Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le mot de la fin - Gris

Le Mot de la Fin / 26.05.2019

Le mot de la fin - Gris

Chaque fois qu’un gris gagne un classique, le jeu consiste à chercher son ascendance française. En effet, la plupart du temps, il porte le sang de Kendor (Kenmare), Linamix (Mendez) et Kaldoun (Caro), les trois vecteurs français de la lignée de Grey Sovereign (Nasrullah). C’est le cas de Phoenix of Spain (Lope de Vega) qui, malgré son nom, a une ascendance totalement façonnée par le programme français. Son père, Lope de Vega (Prix du Jockey Club & Poule d'Essai des Poulains, Grs1), bien qu’officiant en Irlande, a fait carrière en France et il était issu d’une lignée maternelle bien établie dans notre pays depuis 1901. Mais ce n’est pas tout : le pedigree de Phoenix of Spain est constitué d’une succession de dix étalons ayant réalisé leur carrière sportive dans l’Hexagone – Lope de Vega, Key of Luck, Kaldoun, King of Macedon, Caracolero, Sanctus, Pan, Gris Perle, Aethelstan et La Farina – et c’est aussi le cas de sa souche maternelle qui a évolué en France de 1901 à 1990…

Cependant cette filiation française des chevaux gris n’est pas d’une totale fiabilité. Sur les 40 dernières années, seuls deux gris ont remporté les 2.000 Guinées d’Irlande (Gr1), et avant Phoenix of Spain – qui va faire la monte à l’Irish National Stud à la fin de carrière sportive – c’est Mastercraftsman (Danehill Dancer) qui avait apporté un peu de diversité chromatique dans le classique irlandais. Mais sa robe lui venait de son ancêtre l’américain Al Hattab (The Axe)… lequel ne portait pas le sang de Grey Sovereign !