Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le mot de la fin - Le pirate, le fils prodigue et le trublion

Le Mot de la Fin / 11.04.2019

Le mot de la fin - Le pirate, le fils prodigue et le trublion

Le mot de la fin : Le pirate, le fils prodigue et le trublion

Emmanuel de Rohan Chabot, un pirate ? Ça, c’était hier. Aujourd’hui, le fils prodigue est de retour au bercail. Le patron de ZeTurf sponsorisera en mai le Grand Steeple. Et de chanter, bras dessus bras dessous avec Édouard de Rothschild, « Embrassons-nous Folleville ! » Et tant pis si Labiche se moquait du mariage dans la pièce éponyme.

Et cela lui fait particulièrement plaisir, à Emmanuel, car il a beaucoup « aimé [se] rendre [à Auteuil] comme jeune turfiste pendant [s] la vie d’étudiant ».

Mais Auteuil n’est pas qu’une madeleine de Proust. C’est aussi l’endroit où ce trublion d’Emmanuel – alors totalement persona non grata – avait réussi à s’introduire au nez et à la barbe de France Galop. Pas pour parier (il n’y avait pas course ce jour-là), mais pour se faire photographier, les clichés étant ensuite reproduits dans un magazine à fort tirage ! Subtile provocation. L’attachée de presse de l’époque avait failli être licenciée pour faute, parce qu’elle avait laissé l’ennemi se faire portraiturer dans le saint des saints. Il est vrai que cette petite affaire, c’est comme si Albert Spaggiari était revenu prendre la pose dans la salle des coffres de la Société Générale de Nice dix ans après son casse…

Ce petit diable de Christophe Donner, qui avait monté le coup, en rit encore.