Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

GRANDE COURSE DE HAIES D’AUTEUIL (GR1) - Bénie des Dieux foudroie De Bon Cœur

Courses / 18.05.2019

GRANDE COURSE DE HAIES D’AUTEUIL (GR1) - Bénie des Dieux foudroie De Bon Cœur

AUTEUIL, SAMEDI

Quelle Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) avons-nous vécue ! L’édition 2019 de la course nous promettait beaucoup sur le papier et nous n’avons pas été déçus ! Nous avons vu deux très grandes juments s’affronter. La meilleure française, De Bon Cœur (Vision d’État), tenante du titre, faisait face à la meilleure jument d’Angleterre et d’Irlande Bénie des Dieux (Great Pretender). Nous avons vu un beau match mais, sur le plat, cet affrontement a tourné court. Bénie des Dieux s’est révélée trop forte pour une De Bon Cœur qui n’a pas été aussi percutante que l’année dernière. La jument de Rich Ricci a décroché une quatrième victoire de Gr1, la plus significative, car elle a devancé ce qui se fait de mieux à Auteuil. Depuis son départ des boxes d’Isabelle Gallorini, après une troisième place dans le Prix André Michel (Gr3), Bénie des Dieux a franchi les paliers chez Willie Mullins. D’ailleurs, pour le professionnel irlandais, elle est invaincue si l’on fait exception de sa chute malheureuse dans le Mares’Hurdle (Gr1) 2019 alors qu’elle avait course gagnée. Ce samedi, la meilleure femelle d’Europe, c’était bien la franco-irlandaise Bénie des Dieux. D’autant que, elle aussi, aurait pu avoir des circonstances atténuantes en cas de défaite. En effet, elle avait gagné le Champion Mares Hurdle (Gr1) de Punchestown il y a à peine quinze jours…

Une victoire nette et sans bavures. Bénie des Dieux a beau avoir un statut particulier, elle a tout de même surpris son mentor dans la Grande Course de Haies. En effet, Willie Mullins ne se voyait pas battre De Bon Cœur, mais plutôt être son dauphin. En quatrième position dès le départ, Bénie des Dieux a toujours eu la jument de Jacques Détré et du haras de Saint-Voir en point de mire. Elle a même parfois galopé dans son dos. Dans le tournant final, elle s’est rapprochée avec du gaz dans le groupe de tête. Pour aller sauter la dernière haie, elle a effacé De Bon Cœur et, dans les 200 derniers mètres, elle s’est détachée pour l’emporter de six longueurs et demie.

Willie Mullins surpris. Vainqueur de sa cinquième Grande Course de Haies après les succès de Nobody Told Me (2003), Rule Supreme (2004), Thousand Stars (2011 et 2012) et Bénie des Dieux, Willie Mullins est revenu sur les performances de ses cinq partants, dont Bénie des Dieux évidemment et Bapaume (Turtle Bowl), quatrième : « Je suis surpris de gagner aussi facilement. Je suis très content pour Rich Ricci. Nous sommes satisfaits avec Bénie des Dieux et Bapaume. Melon a trop tiré et il aurait été meilleur avec un rythme plus sélectif et sur une distance plus courte. Yorkhill a lui aussi trop tiré. Mr Adjudicator a fait une mauvaise faute. Au moins, Bénie des Dieux a eu un très bon parcours et elle a toujours galopé avec des ressources. Nous avons saisi notre chance alors que les délais entre Punchestown et Auteuil étaient courts. Nous ne pouvions pas courir et gagner cette course la semaine prochaine… c’était ce samedi ou rien ! C’est le calendrier, il faut faire avec. Si vous avez un cheval pour un Gr1, vous devez courir dans cette course. En Irlande, le terrain a été trop ferme cet hiver et nous n’avons d’ailleurs pas eu d’hiver. J’ai donc beaucoup de chevaux à la maison qui n’ont pas pu courir. Je suis très surpris de voir Bénie des Dieux gagner de cette manière. Je pensais qu’elle serait une bonne deuxième derrière De Bon Cœur. Je suis très heureux de voir qu’elle puisse gagner comme cela. Nous allons voir comment elle va rentrer de cette course pour décider de la suite de son programme. Nous verrons pour la saison prochaine, elle pourrait aller en steeple, mais sinon elle suivra son programme sur les claies. Si je trouve une course en steeple, elle la courra. Je ne fais jamais de plans et je vais de course en course. Elle est très forte physiquement. Bien qu’il ne soit que quatrième, Bapaume a fait une meilleure valeur que l’année dernière. Je pense qu’il va revenir pour le Prix La Barka. Il portera plus de poids, mais ça ne sera pas un problème. Il aime bien Auteuil et le terrain donc il reviendra pour La Barka. J’aime beaucoup les chevaux français. Ils sont très bons et je gagne beaucoup de courses avec eux ! »

