Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Michel Bodiguel nous a quittés

Courses / 25.04.2019

Michel Bodiguel nous a quittés

Nous avons appris la disparition, la nuit dernière, de Michel Bodiguel, des suites d’une longue maladie. Michel Bodiguel était un passionné et il s’est beaucoup impliqué dans les courses. Il était éleveur – son dernier champion n’est autre que Punch Nantais –, membre de l’Asselco, et président de l’hippodrome de Nantes pendant dix-huit ans. Il a fait partie des fondateurs du Défi du Galop. Il a aussi été rédacteur en chef de Presse Océan.

Jean-Pierre Vallée-Lambert, l’actuel président de la Société des courses de Nantes, a tenu à lui rendre hommage : « Michel fut président de la Société des courses de Nantes de 1996 et 2014. Homme de fidélité et de convictions, amoureux du cheval et des courses, il a été à l’origine de la décentralisation des courses en France. L’Institution des courses perd un grand serviteur ; les membres de la Société des courses de Nantes voient disparaître un ami. »

Loïc Malivet se souvient : « Nous nous sommes connus il y a trente ans à l’Asselco, alors présidée par Daniel Augereau. Puis, en 1993, nous avons été parmi les premiers socioprofessionnels à siéger aux sociétés-mères, sous la liste de l’Union pour le galop. Nous représentions l’Ouest, avec Claude Rouget. C’était l’époque de la Société d’encouragement et des steeple-chases de France, de la Société de sport de France et de la Société sportive d’encouragement. Il avait une plume remarquable. »

Les obsèques de Michel Bodiguel seront célébrées le samedi 27 avril en l'église de Saint-Mars-du-Désert (44850) à 15 h.

L'inhumation se fera au cimetière de Mauves-sur-Loire (44470).

Au revoir Michel

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la disparition de Michel Bodiguel. Sa passion, son verbe et son engagement nous manqueront. Nous nous souviendrons de l’homme de plume bien sûr, mais aussi du bénévole hyper investi, à Nantes et au niveau national. Comme un symbole, il fut parmi les premiers sociopros à siéger au sein des sociétés-mères et cofonda le Défi du Galop, qui incarne fortement la dimension régionale de nos courses. C’était aussi la personne la plus bienveillante que l’on puisse imaginer avec ses jeunes confrères : toujours avec un mot gentil, un soutien, un encouragement, comme lors des premiers mois de Jour de Galop.

Toute la rédaction de Jour de Galop pense à lui et à ceux qui l’ont aimé.