Un Super Saturday en bleu, avec des reflets français

International / 06.03.2019

Un Super Saturday en bleu, avec des reflets français

Vingt-six chevaux, parmi les 63 déclarés partants dans les six Groupes du Super Saturday de Meydan, affichent un rating de 110 ou plus. La qualité moyenne de la réunion des préparatoires à la nuit de la Dubai World Cup est très élevée mais seuls deux sujets affichent plus de 120 : le tenant du titre, Thunder Storm (Helmet), qui est en 122 et effectuera sa rentrée dans le Maktoum Challenge Round 3 (Gr1), et Blue Point (Shamardal), grandissime favori du Nad Al Sheba Turf Sprint (Gr3).

Thunder Snow, le grand retour. Il faut remonter à 2006 – Electrocutionist (Red Ransom) – pour trouver un lauréat de la préparatoire capable de doubler trois semaines après. African Story (Pivotal), lauréat de la World Cup 2014, avait terminé loin derrière l’autre Godolphin Prince Bishop (Dubawi) dans le trial. Douze mois après les deux ont fait la ronde inverse : African Story a gagné le trial et Prince Bishop la World Cup… L’année dernière, Thunder Snow était tombé sur North America (Dubawi) dans le Maktoum Challenge avant son jour de gloire. Il a eu une année 2018 assez dure (sept courses, et pas des promenades) et il reprend un chemin qui peut lui ouvrir les portes de l’histoire puisqu’aucun cheval n'a gagné deux fois la World Cup.  Son entraîneur a déclaré : « C’est un champion, un vrai dur à cuire qui n’a pas vraiment eu le temps de souffler pendant sa carrière. Il a pris des vacances après sa troisième place dans la Breeders’ Cup Classic et je suis satisfait de sa préparation. » Thunder Storm ne peut pas se plaindre de ses jockeys : le matin, il est associé à Kieren Fallon, en course à Christophe Soumillon…

Gronkovski, une première en arabe. La préparatoire à la World Cup est une course pleine de X. Outre Thunder Snow, Gronkovski (Lonhro), qui n’a pas vraiment confirmé sa bonne deuxième place derrière Justify (Scat Daddy) dans les Belmont Stakes (Gr1), y fera sa rentrée. Il a quitté ensuite l’écurie de Chad Brown pour celle de Salem bin Ghadayer qui reprend le travail après douze mois de suspension pour doping. L’argentin Logrado (Manipulator) a gagné au niveau Gr1 chez lui et il fait ses débuts pour l’entraînement d’Erwan Charpy. Le coréen Dolkong (Afleet Alex) est, avec son pilote Olivier Doleuze, l’une des belles histoires de ce Carnival. L’ex-Fabre New Trails (Medaglia d’Oro) et Capezzano (Bernardini) sont sortis de la ligue des gros handicaps avec des victoires par plus de dix longueurs.

Wootton vise son Gr1. C’est une réunion aux couleurs bleu Godolphin, puisque désormais, les entraîneurs préfèrent préparer à domicile leurs chevaux. Charlie Appleby a dominé le Carnival avec 18 victoires, deux de plus qu’en 2018, quand il avait battu dans le classement le leader éternel Saeed bin Suroor. En plus de Blue Point, l’Anglais nous présente dans le Jebel Hatta (Gr1) Wootton ** (Wootton Bassett), qui a eu un parcours cauchemardesque lors de sa course de rentrée dans le Zabeel Mile (Gr2). William Buick a préféré le français aux trois autres pensionnaires d’Appleby, même si, pour le poulain, il s’agit d’un premier essai sur plus de 1.600m.

Spotify dans son jardin. Applebly a décidé de donner une autre course à Spotify (Redoute’s Choice), qui a beaucoup apprécié Meydan. L’ex-Wertheimer vient de remporter son premier Groupe, les Dubai Millennium Stakes (Gr3) et il est rallongé sur 2.400m dans le Dubai City of Gold (Gr2), la préparatoire au Sheema Classic (Gr1). Il s’entend bien avec James Doyle, qui a gardé sa monte, alors que William Buick sera associé à Old Persian (Dubawi), l’un des meilleurs de chez Appleby, qui fera sa rentrée. Il y a deux gagnants de Gr1 au départ : Desert Encounter (Halling), qui a trouvé son jour de gloire dans le Canadian International (Gr1), et le sud-africain Marinaresco (Silvano), qui revient enfin sur sa distance après deux bons parcours de préparation sur plus court.