Une course parfaite. Ruby Walsh à peine retraité, son successeur désigné, Paul Townend, aligne les victoires de Groupes. La Cravache d’or irlandaise a gagné sa première Grande Course de Haies d’Auteuil. Il a raconté sa course en ces termes : « La course s’est passée sans encombres. Elle a été un peu allante lorsque Melon tirait énormément à côté de nous. Sinon, elle a toujours galopé avec beaucoup de ressources. Et elle a vraiment superbement accéléré à la fin. Elle a parfaitement fait la distance. Elle avait couru il y a quinze jours en ayant une course dure et elle a voyagé ensuite. Sa victoire aujourd’hui prouve toute sa classe. »

Ce n’est pas la De Bon Cœur de 2018. De Bon Cœur est apparue un peu molle au rond, où elle emmenait déjà une certaine… Bénie des Dieux ! En piste, elle a galopé en troisième puis deuxième position, faisant quelques fautes et ayant des hésitations. Au dernier passage en face, elle a durci la course, mais, entre les deux dernières haies, elle semblait devoir se contenter d’une quatrième ou cinquième place. Sur le plat, cependant, elle a donné un bon coup de reins, à distance de Bénie des Dieux, pour s’assurer la deuxième place. Son entraîneur, François Nicolle, nous a déclaré : « Nous sommes probablement battus par une très bonne jument, mais j’ai du mal à retrouver l’ancienne De Bon Cœur. Ce n’est plus la même. Elle ne galope plus de la même façon, ni avec la même envie, et elle ne saute plus avec autant de fluidité qu’avant. Elle vient tout le temps au pied de l’obstacle, même lorsque son jockey vient avec elle et qu’il essaie de l’envoyer, elle se recale au dernier moment... Elle se comporte comme une jument un peu souffreteuse, et il ne faut pas oublier qu’elle a souffert d’une fêlure. Nous allons faire les examens nécessaires pour savoir ce qui cloche. La dernière fois, elle était en chaleur, mais aujourd’hui elle n’a pas d'excuse, même si elle s’est déferrée de l’antérieur droit. Kévin l’a très bien montée. Berjou a terminé troisième à la même distance que la dernière fois. Elle n’a pas mis le coup de reins qu’elle a l’habitude de mettre. Si l’IRM montre quelque chose, elle partira poulinière, mais, si tout va bien, elle ira sur le steeple. » Jockey de De Bon Cœur, Kévin Nabet a ajouté : « Je pense que nous avons été battus par meilleur. Nous avons fait quelques fautes dans le parcours, mais nous nous sommes quand même bien battus. »

Berjou, de plus en plus haut. Vainqueur de deux gros handicaps et deuxième du Prix Léon Rambaud (Gr2), Berjou (Holy Roman Emperor) a réalisé sa meilleure valeur provisoire en se classant troisième de cette Grande Course de Haies. Le pensionnaire de David Windrif ne cesse de progresser et il n’a que 5ans. L’avenir lui appartient ! Contrairement au Léon Rambaud, il est parti rapidement dans la bagarre, en deuxième position. Il a tenu bon jusqu’au bout, ayant un superbe comportement. Il a devancé Bapaume et l’animateur Galop Marin (Black Sam Bellamy), qui aurait préféré une piste plus lourde mais qui a eu un bon comportement.

Du harcèlement pour acheter Bénie des Dieux. Pierre Boulard avait acheté Bénie des Dieux à Bartabas, son premier propriétaire. Il nous avait raconté : « Bénie des Dieux m’avait tapé dans l’œil lorsqu’elle s’était placée à Auteuil. Elle me rappelait vraiment Robin des Champs. Elle était très masculine, elle avait un gros potentiel. J’ai presque harcelé Bartabas pour l’acheter. Nous avons trouvé un compromis et nous avons pu l’avoir. Elle était bien nommée également et je crois en ces choses-là. Elle avait tout, le pedigree, le modèle et un peu de marge. »

