Almond Eye : deux poids, deux mesures !

Magazine / 01.04.2019

Almond Eye : deux poids, deux mesures !

Almond Eye : deux poids, deux mesures !

Samedi dernier, lors de la réunion de la Dubai World Cup, chacun des sept gagnants âgés de 4ans et plus a affiché une valeur égale – c’est le cas du soldat inconnu Coal Front (Stay Thirsty), lauréat du Godolphin Mile (Gr2) – ou supérieure à celle attribuée (117) à Almond Eye (Lord Kanaloa), à l’issue de son canter dans la Dubai Turf (Gr1).

Par Franco Raimondi

Pour commencer, rappelons une chose : le handicapping est une science, peut-être inexacte, mais c’est une science, avec ses règles. Il y a deux jours, nous sommes nombreux à avoir eu l’impression d’assister à la démonstration d’une pouliche, comme on en voit une par décennie. Almond Eye recevait cinq livres d’un métronome comme le "FR" Lord Glitters (Whipper), qui a été pris par le Racing Post sur sa meilleure valeur (118). Elle l’a battu d’une longueur trois quarts, et se retrouve à 117. Le Racing Post avait déjà un peu refroidi les fans de la pouliche lors de sa démonstration dans la Japan Cup (Gr1). Elle affichait 124 d’après le rating officiel, alors que le journal anglais lui avait donné un petit 120. Nos lecteurs ont appris, depuis le temps, que, quel que soit le continent, les handicapeurs regardent les courses avec les mêmes jumelles et que d’habitude, le RPR (Racing Post Rating) se situe deux livres au-dessus du rating international. Quand il y a une telle différence, c’est que le jugement est tout simplement différent.

Quel symbole faut-il ? Le meilleur des douze adversaires d’Almond Eye – Dream Castle (Frankel), qui n’a pas fait sa valeur – affichait un rating officiel de 117 avant la course. Pour confirmer son 124 décroché dans la Japan Cup (Gr1), la championne japonaise aurait dû mettre cinq longueurs entre elle et Lord Glitters. Et tape mon Lemaire ! Bien sûr, le vrai job d’un jockey est tout autre, la pouliche nous a ravis et tant pis pour la valeur… Phil Bull, l’homme qui avait inventé les ratings, avait trouvé d’autres symboles comme la lettre p (progrès), P (gros progrès), le + (elle avait des ressources) ainsi que le point d’interrogation, le § et même le double §§ (pour les sujets impossibles à juger, suite à une mauvaise attitude ou des problèmes de santé). Quel symbole peut-on utiliser à côté du rating d’Almond Eye ? ES, "En Sifflotant", ça vous parle ?

Thunder Snow ne franchit pas les 120. Les handicapeurs de Racing Post se sont montrés encore plus sévères envers la Dubai World Cup (Gr1). Pour la première fois en vingt-quatre éditions, le gagnant, l’héroïque Thunder Snow (Helmet), n’a pas franchi le cap de 120. Il est à 119, c’est-à-dire quatre livres de plus que lors de son succès en 2018. À la lecture des valeurs attribuées par les handicapeurs du quotidien anglais, cinq des six premiers, qui ont terminé en un peu plus de cinq longueurs, ont livré une performance en baisse par rapport à leur standard. Le seul qui a répété sa meilleure valeur (119) est Gronkoswki (Lonhro), soit le même rating obtenu après sa deuxième place dans les Belmont Stakes (Gr1) derrière Justify (Scat Daddy). Gunnevera (Dialed In), pris en 121 pour sa deuxième place dans la Breeders’ Cup Classic (Gr1), a fourni un rating de 114. Pavel (Creative Cause), dont le RPR est monté jusqu’à 118, s’est arrêté à 113 ; Audible (Into Mischief) est descendu de 120 à 112 et Yoshida (Heart’s Cry), qui était à 119 lors de sa quatrième place à un nez de Thunder Snow, à Churchill Downs, passe à 109.

Les handicapeurs officiels ont-ils vu la même course ? On est en droit de se poser la question. Thunder Snow ne peut pas être baissé pour un succès et fort probablement, il sera confirmé à 122 ou au pire s’arrêtera à 121. Si c’est le cas, Gronkowski progressera de dix livres sur son rating d’avant course, mais de deux sur la valeur affichée à Belmont Park. Gunnevera gardera son 119, alors que Pavel montera de 115 à 118. Il ne faut pas crier au scandale, c’est une lecture assez simple. Il ne s’agit pas d’un geste politique pour satisfaire le cheikh Mohammed Al Maktoum, qui a offert 12 M$ d’allocations. Thunder Snow a pris la plus grosse part du gâteau et s’est installé à la troisième place au classement des gains – en livres – publié par le Racing Post, avec 12,57 millions (14,59 M€) derrière Arrogate (Unbridled’s Song), à 13,62 millions (15 M€) et Winx (Street Cry) à 13,21 (15,33 M€). Saeed bin Suroor a signé son neuvième succès dans l’épreuve. Thunder Snow, quant à lui, devient le quatrième lauréat de la Dubai World Cup ayant participé à l’UAE Derby (Gr2), mais le seul à avoir remporté les deux courses.

Old Persian à 122, le meilleur. Le rating le plus haut attribué par le Racing Post dans les huit courses de samedi à Meydan est pour Old Persian (Dubawi), qui avait affiché 118 dans les Great Voltigeur Stakes (Gr2) à 3ans. Il a reçu un 122. La Sheema Classic a été une course assez limpide avec les deux japonais qui ont fourni leur valeur standard. Old Persian, si les handicapeurs officiels ne se montrent pas méchants avec lui, doit dépasser les 120.

Un sprint difficile à juger. Le très bon Blue Point (Shamardal) a gagné l’Al Quoz Sprint (Gr1) avec à la clé un rating de 121, valeur qu’il a déjà affichée à trois reprises. Les handicapeurs du Racing Post n’ont pas vu un cheval en progrès et de ce fait, tous les battus ont vu leur valeur baisser. The Right Man (Lope de Vega) et Sands of Mali (Panis) ont produit une course leur offrant un tout petit rating de 100, selon le quotidien anglais. La quatrième, l’australienne Viddora (I Am Invincible), gagnante de Gr1 chez elle, n’a pas atteint les trois chiffres et s’arrête à 97. La décharge de kg accordée aux femelles est comptabilisée comme cinq livres par les Anglais, mais malgré cela, on a assisté à un bien meilleur sprint. En termes de rating officiel, on peut s’attendre un jugement différent. Si Stormy Liberal (Stormy Atlantic) a confirmé son 117, Blue Point peut passer à 122, mais cela ne changera pas trop pour The Right Man et Sands of Mali. Les six longueurs et demie qu’ils ont encaissées se traduisent, sur 1.200m, en 16 livres.

Le poids de la décharge. La Dubai Gold Cup (Gr1) a fourni un bon résultat. Le français Call the Wind (Frankel) a progressé de trois livres d’après le Racing Post en affichant 115, le même rating international qu’il avait au classement fin 2018. Le gagnant Cross Counter (Teofilo), qui a devancé le pensionnaire de Freddy Head de quatre longueurs et demie, a été jugé en 119. Le lauréat de la Melbourne Cup (Gr1) bénéficiait de deux kilos et demi de décharge, alors qu’en Europe, la différence entre les 4ans et les 5ans, sur 3.200m, est de trois livres. En prenant Call the Wind à 115, avec la décharge européenne et comptabilisant une livre par longueur, Cross Counter descendrait à 117. Un petit détail dans une belle réunion.