Bientôt le retour des Trophées du personnel des courses et de l’élevage

Autres informations / 31.05.2019

Bientôt le retour des Trophées du personnel des courses et de l’élevage

Bientôt le retour des Trophées du personnel des courses et de l’élevage

Le 1er juillet prochain, les inscriptions seront ouvertes pour la quatrième édition des Trophées du personnel des courses et de l’élevage, organisés par France Galop et Godolphin. Lisa-Jane Graffard, représentante en France de Godolphin, nous a parlé de cette initiative importante pour l’ensemble de la filière hippique.

Jour de Galop. - Quel est le but des Trophées du personnel des courses et de l’élevage ?

Lisa-Jane Graffard. - Le but des Trophées du personnel des courses et de l’élevage est de reconnaître et mettre en valeur des personnes qui sont les piliers de notre filière. Nous comptons sur eux tous les jours pour prendre soin de nos chevaux, eux qui pour y arriver, leur consacrent beaucoup de leur temps et de leur énergie. Il suffit de passer un peu de temps dans un haras ou dans une écurie de course pour voir l’attachement qu’ils ont envers les équidés. En France, le personnel des courses et de l’élevage est composé de personnes ayant d’incroyables qualités et compétences. Ils participent au rayonnement et à la réussite des courses françaises à l’international. Il est important de les récompenser. De plus, cela montre qu’il est possible de mener une longue et belle carrière au sein de la filière des courses, que ce sont des métiers prenants mais passionnants, qui permettent de trouver une vraie satisfaction personnelle. Cela peut aussi aider à faire découvrir de nouvelles vocations. Tout marche ensemble.

En quoi est-ce toujours aussi important pour Godolphin de s’impliquer dans ces Trophées ?

Cela fait quinze ans que Godolphin a commencé à récompenser le personnel de la filière course à l’initiative du cheikh Mohammed Al Maktoum. Cela a commencé en Angleterre. Cet hiver, nous avons fait un bilan de ces trophées et c’est pour cela que les dates ont été annoncées et lancées plus tard que d’habitude, notamment pour l’Irlande. Ils apportent tellement de plaisir et de satisfaction à Godolphin. Pour nous tous, c’est important et c’est pourquoi nous continuons de travailler avec France Galop pour la continuité des Trophées du personnel des courses et de l’élevage. Chaque année, nous faisons un bilan et nous essayons d’améliorer quelque chose. Nous écoutons les retours du jury, des candidats, des employeurs…

Justement, y aura-t-il des nouveautés en 2019 ?

Nous aimerions travailler sur la communication autour de la sélection du jury, sur la transparence du processus. Nous n’avons peut-être pas encore mis assez d’énergie pour expliquer comment nous sélectionnons le jury. Nous allons dévoiler davantage de choses sur cela cette année.

Ce sera la quatrième édition française de ces Trophées. Est-ce bien ancré dans les mentalités désormais ?

Tous les ans, des employeurs commencent à parler assez tôt avec leurs équipes ou leurs managers pour trouver des personnes qu’ils désirent nommer. Il y a des gagnants et des perdants, mais cela ne veut pas dire qu’un jugement de valeur négatif est porté sur les perdants. Parfois, cela se joue à un rien, comme une petite année d’expérience en plus ou en moins. Donc même si l’on perd une année, il ne faut pas hésiter à retenter sa chance ! Être choisi par son employeur pour ces Trophées est déjà quelque chose de positif, de valeur. Nous souhaitons que les candidats soient tout simplement fiers d’être nommés !