Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

STAYER’S HURDLE (Gr1) - Le règne de Paisley Park commence

International / 14.03.2019

STAYER’S HURDLE (Gr1) - Le règne de Paisley Park commence

CHELTENHAM (GB), JEUDI

Ça y est ! Nous le tenons ! Depuis Thistlecrack (Kayf Tara) et encore avant Big Buck’s (Cadoudal), nous attendions un vrai leader chez les hurdlers de tenue en Angleterre. Il est arrivé et se nomme Paisley Park (Oscar). En s’imposant dans la Stayer’s Hurdle (Gr1), il a complété une forme de triple couronne des chevaux de claies outre-Manche, constituée du JLT Hurdle (Gr1), du Cleeve Hurdle (Gr2) et du Gr1 de samedi. Invaincu cette saison, il a affiché de très nets progrès après un Festival 2018 au cours duquel il avait sombré dans le Albert Barlett Novices’Hurdle (Gr1). Des progrès qui se sont concrétisés ce jeudi.

Une erreur qui aurait pu coûter cher. Paisley Park a patienté au cœur du peloton. Un peu pris de vitesse par le démarrage de l’un des animateurs, Sam Spinner (Black Sam Bellamy), pisté par Faugheen (Germany) dans le tournant final, il a dû être réveillé par son jockey, Aidan Coleman. À sa décharge, les chevaux de tête avaient considérablement ralenti l’allure durant le dernier tour. Mais ça n’a pas empêché Paisley Park de s’annoncer en dehors à l’entrée de la ligne droite. Il est venu très vite pour franchir la dernière claie, sur laquelle il s’est trompé, manquant de tomber. Cette erreur aurait pu lui coûter très cher. Mais il a su se relancer, les oreilles pointées, pour dominer Sam Spinner, plus expérimenté, à la lutte. Faugheen a fait illusion à l’entrée de la ligne droite en venant facilement. Mais il n’a rien pu faire contre les deux premiers, tout en se défendant bien. Il a précédé Bapaume (Turtle Bowl), premier français à l’arrivée, et Wholestone (Craigsteel).

Une chanson de Prince. Andrew Gemmell, propriétaire de Paisley Park, a déclaré : « C’est un rêve devenu réalité. Je ne peux pas croire que c’est arrivé ! J’espère que c’est la première d’une longue série à Cheltenham. Paisley Park est comme Big Buck’s ou Baracouda. » Fan du chanteur Prince, le propriétaire anglais a nommé son cheval pour faire référence à une chanson de la star. Entraîneur de Paisley Park, Emma Lavelle avait dû attendre vingt ans pour gagner son premier Gr1 en décembre à Ascot, avec le fils d’Oscar (Sadler’s Wells). Celui-ci lui a offert un premier Gr1 durant le Festival. Elle a déclaré : « Ici, c’est un autre niveau ! Cette victoire est phénoménale pour tout le monde. Les chevaux comme Paisley Park, qui sont de vrais stayers, ont besoin de courir en position d’attente un moment. Je suis très fière du cheval. Paisley Park a beaucoup de supporters. » Aidan Coleman, parmi les meilleurs jockeys d’obstacle anglais, a dû attendre dix ans pour regagner une course lors du Festival. De quoi justifier sa joie expressive !