GOLDEN SLIPPER STAKES (GR1) - Coolmore s’offre une chance face aux six Godolphin

International / 21.03.2019

GOLDEN SLIPPER STAKES (GR1) - Coolmore s’offre une chance face aux six Godolphin

ROSEHILL GARDENS (AU), SAMEDI

Les hommes de Coolmore ne pouvaient assister les bras croisés au succès de l’un des six poulains ou pouliches de Godolphin dans les Golden Slipper (Gr1). C’est donc deux jours avant la course qui électrise toute une nation que Tom Magnier, responsable de l’antenne australienne de Coolmore, a finalisé l’achat à hauteur de 50 % de Yes Yes Yes (Rubick). L’ex-pensionnaire de Darren Weir, passé chez Chris Waller, était le seul 2ans en mesure d’être acheté dans une épreuve où une majorité de pouliches (dix sur seize) seront au départ. Les autres poulains étaient déjà pris. Godolphin possède Microphone (Exceed and Excel), le China Horse Club est associé avec Newgate et WinStar sur le favori, Cosmic Force (Deep Field). Aquis Farm, qui appartient au Chinois de Hongkong Tony Fung, s’est assuré une part de Free of Debt (Unencumbered) et du lauréat de Gr3 Dubious (Not a Single Doubt). Enfin, Kitchwin Hills et Glenlogan Farm sont rentrés dans la syndication de Time to Reign (Time for War) avant son succès dans les Silver Slipper (Gr2). L’importance des Golden Slipper pour l’économie des courses australiennes va au-delà des trois millions et demi de dollars australiens (2,18 M€) d’allocations.

Un mauvais numéro. Quand Coolmore a entamé les négociations pour Yes Yes Yes, le poulain avait gagné de belle manière les Todman Stakes (Gr2) et était le favori des Golden Slipper. La chance lui a tourné le dos au moment du tirage au sort des stalles de départ et le poulain s’est retrouvé avec le dernier numéro. Il faut savoir qu’en 62 éditions, seul deux gagnants avaient hérité d’un tel numéro. La cote de Yes Yes Yes est montée en flèche et il est désormais le quatrième choix des parieurs. Mais il faut se rappeler que Vancouver (Medaglia d’Oro) avait gagné les Golden Slipper en 2015 avec le plus grand numéro à la corde (16) et avait été acheté par Coolmore… après l’épreuve.

Cosmic Force aime le lourd. Une bonne place à la corde (le 2) et l’état probable du terrain (lourd) ont boosté les chances de Cosmic Force qui, samedi dernier, a gagné dans un canter les Pago Pago Stakes (Gr3). Il a l’habitude de prendre des départs en boulet de canon, mais ce serait sans doute prendre un risque inutile, face à des petites bombes telles que Vincere Volare (I Am Invincible) et Kiamichi (Sidestep), que de brûler son énergie pour prendre la tête de la course. Le parcours des Golden Slipper est très particulier : 400m en diagonale, un long tournant et 410m de ligne droite. Voici la technique qui a fait ses preuves : partir assez vite, s’assurer une place le long de la lice et trouver le passage au bon moment !

McDonald fidèle à Tenley. L’équipe de Godolphin se compose de cinq pouliches et d’un poulain, Microphone, qui a hérité de l’as à la corde et sera associé à Hugh Bowman. Le premier pilote de l’écurie, James McDonald, est resté fidèle à Tenley (Medaglia d’Oro). Avec sa coéquipière Pin Sec (Lonhro), elle est la seule invaincue du lot. Elle a anéanti l’opposition dans les Reisling Stakes (Gr2), mais n’a jamais couru en terrain lourd. James McDonald a désigné Microphone et Cosmic Force, qu’il a monté en dernier lieu, comme ses rivaux les plus dangereux. La seule gagnante de Gr1 au départ est Lyre (Lonhro), une Godolphin entraînée à Melbourne par Anthony Freedman. Elle s’est imposée dans les Blue Diamond (Gr1) à Caulfied et fait le déplacement avec la confiance de son entraîneur. Les deux autres pouliches des Bleus sont Kiamichi et Exhilarates (Snitzel), mais elles ont hérité de mauvaises places à la corde. Le jeune James Cummings a déclaré un septième Godolphin, Bivouac (Exceed and Excel), qui bénéficiera d'une place au départ en cas de forfait.

Time to Reign pour maman Courgette. Gai Waterhouse, qui a gagné six fois les Golden Slipper, a un seul pensionnaire, Bellevue Hill (Pierro), pour l’instant troisième réserviste. Il est tout de même difficile d’imaginer trois forfaits de dernière minute. Gary Portelli, qui entraîne aussi des pigeons voyageurs, vise un doublé historique. Il y a deux ans, le professionnel avait gagné avec She Will Reign (Manhattan Rain), une pouliche achetée pour 20.000 AU$ (12.500 €). L’an passé, aux ventes de Magic Millions Gold Coast, Portelli a dû s’acquitter de 325.000 AU$ (202.000 €) pour s’assurer son demi-frère, Time to Reign. Si le poulain imite sa sœur, maman Courgette (Charge Forward) deviendra la deuxième poulinière à être mère de deux gagnants des Golden Slipper, 59 ans après Flight’s Daughter (Helios), laquelle avait donné naissance à Skyline et Sky High, lauréats en 1958 et 1960.