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/benieDESdieux.pdf

Great Pretender attend ses dames ! Bénie des Dieux est une fille de Great Pretenter (King’s Theatre) étalon au haras de la Hêtraie. Pascal Noue nous a confié : « J’ai un peu crisé même si ce n’est pas le premier Gr1 de l’étalon ! C’est une belle course gagnée de main de maître par une très grande jument. Peu de chevaux sont capables de gagner des deux côtés de la Manche face à une telle opposition en si peu de temps. C’est le quatrième Gr1 sur les haies de notre étalon après ceux de Dortmund Park (Profile Systems Champion Novice Hurdle, Gr1), Ptit Zig (Grande Course de Haies d’Auteuil & Prix Renaud du Vivier, Grs1) et Grand d’Auteuil (Prix Renaud du Vivier, Gr1). Comme son voisin de box Kapgarde (Garde Royale), Great Pretenter est âgé de 20ans à présent. Il est toujours aussi beau, alerte et fertile. Ses produits sont très recherchés par les Anglo-Irlandais si bien que beaucoup sont exportés tôt. On en voit moins en France et cela permet d’expliquer qu’il reste encore quelques places cette saison pour aller à la saillie de Great Pretender ! En piste comme pour le commerce, c’est un premier choix. »

Du rire aux larmes. Élevée par Gérard Doyen, Bénie des Dieux est une fille de Cana (Robin des Champs), placée lors de trois de ses quatre sorties sur les haies. Cana était pleine de Blek (Chichicastenango), qui officie au haras des Châtaigniers, où Bénie des Dieux a été élevée pour Gérard Doyen. Ce dernier nous a confié ce samedi : « C’est pour vivre ce genre de moments qu’on élève des chevaux. Elle est incroyable. Sans ces victoires, j’aurais arrêté. Car parfois, l’élevage, c’est très dur. J’ai passé la moitié de ma vie à essayer de sauver une jument. La sœur de Bénie des Dieux est extrêmement prometteuse. J’y crois beaucoup. Grace des Dieux (Blek) a 3ans et la même action que sa sœur au même âge. C’est la dernière que j’ai de cette souche, car la jument qui est morte en poulinant cette nuit… c’est Cana, leur mère. » En 10 tentatives, Cana n’a donné que deux produits. L’an dernier, Gérard Doyen nous avait confié : « J’étais très proche de monsieur Corbière [qui a élevé, pour son propre compte ou celui de ses clients, Robin des Prés, Corscia, Robin des Champs, Garde Royale, Saônois et Storm of Saintly, ndlr], un éleveur inspiré dans les choix de ses étalons et de ses souches. Il m’a beaucoup influencé et je lui ai d’ailleurs acheté plusieurs chevaux. J’allais chez lui deux fois par an. Monsieur Corbière m’avait d’ailleurs proposé Saônois (Chichicastenango), futur gagnant du Prix du Jockey Club, pour une somme raisonnable, et je ne l’ai pas pris… car il était petit et pas très beau. Mon intuition ne fonctionne pas toujours ! Mais, en 2005, il avait inscrit Cana aux ventes de Saint-Cloud. Quand j’ai vu la pouliche dans ses herbages, alors qu’elle avait 2ans, je n’ai pas pu m’empêcher de l’acheter. Elle m’a tiré l’argent de la poche et j’ai à peine discuté le prix. »

La grande souche Corbière. Deuxième mère de Bénie des Dieux, Cardoudalle (Cadoudal) s’est classée deuxième du Prix d’Iena Hurdle (L). Au haras, elle a donné l’étalon Chœur du Nord (Voix du Nord), stationné chez Guillaume Lassaussaye. Cardoudalle est la deuxième mère de sept black types, dont Ceasar’s Palace (Voix du Nord), vainqueur des Prix Carmarthen, de Pépinvast et de Longchamp (Grs3), Cokoriko (Robin des Champs), vainqueur du Prix Gérald de Rochefort (L), devenu un très bon étalon au haras de Cercy, Chanducoq (Voix du Nord), Corscia (Nickname), lauréate de deux Prix Sytaj (Gr3), des Prix Christian de Tredern et André Michel (Grs3), et de Calotin (Martaline), vainqueur du Prix Wild Monarch (L).

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

King’s Theatre

 

 

 

 

Regal Beauty

 

Great Pretender

 

 

 

 

 

Darshaan

 

 

Settler

 

 

 

 

Aborigine

BÉNIE DES DIEUX (F8)

 

 

 

 

 

 

Garde Royale

 

 

Robin des Champs

 

 

 

 

Relayeuse

 

Cana

 

 

 

 

 

Cadoudal

 

 

Cardoudalle

 

 

 

 

Easy Horse