Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Comment Myard veut sauver l'hippodrome de Maisons

Courses / 23.05.2019

Comment Myard veut sauver l'hippodrome de Maisons

Jacques Myard s’est enfin dévoilé sur ses projets de sauvegarde de l’hippodrome de Maisons-Laffitte. Voici, pour la première fois dans la presse, son plan :

« Lors du dernier Conseil municipal, le lundi 20 mai, j'ai présenté les axes sur lesquels nous travaillons pour pérenniser l'hippodrome. J'y travaille avec Véronique de Balanda, maire-adjointe chargée des affaires hippiques, depuis le début de l'année, sans relâche. Certaines personnes nous reprochent de ne pas avoir communiqué sur le sujet. C’est oublier les difficultés inhérentes à la conduite d'une négociation qui nécessite de multiples vérifications. Ce type de négociation ne se tient pas sur la place publique, il faut être un peu sérieux.

Nous avons rencontré à plusieurs reprises les dirigeants de France Galop (FG) et avons reçu de leur part des éléments chiffrés sur le coût de l'hippodrome, que nous avons analysés.

Aujourd'hui, nous nous orientons vers la solution suivante :

1) Création d'une société de courses dénommée "Société des courses hippiques de Maisons-Laffitte" dont le maire sera le président – c'est le souhait du président Rothschild de France Galop. Le ministre de l'Agriculture s'est exprimé en ce sens dans la lettre qu'il a écrite, le 24 février dernier, au président du Sénat Gérard Larcher qui me l'a transmise.

Cette société indépendante sera néanmoins reliée au système France Galop : FG nous a promis de garder le programme des courses actuel avec des courses premium qui font le jeu et les recettes pour la société hippique.

Néanmoins cette société aura un déficit qui doit être couvert.

2) Pour couvrir ce déficit, il est nécessaire de créer des activités dans les tribunes qui possèdent une surface de 10.000 m2. À cette fin, nous devons trouver un investisseur après un appel à projets. Il devra y avoir un partage entre les activités économiques et les activités réservées à la société hippique.

La ville se verrait conférer un titre réel sur le site en bénéficiant d'une emphytéose de 99 ans, à conclure avec FG.

Nous travaillons intensément à cette solution, et aujourd'hui de nombreux groupes se montrent intéressés par le site.

Ce nouveau modèle va demander encore des semaines et des mois de travail, mais selon des contacts suivis que nous avons, France Galop est disposé à accepter cette solution.

Un point très important : Valérie Pécresse, présidente de la Région, et Pierre Bédier, président du Conseil départemental des Yvelines, soutiennent la ville dans ses démarches et sont prêts à l'accompagner par des investissements financiers pour les travaux à effectuer dans les tribunes. »