Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

KENTUCKY OAKS (GR1) - Serengeti Empress : après le drame, la magie !

International / 04.05.2019

KENTUCKY OAKS (GR1) - Serengeti Empress : après le drame, la magie !

CHURCHILL DOWNS (US), VENDREDI

Il y a six semaines, dans les Fair Grounds Oaks (Gr2), Serengeti Empress (Alternation), archi-favorite à 0,20/1, avait imposé le train avant de s’arrêter peu après la fin du dernier tournant. Elle avait passé le poteau dernière, au galop de chasse, avant de rentrer aux écuries dans l’ambulance. La pouliche avait saigné, malgré le Lasix, et, le jour suivant, son entraîneur, Tom Amoss, avait annoncé : « Aucune décision sur la suite de sa carrière n’a été prise. » Serengeti Empress est partie pour le Kentucky, elle a été soignée et, après deux galops impressionnants et deux endoscopies propres, son entraîneur a donné le feu vert pour les Kentucky Oaks (Gr1).

Elle a terminé au trot. Son jockey, Jose Ortiz, l’a poussée en tête depuis la boîte 13 et Serengeti Empress, qui aime dominer ses courses, a passé les premiers 800m en 46”65. Elle était fatiguée, bien sûr, mais les autres encore plus. Les derniers 200m ont été parcourus en 13”47 (à Vincennes on va beaucoup plus vite…) mais la seule qui a réussi à grignoter un peu de terrain a été Liora (Candy Ride), deuxième à presque deux longueurs, alors que Lady Apple (Curlin) a décroché la troisième place à cinq longueurs et demie. La favorite, Bellafina (Quality Road), s’est perdue dans le peloton des quatorze pouliches, elle qui a fait carrière dans les lots squelettiques de Californie. La gagnante de la Breeders’ Cup Juvenile Fillies (Gr1) Jaywalk (Cross Traffic) a été disqualifiée de la sixième place pour avoir fait tomber Positive Spirit (Pioneerof the Nile) peu après le départ. La meilleure monte de la course a été celle des deux cow-boys de service, qui ont rattrapé la pouliche après 100m. La pouliche est rentrée dans son box sans gros dégâts et son jockey, Manny Franco, était debout rapidement.

Des arguments pour les pro-Lasix. Tom Amoss, qui compte 3.638 victoires en 32 ans de carrière, a dit : « Je n’avais jamais gagné une course de ce niveau. J’ai la tête qui tourne et, même si je suis connu pour être un peu bavard, je ne trouve pas les mots… » La victoire de Serengeti Empress donnera des biscuits aux antiprohibitionnistes dans la bataille pour l’interdiction du Lasix.

Une souche argentine. Serengeti Empress, achetée 70.000 $ (62.500 €) à Keeneland September, appartient à la deuxième génération d’Alternation (Distorted Humor), un gagnant de Gr2 qui officie à 10.000 $ (8.950 €) chez Pin Oak Stud, au Kentucky. La mère, Havisham (Bernardini), est inédite alors que la deuxième et la troisième mère, Love Dancing (Salt Lake) et Le Midi (Fitzcarraldo), ont gagné des Groupes en Argentine.