PRIX ROSE DE MAI (L) - Phocéene, un premier but à Paris

Courses / 10.03.2019

PRIX ROSE DE MAI (L) - Phocéene, un premier but à Paris

DIMANCHE, À SAINT-CLOUD

Phocéene (Olympic Glory) n’a pas manqué ses premiers pas à Paris. La représentante du haras de La Gousserie avait été supplémentée dans ce Prix Rose de Mai (L) et elle a fait un truc pour s’imposer.

De l’art de bien couper le fromage. Mal partie, Phocéene a recollé au peloton en progression. Sur une piste lourde et hachée par les courses précédentes, les pouliches ont évolué un peu décollées de la corde. Mais Maxime Guyon a fait le choix de rester le long de la lice, où il a coupé le fromage dans le tournant final et remonté le peloton. Elle a pris l’avantage et a conservé le meilleur jusqu’au bout devant Grand Glory (Olympic Glory), coanimatrice. Une longueur et demie les sépare. Les 200 derniers mètres de la course ont été difficiles pour tout le monde (13’’81), sauf pour Akela (Authorized), qui a poursuivi son effort jusqu’au bout pour prendre la troisième place, en étant encore loin à l’entrée de la ligne droite. C’est un jumelé gagnant pour Olympic Glory, l’étalon du haras de Bouquetot.

Phocéene a été la meilleure ce dimanche et sa victoire est autoritaire. Mais sur un terrain annoncé à 5,4, il est difficile de tirer des enseignements sur les pouliches battues dans ce Prix Rose de Mai, dont beaucoup effectuaient une rentrée. Entre la première et la dernière, il y a environ 42 longueurs… Des écarts à l’arrivée que nous allons certainement voir la semaine prochaine à Cheltenham, mais plus rares à Saint-Cloud. C’est le début de la saison et le terrain lourd ne fait pas de cadeau... Il faudra les revoir.

Phocéene trace sa route. Phocéene arrivait en forme sur ce Prix Rose de Mai. Elle courait de façon rapprochée puisqu’elle avait ouvert son palmarès très facilement à Borély, le 25 février dernier, après avoir débuté par une septième place à Cagnes-sur-Mer. Frédéric Rossi, son entraîneur, nous a dit : « Elle fait un truc aujourd’hui, d’autant plus qu’elle n’a couru que deux fois. Elle est peu expérimentée. C’était un peu osé que de la courir aussi rapprochée. En dernier lieu, à Marseille-Borély, elle avait gagné avec brio. Maxime Guyon l’a très bien montée aujourd’hui, en coupant le fromage dans le tournant. Elle est courageuse jusqu’au bout. Phocéene devrait aller sur le Prix Pénélope (Gr3) et nous verrons ensuite si elle peut aller sur le Prix de Diane. Mais je pense que c’est une bonne pouliche. Phocéene ne dispose pas d'engagements classiques, mais les supplémentations existent ! »

Mention bien pour Grand Glory. Grand Glory court très bien pour sa rentrée, elle qui n’avait couru qu’une seule fois dans sa carrière, pour une victoire. C’était sur la P.S.F. de Deauville, donc le contexte était bien différent de ce Prix Rose de Mai en terrain lourd. Après être allée devant, elle a trouvé le temps long pour finir mais n’a rien lâché. Son entraîneur, Gianluca Bietolini, nous a dit : « Je suis content. Nous attendions de voir comment elle allait courir aujourd'hui. C'était sa première fois sur le gazon aussi. Elle allait bien le matin, mais  l'après-midi, aux courses, c'est différent. Elle a montré un peu de vitesse tout en ayant galopé devant, ce qui n’est pas évident sur cette distance. La gagnante est une super pouliche, j'avais été impressionné par sa victoire à Marseille. Grand Glory a conservé la deuxième place, elle est black type et c'est top ! Nous allons attendre un petit peu avant de prendre une décision quant à la suite de son programme. Elle n'a pas un grand physique, nous allons discuter avec les propriétaires et voir comment elle revient de cette course. »

La sœur de Phocéen. Élevée par le haras du Mâ et Élise Drouet, Phocéene est une fille d’Olympic Glory, étalon au haras de Bouquetot, et d’Atlantic Slew (Helissio). Elle appartient à la première génération élevée au domaine de l’Étang, la structure créée par Élise Drouet. Présentée par le haras du Cadran à la vente de yearlings d’août Arqana, elle a été achetée 47.000 € par Paul Nataf.

Phocéene est le cinquième produit d’Atlantic Slew, jument restée inédite. Au haras, elle a déjà donné le bon Phocéen (Myboycharlie), deuxième du Prix Maurice Caillault et du Prix de Suresnes (Ls). La deuxième mère, Atlantic Blue (Nureyev), a donné Atlando (Hernando), lauréat de Groupes aux États-Unis et gagnant du Prix de Boulogne (L) en France. Elle a aussi donné Incanto Dream (Galileo), lauréat du Prix Maurice de Nieuil (Gr2) et deuxième du Prix du Cadran (Gr1). Atlantic Blue est aussi la deuxième mère de Mambia (Aldebaran), lauréate du Prix du Calvados (Gr3) et du Prix des Jouvenceaux et des Jouvencelles (L). Elle est poulinière au Japon, où elle a donné Danon Justice (Kingman), un 3ans qui a des moyens. La troisième mère, Hail Atlantis (Seattle Slew), a produit l’étalon Stormy Atlantic (Storm Cat).

 

 

 

Danehill Dancer

 

 

Choisir

 

 

 

 

Great Selection

 

Olympic Glory

 

 

 

 

 

Alzao

 

 

Acidanthera

 

 

 

 

Amaranthus

PHOCÉENE (F3)

 

 

 

 

 

 

Fairy King

 

 

Helissio

 

 

 

 

Helice

 

Atlantic Slew

 

 

 

 

 

Nureyev

 

 

Atlantic Blue

 

 

 

 

Hail Atlantis


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 1’07’’64

De 1.000m à 600m : 27’’71

De 600m à 400m : 12’’97

De 400m à 200m : 12’’84

De 200m à l’arrivée : 13’’81

Temps total : 2’15’’