Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Dunaden, le cheval acheté 1.500 € qui a changé les courses

International / 02.05.2019

Dunaden, le cheval acheté 1.500 € qui a changé les courses

Nous avons appris, mercredi soir, la mort de Dunaden, des suites de complications après un accident de paddock. Triple gagnant de Gr1, Dunaden nous aura fait voyager tout au long de sa riche et longue carrière. C’est aussi un cheval qui a certainement eu une influence majeure sur les courses telles que nous les connaissons dans les années 2010.

Le cheikh Fahad Al Thani a réagi suite à la mort de son représentant Dunaden (Nicobar) : « C’est le cheval d’une vie. Je n’oublierai jamais le jour où il a gagné la Melbourne Cup. Il avait beaucoup de classe : régulier, puissant et incroyablement lutteur. L’investissement initial de Qipco a été considérablement augmenté grâce aux victoires de Dunaden. C’est une perte terrible. » Dunaden n’a pas influé que sur l’investissement de Qipco. Voici ce que le cheikh Fahad disait, à l’annonce de la retraite du cheval, en 2014 : « La plus grande victoire de Dunaden est peut-être le fait que son succès a incité mes frères à s’investir dans les courses. Sa carrière a joué un rôle essentiel dans l’évolution de Qatar Racing, une entité qui a maintenant plus de 200 chevaux à l’entraînement dans le monde entier. »

Des réclamers aux handicaps. Le fils de Nicobar est né au haras de Maulepaire et est un élève du comte Édouard Decazes. Pas un pedigree clinquant… Dunaden passe foal sur le ring d’Arqana et Ghislain Bozo (Meridian International) l’achète pour la modique somme de 1.500 €. Il débute à la fin de son année de 2ans, sous les couleurs de madame Smith et l’entraînement de Jetty van der Hulst. Dunaden devra attendre sa sixième course pour s’imposer. Nous sommes le 12 mai 2009 à Strasbourg, dans un réclamer, par deux longueurs. Yannick Fouin le repère et l’achète pour 17.000 €. Dunaden poursuit sa carrière pour les couleurs d’Alban de Mieulle et entame sa formation dans les handicaps, se faisant un nom dans cette catégorie.

Le cheval attire l’attention d’un jeune cheikh qatari, Son Altesse le cheikh Fahad Al Thani. Sous son entité, Pearl Bloodstock, il se porte acquéreur de Dunaden, qui part chez Richard Gibson. Le cheikh Fahad Al Thani nous avait expliqué en mai 2017 : « Je voulais un cheval pour gagner une course dans la journée du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Richard Gibson m’avait alors suggéré que la façon la plus simple d’y parvenir était d’acheter un cheval de handicap. Dunaden avait le profil idéal et j’ai dû l’acheter un peu en cachette, parce qu’il appartenait à l’entraîneur de mon père… » Dunaden est passé à côté de ce premier objectif. « Deuxième, battu d’un nez après un parcours malheureux » Nous sommes le 3 octobre 2010. L’histoire ne fait que commencer.

Des handicaps au plus haut niveau. Dunaden remporte son handicap lors de sa sortie suivante. Barré à ce niveau, il n’a d’autre choix que de monter les échelons, et il le fera avec succès. Il remporte le Prix du Grand Camp (L). Il échoue ensuite de peu, derrière Young Tiger (Tiger Hill), dans le Prix Max Sicard (L), puis prend la troisième place du Grand Prix du Conseil Général des Alpes-Maritimes (L). Ce sera sa dernière sortie sous l’entraînement de Richard Gibson, qui part s’installer à Hongkong. Dunaden intègre les boxes de Mikel Delzangles. L’avenir du stayer Dunaden commence ici…

Il remporte le Prix de Barbeville (Gr3) en avril 2011. L’appel de la Melbourne Cup (Gr1) se fait ressentir chez le cheikh Fahad Al Thani : pourquoi pas ? Américain (Dynarformer) venait d’offrir, l’année précédente, un premier succès à la France dans "la course qui arrête une nation". Mais avant de prendre l’avion, Dunaden est battu de peu par Brigantin (Cozzene) dans le Vicomtesse Vigier (Gr2) et il échoue dans le Darley Prix Kergorlay (Gr2) après un mauvais parcours. Direction l’Australie et la Geelong Cup (Gr3), soit le parcours d’Américain. Victoire. Puis le grand jour.

