans la Pegasus World Cup Turf (Gr1), prenant la deuxième place. La question la concernant – tout comme Hunting Horn, certainement un ton en dessous – est la fraîcheur. Magic Wand n’a pas vraiment eu de break en 2018, allant jusqu’à la Breeders’ Cup avant de rentrer à la maison pour repartir aux États-Unis. Elle est bonne mais, avec la saison classique dans les jambes, plus l’automne en Europe et aux États-Unis, elle a déjà beaucoup donné. Hunting Horn est dans une situation similaire, puisqu’il est aussi allé aux États-Unis durant l’été 2018, et il a montré ses limites dans les Grs1.

Les purs 2.400m du Japon. En classe pure, les concurrents japonais de cette Sheema Classic ont tous les trois les moyens de s’imposer. Rey de Oro (King Kamehameha) emmène cette coalition. L’an dernier, il n’avait pas pu faire mieux que quatrième dans cette Dubai Sheema Classic, étant complètement perdu dans une course sans rythme. Il a retrouvé son meilleur niveau à l’automne en remportant le Tenno Sho (Gr1) puis en prenant la deuxième place, battu de peu, dans l’Arima Kinen (Gr1). En classe pure, c’est le cheval de la course. Mais il faudra que la course roule.

Cheval Grand (Heart’s Cry) retrouve Hugh Bowman, lequel l’avait porté à la victoire dans la Japan Cup 2017 (Gr1). Régulier, il répond toujours présent mais est un ton en dessous d’un Rey de Oro. Suave Richard (Heart’s Cry), avec Joao Moreira, est un peu intermittent mais détient une première chance sur sa meilleure valeur.