Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

HARAS D’ÉTREHAM PRIX D’IÉNA (L) - Atérisk irréprochable

Courses / 18.05.2019

HARAS D’ÉTREHAM PRIX D’IÉNA (L) - Atérisk irréprochable

AUTEUIL, SAMEDI

Atérisk (No Risk at All) engrange, encore et encore… La représentante de Mme Francis Montauban et de Palmyr Racing est le leader de sa génération grâce à sa victoire dans ce Haras d’Étreham Prix d’Iéna (L). Elle n’a pas tremblé. La course a dans un premier temps été emmenée par La Café Ine (Enrique), laquelle a plus tard hésité à la haie du pavillon, difficulté où elle avait déjà fait une faute lors de sa précédente sortie. Et ce samedi… son jockey n’a pu éviter la chute. Atérisk, d’abord en bonne position, a pris les commandes au premier passage devant les tribunes. Bien à sa main, détendue et appliquée, elle allait au-dessus du lot entre les deux dernières haies. Sur le plat, elle a filé vers un net succès, s’imposant par quatre longueurs et demie. Grakownia (Barastraight), longtemps dernière et froide, a bien fini pour prendre la deuxième place, une longueur trois quarts devant Rocknicara (Nicaron).

Vers le Haras d’Étreham Prix Sagan. Atérisk mène une carrière irréprochable. Cette belle pouliche, élégante, compte trois victoires et une deuxième place en quatre sorties. Elle venait d’être battue par Invincible Dina (Doctor Dino) dans le Prix Girofla (L), où elle n’avait fait que la pousser dans la ligne droite. Guillaume Macaire, son entraîneur, nous a dit : « Elle fait bien son travail, c’est sa force. Elle est facile et elle n’a jamais rencontré de souci dans sa carrière. Cela nous a permis de tout courir avec elle et elle passe le poteau en tête. Que voulez-vous de plus ? L’autre jour, elle a été battue. Peut-être qu’elle était un peu moins bien. Après tout, ce sont de jeunes organismes… Mais elle a 100.000 € de gains. Avant de penser au terrain lourd en fin de saison, il y a un Groupe dans trois semaines [le Haras d’Étreham Prix Sagan (Gr3), ndlr]. Et, comme on dit en Corrèze, c’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses ! »

Grakownia à revoir. Ce n’était que la deuxième sortie de Grakownia dans ce Haras d’Étreham Prix d’Iéna et la pouliche entraînée par Arnaud Chaillé-Chaillé rend une très bonne copie. Au rond de présentation, elle était très détendue, presque "molle", marchant tout tranquillement. En piste, elle a longtemps patienté et s’est montrée froide. Cette propre sœur de Baie des Îles (Barastraight) est taillée pour aller sur le steeple-chase et sur plus long dans le futur. Grakownia est le cinquième black type de Barastraight (Barathea) sur les obstacles. Assurément un étalon sous-coté.

Rocknicara, le premier black type en obstacle de Nicaron. Troisième, Rocknicara a bien tenu sa partie, manquant du changement de vitesse nécessaire sur le plat dans une course sans train. La pensionnaire de Gabriel Leenders est certainement amenée à progresser encore avec l’allongement de la distance et l’assouplissement des pistes. Elle offre un premier black type à son père, Nicaron, étalon au haras de la Barbottière. Rocknicara appartient à la première génération des produits de Nicaron depuis que sa carrière a été réorientée vers l’obstacle. L’étalon a aussi donné le prometteur Al Cuarto, au départ du Prix Stanley (L) ce dimanche.

Gabriel Leenders nous a dit : « La course s’est finie sur un déboulé, or c’est une jument qui a beaucoup de rythme. Elle est à sa place et a décroché son black type, je suis content. La dernière fois, elle n’avait pas très bien couru, mais je pense que je ne l’avais pas assez travaillée. Elle avait trop de fraîcheur et elle avait tiré en partant. L’idée serait de l’emmener sur le Sagan, mais je vais voir avec son propriétaire : il a plus d’expérience que moi avec les 3ans ! » Rocknicara appartient à Jacques Bisson, Joël Germain, Marc Druyer et Anne-Sophie et Daniel Allard.

La nièce d’Astonville. Élevée par Erick Bec de La Motte et François-Marie Cottin, Atérisk a trouvé preneur à la vente d’été Arqana 2018. Présentée par le haras de Cordelles, elle a été cédée 20.000 € à Guillaume Macaire. C’est une fille de No Risk at All (My Risk), étalon au haras de Montaigu et désormais valeur sûre du parc français. Sa mère, Aspolina (Trempolino), est gagnante de deux courses en plat mais aussi de deux épreuves sur les haies d’Auteuil. Aterisk est une sœur d’Anamarina (Anabaa), lauréate en plat, et d’Albares (Lando), vainqueur à quatre reprises en haies et en steeple.

La deuxième mère, Astonishing (Vacilante), a remporté quatre courses et s’est placée de Gr1 et de Gr3 au Brésil. Outre Aspolina, elle a donné Astonville (Top Ville), lauréat du Grand Steeple-Chase d’Enghien (Gr2) et troisième du Prix Robert de Clermont-Tonnerre et de la Grande Course de Haies d’Enghien (Grs3). Elle a aussi produit Astronaut (Fabulous Dancer), vainqueur du Schmidt Pauli Jagdrennen (L), Abajo (Sillery), gagnant du Prix Vulcain et deuxième du Prix Michel Houyvet (Ls), et Astigos (Trempolino), deuxième du Prix Prince d’Écouen à deux reprises et des Prix Count Schomberg et Prédicateur (Ls).

La troisième mère, One More Kiss, est placée de Gr2 au Brésil. C’est une propre sœur de l’étalon New Attack, gagnant du Grande Premio Joao Adhemar de Almeida Prado (Gr1). Outre Astonishing, One More Kiss a donné l’étalon Jumping Jack, vainqueur du Grande Premio Juliano Martins et troisième du Grande Premio Sao Paulo (Grs1), et Krisby, placée elle aussi de Gr2 au Brésil.

 

 

 

Take Risks

 

 

My Risk

 

 

 

 

Miss Pat

 

No Risk at All

 

 

 

 

 

Simply Great

 

 

Newness

 

 

 

 

Néoménie

ATÉRISK (F3)

 

 

 

 

 

 

Sharpen Up

 

 

Trempolino

 

 

 

 

Tréphine

 

Aspolina

 

 

 

 

 

Vacilante

 

 

Astonishing

 

 

 

 

One More Kiss