VENTA SELECTA ARGENTINA - ARQANA -  Près de 90 % des chevaux ont trouvé preneurs

International / 27.03.2019

VENTA SELECTA ARGENTINA - ARQANA - Près de 90 % des chevaux ont trouvé preneurs

L’agence Arqana a dévoilé les statistiques de la vente organisée jeudi dernier en Argentine. Les résultats sont exprimés en dollars, comme les enchères pendant la vente. La devise américaine est en effet le vecteur d’une grande partie des transactions, les locaux ayant perdu confiance dans le peso. Alors que le contexte économique est difficile, cette vacation a satisfait vendeurs locaux comme acheteurs internationaux.

Difficile de comparer. Il n’est jamais facile d’évaluer le niveau d’une vente dans un pays où l’économie s’effondre. Surtout que cette vacation était la première du genre. Néanmoins, plusieurs indicateurs viennent illustrer la satisfaction que les vendeurs, le haras Abolengo et le haras Vacación, avaient exprimée à chaud. La majorité des yearlings ont trouvé preneurs – plus de 89 % de vendus –, ce qui signifie que la vente a rempli son office. Le prix moyen s’établit à 36.072 $, le médian à 32.000 $ et le chiffre d’affaires, pour 76 lots vendus, atteint 2.741.500 $. Les acheteurs se trouvaient dans une position extrêmement avantageuse. Le Franco-Américain Emmanuel de Seroux a par exemple acheté deux yearlings et il a déclaré à la presse américaine : « Nous avons accès ici à des pedigrees fantastiques pour 20 % de leur valeur à Keeneland ou Newmarket. » Ceux qui vont laisser des chevaux à l’entraînement en Argentine vont aussi bénéficier de la dévaluation du peso : si une pension coûtait 1.000 $ par mois par le passé, elle ne coûte à présent que 500 $.

Des vendeurs doublement gagnants. En l’espace d’une année, la valeur du Peso argentin s’est effondrée de moitié, l’inflation ayant atteint 47,6 %. Or l’augmentation des salaires n’a pas suivi aussi vite que la dévaluation (les professeurs ont par exemple décroché une augmentation de 25 % seulement). Les vendeurs de Venta Selecta Argentina - Arqana, payés en dollars, ont donc bénéficié d’une sur-rémunération de leur stock. En effet, c’est en pesos qu’ils vont régler un certain nombre de dépenses, comme les salaires du personnel des haras. Le deuxième effet positif de cette vacation, pour les vendeurs argentins, vient du fait qu’elle a généré un volume en dollars supérieur aux diverses petites ventes qu’ils organisaient auparavant. Le soir de cette première, les propriétaires du haras Abolengo et du haras Vacación sont donc repartis avec plus de dollars en poche et ces devises vont leur permettre de régler des dépenses largement supérieures en pesos pour faire fonctionner leur élevage.