Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Royal Ascot Trials Day : plus que quarante-huit jours…

International / 30.04.2019

Royal Ascot Trials Day : plus que quarante-huit jours…

ASCOT (GB), MERCREDI

Par Franco Raimondi

L’idée est bonne, très bonne même, et surtout ne coûte rien. Il suffit d’ajouter un label, dans ce cas Royal Ascot Trials Day, pour transformer une belle réunion (avec deux Grs3 et une Listed) en un véritable événement. Royal Ascot est encore bien loin mais tant pis, les turfistes auront l’opportunité d’admirer les candidats sans se conformer au dress code très strict du Festival et de préparer leurs tickets avec 48 jours d’avance. Les Pavillon Stakes (Gr3) sont une préparatoire pour la Commonwealth Cup, derniers venus (créés en 2015) dans la liste des Grs1. Ils n’ont pas encore fourni un gagnant de la grande épreuve. Les Sagaro Stakes (Gr3) préparent à la Gold Cup (Gr1) et deux des ses dix derniers lauréats ont réussi le doublé. Il s’agissait de Colour Vision (Rainbow Quest), en 2012, et d’Estimate (Monsun), en 2013.

PAVILLON STAKES (GR3)

Le retour de Calyx en mode sprinter

Calyx (Kingman) fera son retour dans le sprint réservé aux 3ans. La semaine dernière, il semblait prêt à remplacer son compagnon d’entraînement Too Darn Hot (Dubawi) dans les 2.000 Guinées (Gr1). Le poulain, qui avait couru en dernier lieu sur ce même parcours, dans les Coventry Stakes (Gr2) à Royal Ascot, a travaillé sur le Rowley Mile, et John Gosden a décidé de changer son fusil d’épaule. Est-il un cheval de vitesse pure ? Lanfranco Dettori n’en est pas certain : « On ne peut pas affirmer qu’il n’a pas la tenue nécessaire en se basant sur un seul galop. Calyx est en très bonne forme. Mais tout simplement, il n’a pas réussi à négocier la descente de Newmarket et a perdu les "pédales". John m’a dit que son père, Kingman (Invincible Spirit), a eu le même problème. À 2ans, il a gagné sur les 1.200m d’Ascot en donnant l’impression qu’il pouvait aller plus loin. »

Calyx sera opposé à Signora Cabello (Camacho), laquelle a gagné les Queen Mary (Gr2, 1.000m), la meilleure course pour les pouliches à Royal Ascot, et le Prix Robert Papin (Gr2), avant de s’incliner devant Pretty Pollyanna (Oasis Dream) dans le Prix Morny (Gr1). Elle n’a pas aimé Newmarket et a déçu dans les Cheveley Park Stakes (Gr1), mais il s’agissait de sa huitième course d’une saison entamée en avril. Il est bien possible qu’elle soit une pouliche très précoce, mais il faut attendre sa première sortie à 3ans pour l’affirmer… Well Done Fox (Acclamation) a eu une saison de 2ans bien chargée, avec dix sorties et deux succès black types. Il a fait ses meilleures valeurs à la fin de la saison, en se classant deuxième des Flying Childer (Gr2) et des Cornwallis (Gr3). Pocket Dynamo (Dialed In) et Konchek (Lethal Force) ne sont pas loin.

SAGARO STAKES (GR3)

Dee Ex Bee, l’apprenti-stayer

Les Sagaro Stakes (Gr3) sont l’une des huit courses qui permet de se qualifier au Weatherbys Hamilton Stayers’ Million. Les huit lauréats sont ensuite dans l’obligation de faire comme Stradivarius (Sea the Stars) qui, l’année dernière, après la qualification acquise dans la Yorkshire Cup (Gr2), a remporté coup sur coup l’Ascot Gold Cup, la Goodwood Cup (Grs1) et la Lonsdale Cup (Gr2). Ce n’est pas simple, mais l’année dernière, nous tenions le même discours avant la série de Stradivarius qui, en début de saison, était encore un apprenti-stayer. Ce mercredi, deux candidats ont le même profil. Il s’agit de Dee Ex Bee (Farhh) et de Raymond Tusk (High Chaparral). Le premier, pensionnaire de Mark Johnston, a acquis son dernier succès en octobre 2017 et a terminé dans l’argent lors de chacune de ses huit sorties en 2018, dont cinq au niveau Gr1. Il est deuxième du Derby, troisième du Grand Prix de Paris et du Grosser Preis von Bayern. Dee Ex Bee est un peu barré dans les Grs1 sur 2.400m et l’entraîneur écossais le change de discipline. Raymond Tusk a remporté le Gran Premio del Jockey Club (Gr2, 2.400m) à San Siro et il n’est pas loin de Dee Ex Be dans les ratings.

Verdana Blue, gagnant de Gr1 sur les claies. John Gosden présente Weekender (Frankel), lui aussi un cheval compliqué à faire gagner, mais qui possède des moyens. Verdana Blue (Getaway) est le seul gagnant de Gr1 du lot, sauf que son titre a été décroché sur les claies dans le Christmas Hurdle. C’était face à Buveur d’Air (Crillon), un double lauréat de Champion Hurdle (Gr1). En plat il n’a gagné qu’une seule course, sur la P.S.F. de Chelmsford. Mais il ne serait pas le premier à réussir cette transition.

PARADISE STAKES (L)

Barney Roy 2.0, un retour en version Appleby

Deux gagnants de Gr1 seront au départ des Paradise Stakes (L), qui affichent le label Queen Anne Stakes Trial. Il s’agit du "FR" Robin of Navan (American Post), dont le jour de gloire remonte à novembre 2015, et de Barney Roy (Excelebration), qui a été l'un des meilleurs 3ans en 2017. Il a remporté les St James’s Palace Stakes et s’est classé deuxième des 2.000 Guinées et des Eclipse Stakes, mais également troisième des Juddmonte International (Grs1). Il méritait bien sa place d’étalon mais malheureusement, il est stérile. Barney Roy, après castration, a donc repris l’entraînement chez Charlie Appleby. Et s’il retrouve l’envie de courir, il a encore des beaux jours devant lui. L’élève du cheikh Hamdan Al Maktoum, Wadilsafa (Frankel), est un 4ans tout neuf (cinq sorties). Il a décroché une Listed, affichant un rating de 112. Tabarrak (Acclamation), à 110 de rating, est une des valeurs sûres du lot, tout comme First Contact (Dark Angel), troisième dans le Jebel Hatta (Gr1), cet hiver à Meydan.