Télécharger la dernière édition
French Purebred Arabian

French Purebred Arabian

Les étalons français sur le devant de la scène

28.04.2019

Les étalons français sur le devant de la scène

Avec la victoire d’AF Maher (AF Al Buraq) dans la Dubai Kahayla Classic (Gr1 PA), son père AF Al Buraq (Amer) intègre le club très restreint des étalons encore en vie à avoir donné un lauréat de la grande épreuve de Meydan. L’étalon de Shadwell, qui est stationné au haras de Saint-Faust, rejoint ainsi Mahabb (le père de Manark), Munjiz (le père d’Al Mamun Monlau) et son propre frère AF Albahar (le père d’AF Mathmoon). La jument saoudienne Al Hanouf (Sabaan) est à ce jour la seule poulinière à avoir donné deux étalons – AF Al Buraq et AF Albahar – capables de produire un gagnant de la Dubai Kahayla Classic. Tous les deux sont stationnés en France. AF Al Buraq, qui officie au haras de Thouars, est déjà le père d’un certain nombre de chevaux de Gr1, comme AF Al Sajanjle (troisième de l’Al Maktoum Challenge Round 2 et deuxième de l’Al Maktoum Challenge Round 2, Grs1 PA), AF Maqayes (troisième du Liwa Oasis et du Bani Yas, Grs1 PA), AF Al Hazer (troisième de l’Al Maktoum Challenge Round 3, Gr1 PA), AF Tawaq (deuxième de l’Al Maktoum Challenge Round 3, Gr1 PA)… .La majorité d’entre eux est issue de mères françaises ou avec beaucoup de sang français. Les premiers produits français d’AF Al Buraq sont nés en 2019.

Dahor de Brugère frappe d’entrée avec Traynah. Trois jeunes étalons pur-sang arabes sont très attendus en 2019 avec leur première production. Il s'agit de Dahor de Brugère (Dahess), Josco du Cayrou (Munjiz) et Al Mamun Monlau (Munjiz). Leurs produits se sont emparés des trois premières places du Prix Massoud, la première épreuve du programme français pour les pur-sang arabes inédits. C'est Traynah (Dahor de Brugère) qui décroche la victoire, offrant ainsi un premier succès avec son premier partant à l'étalon d'Al Shaqab Racing.

L'épreuve a été animée par Najiah (Josco du Cayrou), alors que Traynah évoluait en quatrième position en épaisseur. Lancée de bonne heure par Anthony Crastus, Traynah a un peu louvoyé dans la ligne droite. Mais elle a mis son cœur sur la piste pour refaire son retard sur Najiah. Elle a placé un deuxième coup de rein dans les 100 derniers mètres pour prendre le meilleur et s'imposer de moins d'une longueur. Najiah est deuxième. Al Hazm (Al Mamun Monlau) termine troisième à deux longueurs. Le Prix Massoud sort un ou plusieurs bons chevaux de Groupe tous les ans (Fettah du Loup, Brama de Pompadour, Al Moujjalli, Cakouet de Bozouls, Abu Alabyad  …). Après la victoire, madame Jean-François Bernard a déclaré : « C'est une réelle satisfaction de permettre à Dahor de Brugère d'obtenir un premier gagnant. Il est toujours très gratifiant de se voir confier les produits des étalons ou des juments que l'on a eus à l'entraînement. Je voudrais remercier le manager d'Al Shaqab Racing, qui m'a confié cette pouliche très précoce. Elle nous montrait de bonnes choses le matin il y a deux semaines mais, comme souvent, on est ensuite moins confiant le jour J après avoir entendu les bruits sur les autres concurrents. C'est une petite pouliche, mais elle est vraiment courageuse et possède une sacrée pointe de vitesse. » Même s'il a beaucoup moins sailli que ses concurrents –- huit produits nés en 2016 en France –Dahor de Brugère a déjà la moitié de sa première production à l'entraînement. De bons bruits circulent au sujet des descendants de cet étalon d’Al Shaqab Racing. Deux autres produits sont à l'entraînement chez Thomas Fourcy. Invaincu en quatre sorties à 3ans, il avait notamment remporté l'Al Rayyan Cup - Prix Kesberoy ainsi que la Qatar Coupe de France des Chevaux Arabes (Gr1 PA) sous l'entraînement de Jean-François Bernard.

Al Hazm, le premier gagnant d’Al Mamun Monlau. Stationné au haras du Grand Courgeon pour le compte d’Al Shaqab Racing, Al Mamun Monlau (Munjiz) fait partie des étalons de première génération les plus attendus chez les pur-sang arabes. À ce jour, il n’a eu qu’un seul partant, Al Hazm (Al Mamun Monlau). Troisième pour ses débuts à Bordeaux, en se montrant un peu vert, il a ouvert son palmarès dès sa deuxième sortie, à Toulouse, offrant par la même occasion un premier succès à son père. Dans le Prix Denouste (Maiden), le représentant de Son Altesse le cheikh Abdullah bin Khalifa Al Thani a pris un bon départ avant de s’installer en tête. Il a rapidement et facilement maîtrisé la course sous la selle d’Olivier Peslier. Dans la phase finale, simplement accompagné aux bras, il a creusé l’écart en toute décontraction, laissant une réelle impression de facilité. Deux longueurs plus loin, on retrouve Guajok de Bozouls (Muguet de Pascade) qui portait deux kilos de moins que le gagnant. Ghumran (Dahess), qui avait lui aussi couru à Bordeaux, se classe proche troisième.

Al Hazm a été élevé par Son Altesse le cheikh Abdullah bin Khalifa Al Thani, et préentraîné par Éric Ventrou. Son entraîneur, Didier Guillemin, nous a dit : « Il avait bien débuté, en se classant troisième. Mais nous étions déçus d’être battus car il a toujours bien travaillé le matin. Il a ensuite remis les pendules à l’heure. C’est un poulain agréable, avec du galop. Je pense qu'il a de la marge. Il gagne bien, sans que son jockey ne soit obligé d’utiliser sa cravache. C’est un beau modèle, avec une certaine taille. »

Tabarak ouvre son compteur. Le 27 mars à Doha, Garraffah (Tabarak) est devenu le premier lauréat de son père, Tabarak (Nizam), en s’imposant dans un maiden sur 1.900m. Placé à plusieurs reprises, ce 4ans a franchi la ligne d’arrivée avec quinze longueurs d’avance ! Il a confirmé lors de sa sortie suivante en remportant un maiden sur 1.700m. Lui qui avait dominé le classement international des pur-sang arabes en 2013, Tabarak officie désormais au haras du Grand Courgeon. Garraffah a été élevé par Son Altesse le cheikh Abdullah bin Khalifa Al Thani.