Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Winx : des adieux en mode diva

International / 11.04.2019

Winx : des adieux en mode diva

Winx : des adieux en mode diva

Par Franco Raimondi

Royal Randwick affiche quasi complet depuis mercredi soir. Les 42.000 tickets, vendus à 37 AU$ (24 €), pour assister aux adieux de Winx (Street Cry) ce samedi ont tous trouvé preneur. Les seules places encore disponibles se trouvent dans le jardin The Botanic, avec petits fours et champagne à 599 AU$ (380 €)…

En véritable diva, Winx a donné quelques frayeurs à son entourage jeudi matin, lors de son breeze à Rosehill, en vue des Queen Elizabeth Stakes (Gr1). Après un galop qui s’est déroulé en présence de dizaines de caméras, journalistes et supporters, était prévue une séance photo dans le rond. Chris Waller a enlevé le bonnet à la diva et patatras. Winx, qui paraissait endormie, s’est réveillée. Elle a alors lancé de grandes ruades et lorsque Chris Waller a cherché à lui retirer sa couverture, la jument a répondu avec trois grands coups de cul, dont un a touché un panneau publicitaire qui était attaché au rail.

Plus de peur que de mal. Winx est rentrée sans blessure et son entraîneur a déclaré : « Cela peut arriver avec un cheval, ils sont parfois imprévisibles. Mais elle a de la fraîcheur, est pleine peau et a une grande envie de courir. Je n’aurais pas dû lui enlever son bonnet. Je l’ai fait pour permettre aux photographes de faire leur travail, mais quand elle a entendu les bruits, c’était déjà trop tard. J’ai eu peur. Mais le maréchal-ferrant est venu la voir et il a dit que tout était parfait. Vous avez vu dans quel état magnifique elle est et toute l’énergie qu’elle est prête à offrir ? » Les commissaires ont envoyé les vétérinaires rendre visite à Winx dans les écuries de Chris Waller à Rosehill. Les docteurs James Mizzi et Ross Alexander ont donné leur feu vert. Suite à cela, un communiqué annonçait que : « Les docteurs Mizzi et Alexander ont constaté que Winx marche sans aucun problème. Aucun signe anormal n’a été remarqué. Elle peut courir samedi dans les Queen Elizabeth Stakes. »

Le plus fidèle des supporters. Martin Wickins, un conseiller fiscal canadien arrivé mercredi à Sydney depuis Toronto, a poussé un ouf de soulagement. C’est lors de son dix-huitième voyage en Australie depuis qu’il a découvert Winx, lors des Apollo Stakes (Gr2) en février 2017, le quinzième de ses trente-deux succès. Il n’a raté que deux éditions des Turnbull Stakes (Gr1), dont celle de l’année dernière, car il voulait assister au Qatar Prix de l’Arc de Triomphe… En fait, notre ami Martin est l’unique turfiste au monde à avoir pu admirer sur les hippodromes Trêve (Motivator), Zenyatta (Street Cry), Goldikova (Anabaa), Enable (Nathaniel) et Zarkava (Zamindar) en plus de Frankel (Galileo), qu’il place au-dessus de tous.

La couronne de plus riche du monde. Samedi, l’entourage de Winx devra attendre 15 h 05 (7 h 05, en France) pour déclarer "job done". Peter Tighe, un des propriétaires, a démenti en début de semaine les rumeurs sur un possible déplacement hors d’Australie. Les Queen Elizabeth Stakes sont la dernière course de Winx, qui en deux minutes et quelques, peut signer son 33e succès consécutif, son 25e Gr1, et quitter les pistes, couronnée du titre du cheval le plus riche du monde. D’après le classement du Racing Post, elle est actuellement deuxième, à 402.826 £ (467.529 €) du leader Arrogate (Unbridled’s Song). L’allocation offerte au gagnant est de 1.281.767 £ (1.487.650 €) et Winx, en cas de victoire, passerait à 14.501.483 £ (16.830.800 €) de gains. Une deuxième place lui suffirait à dépasser Arrogate. Mais c’est bien connu, les champions n’ont pas pour habitude de jouer petit bras.

He’s Eminent, le nouveau venu. Tous les bookmakers australiens proposent Winx à 0,06/1. Ses trois adversaires les plus en vue sont Happy Clapper (Teofilo) et He’s Eminent (Frankel), à 20/1, et Hartnell (Authorized) à 22/1. Happy Clapper, sans œillères pour l’occasion, a déjà croisé dix fois la route de la championne et par cinq fois, il a formé le jumelé gagnant avec elle. Hartnell a affronté Winx à sept reprises (avec quatre deuxièmes places à la clé), mais depuis que James Cummings est devenu l’entraîneur de Godolphin, en juillet 2017, il a soigneusement évité la jument. Il a gagné trois courses, dont deux Gr1s, en dix-huit sorties. La vie est plus belle quand on reste éloigné de Winx… En revanche, ce sera une découverte pour He’s Eminent. Il a été préparé au millimètre par Sir Mark Todd. Lors de ses débuts australiens, dans les Ranvet Stakes (Gr1), il a couru "devant et méchant", et a un petit peu manqué pour finir, se classant deuxième de l’ex-français Avilius (Pivotal). Un possible trouble-fête est le japonais Kluger (King Kamehameha), excellent quatrième la semaine dernière dans le Doncaster Mile (Gr1).

Un centième Gr1 pur Waller. La deuxième réunion de The Champions offre un total de 11,1 millions de dollars australiens (7,04 M€), trois autres Grs1 et six courses dotées d’un million ou plus d’allocations. Charlie Appleby a déniché un engagement sur mesure pour Dubhe (Dubawi) dans la Sydney Cup (Gr1). Il a un poids en or et parmi ses rivaux, il y a le français Gallic Chieftain (Tamayuz), qui a gagné un Gr2 la semaine dernière et sera monté par le vétéran Glen Boss, qui fait l’aller-retour depuis Singapour. Tout le monde est là pour Winx et son entraîneur Chris Waller peut vivre un véritable conte de fées. Avant la course de Winx, il alignera Verry Elegant (Zed), la grande favorite des Australian Oaks (Gr1). Si elle arrive à gagner, Winx peut offrir à l’homme qui l’a façonnée un centième Gr1. Le Néo-Zélandais, très modeste, a déclaré : « Winx est responsable, à elle seule, d’un quart de mes Grs1 ». Dimanche, une nouvelle vie commencera pour lui aussi.