Les ambitions classiques de Frédéric Rossi

Courses / 08.03.2019

Les ambitions classiques de Frédéric Rossi

Cala Tarida (Garswood) reste sur un succès dans le Prix des Réservoirs (Gr3). La pouliche de Marie-Joëlle Goetschy et Thierry de La Héronnière est engagée dans le Prix de Diane, dans la Poule d’Essai des Pouliches et dans le Prix Saint-Alary (Grs1). Au sujet du fer de lance de son effectif, Frédéric Rossi nous a confié : « Je pense qu’elle va effectuer sa rentrée dans le Prix de la Grotte (Gr3), prenant ainsi le chemin des épreuves classiques, notamment de la Poule d’Essai des Pouliches. Nous fondons de grands espoirs en elle. C’est une vraie jument de Groupe. Elle a bien hiverné, en prenant du poids et en s’équilibrant. C’est une belle aventure avec ses éleveurs. »

Peu expérimentée, Phocéene (Olympic Glory) n’a couru que deux fois. La représentante du haras de La Gousserie a déposé l'opposition dans le Prix de Carry (Maiden), le 25 février. Son entraîneur explique : « Il ne faut pas l’oublier. À mon avis, c’est une pouliche classique. » Talk or Listen (Alhebayeb), troisième du Prix Delahante (L), reste sur une troisième place dans le Prix Policeman (Classe 1). Au sujet du représentant de Patrick Dreux, Frédéric Rossi nous a dit : « Il vient de bien courir, dans une épreuve tactique où je n’avais pas donné les meilleurs ordres. On le reverra dans les terrains lourds de Saint-Cloud à la rentrée. Nous visons le Prix François Mathet (L). » Troisième du Prix Messidor (Gr3), Zalamea (Lope de Vega) reste sur une tentative infructueuse dans le Prix Saônois (L). Son mentor nous a expliqué : « Zalamea manque un peu de compétition. Il devrait courir vendredi dans le Prix Altipan (L) mais ce n’est pas un engagement très favorable. Nous allons y réfléchir. »

Bientôt une antenne parisienne

Ce mardi, Frédéric Rossi avait fait le déplacement à Chantilly. Il a expliqué : « Je suis ici pour 48 heures car j’ai pour projet de mettre en place une antenne parisienne. Cela me tient à cœur. Il faut savoir être présent à Paris, avec une antenne par exemple. La région parisienne offre un programme plus diversifié pour un large éventail de chevaux, avec beaucoup d’épreuves à réclamer par exemple. Actuellement, j’ai environ 80 chevaux à l’entraînement, dont une quarantaine de 2ans. Nous n’avons eu aucun problème pour les préparer cet hiver. J’ai une bonne équipe et également des propriétaires qui me suivent. »