Une Melbourne Cup au bout du suspense. Le cheikh Fahad Al Thani nous avait raconté : « Participer à la Melbourne Cup coûte très cher et il faut en faire un objectif. On ne peut pas envoyer un cheval en Australie sans un vrai programme. Cela veut dire qu’il est primordial de garder de la fraîcheur, de protéger sa valeur, même en renonçant à des courses en Europe. Lors de sa première sortie australienne, Dunaden a remporté la Geelong Cup (Gr3), donc il avait déjà couvert le coût du déplacement. Mais nous étions partis pour gagner la Melbourne Cup. À quelques jours de la belle, notre jockey, Craig Williams, a été mis à pied et son appel rejeté. Nous étions sans jockey à la veille de la course ! On nous a alors proposé Christophe Lemaire, qui était au Japon. Courir la Melbourne Cup avec un jockey qui ne connaissait pas le cheval et n’avait jamais monté en Australie, c’était hasardeux. Mais tout s’est passé à merveille, Christophe a monté une course magnifique et Dunaden a gagné d’un nez. Avant la course, je lui avais dit de pousser jusqu’au poteau, parce que la dixième place est payée… » Christophe Lemaire est toujours au Japon et a rendu hommage à Dunaden sur les réseaux sociaux : « Tu étais un rêve pour un jockey, mettant ton cœur sur la piste. Merci de m’avoir offert l’une des plus belles victoires de ma carrière dans la Melbourne Cup. »

Dunaden battait ce jour-là Red Cadeaux (Cadeaux Généreux) d’un tout petit nez. La photo avait été tellement longue à être développée que beaucoup ont cru au dead-heat. Grand cœur, petit nez… Quelques heures après cette victoire, Mikel Delzangles nous avait dit : « J’étais mal placé par rapport au poteau d’arrivée, 200m avant, je ne savais vraiment pas si nous avions gagné́. La photo a duré́ très longtemps... L’ambiance sur place est incroyable. Il faut y être allé́ pour comprendre. »

Confirmation. C’est le premier des trois Grs1 de Dunaden. Voyager n’est jamais facile, mais le cheval avait cette force. Après la Melbourne Cup, il enlève le Hong Kong Vase (Gr1) sur 2.400m. Il attendra octobre 2012 et l’Australie pour repasser le poteau en tête. Il enlève la Caulfield Cup (Gr1) – sa dernière victoire – avant d’être battu dans la Melbourne Cup, puis à Hongkong. On le revoit en 2013 à Meydan, quatrième d’une Dubai Sheema Classic exceptionnelle, où St Nicholas Abbey (Montjeu) battait Gentildonna (Deep Impact). Dunaden conclut ensuite troisième du Prix Ganay, deuxième de la Coronation Cup, deuxième du Grand Prix de Saint-Cloud (Grs1), puis échoue dans le Qatar Prix Foy (Gr2). Battu dans la Melbourne Cup, il court très bien pour prendre la cinquième place de la Japan Cup puis la troisième place du Hong Kong Vase (Grs1). Sa carrière de course se termine sur une neuvième place dans la Dubai Sheema Classic (Gr1) en 2014.

Au haras, Dunaden intègre Overbury Stud. Ses premiers produits ont 3ans et il a déjà donné cinq gagnants.

Il a sa statue à Newmarket. En mai 2017, Franco Raimondi était parti à Newmarket pour rencontrer le cheikh Fahad Al Thani, dans son centre de Longholes. Il nous racontait une anecdote, montrant la place à part que tenait Dunaden pour son propriétaire : « Le cheval avec lequel tout a commencé nous accueille peu après le portail de Longholes Stud, la base du cheikh Fahad bin Abullah Al Thani à Cheveley, juste à côté de Newmarket. C’est Dunaden, version statue. Un joli monument, refait deux fois. À la première version, il manquait le shadow roll, la peau de mouton que le cheval portait à chacune de ses sorties sur sa muserolle. Dans la deuxième version, l’artiste avait attribué le testicule manquant à ce cheval monorchide ! »