Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Cette poulinière a donné plus de 50 poulains dans sa vie

Le Mot de la Fin / 22.05.2019

Cette poulinière a donné plus de 50 poulains dans sa vie

La jument de concours hippique Fragance de Chalus (Jalisco B) a disparu il y a quelques semaines, à l’âge de 26ans. Et elle est entrée dans le livre des records. Mais ce n’est pas pour ses qualités sportives qu’elle va marquer l’histoire du genre équin. C’est pour sa prolificité et la qualité de sa descendance. Jugez plutôt. Saillie pour la première fois à l’âge de 3ans, elle a donné naissance à plus de 50 poulains. Via ses filles et petites-filles, elle est déjà à l’origine de près de trois cents descendants, dont une quarantaine ayant évolué sur 1,50 m ou plus (c’est-à-dire qu’ils seraient black types s’ils étaient des galopeurs). Comment est-il possible d’obtenir une descendance aussi nombreuse en l’espace de deux décennies ? Tout simplement en recourant systématiquement et massivement à la technique du transfert d’embryon qui permet d’obtenir plusieurs produits d’une même poulinière chaque année. Son utilisation n’est pas sans conséquences et certains haras de chevaux de sport ont décidé de ne plus utiliser cette technologie qu’ils jugent délétère pour le psychisme des juments, mais également pour leur appareil reproducteur. Si la multiplication des descendants d’une très bonne jument fait assurément progresser le niveau génétique d’un élevage, on peut aussi se poser la question des conséquences de la surabondance d’offre sur le marché.