Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

PRIX VICOMTESSE VIGIER (Gr2) - Royal Ascot prépare toi, Called to the Bar arrive !

Courses / 26.05.2019

PRIX VICOMTESSE VIGIER (Gr2) - Royal Ascot prépare toi, Called to the Bar arrive !

PARISLONGCHAMP, DIMANCHE

Si le déroulement de ce Prix Vicomtesse Vigier (Gr2) a pu être déroutant, la victoire de Called to the Bar (Henrythenavigator) ne souffre d’aucune contestation. Le pensionnaire de Pia Brandt a gagné son ticket pour la Gold Cup dans un style impressionnant. Au point que les bookmakers ont fait fondre sa cote de 33 à 16/1.

Un déroulement particulier. En début de course, Holdthasigreen (Hurricane Cat) a dû un peu s’employer pour prendre la tête, alors que le futur lauréat se faisait oublier parmi les derniers. La course a donc évolué avec du rythme. Rapidement, le peloton s’est scindé en deux, puis en trois. À ce moment-là, les cartes ont été rebattues et Holdthasigreen, qui aime dominer, s’est retrouvé en cinquième position d’une course emmenée par Boulevard (Galileo), avec Funny Kid (Lemon Drop Kid) et Way to Paris (Champs Élysées) à ses trousses. Boulevard a fait illusion jusqu’à 300m de l’arrivée, au moment où une vague de chevaux l’a submergé, notamment Called to the Bar, qui est venu très facilement prendre le meilleur. Sans que Théo Bachelot ne lui demande beaucoup, ce dernier s’impose de trois longueurs devant Way to Paris. Call the Wind (Frankel) est troisième à une longueur et demie. Malkoboy (Rajsaman) termine quatrième devant Holdthasigreen, lequel n’a pas pu se montrer menaçant.

Sa meilleure valeur. Entraîneur du lauréat, Pia Brandt nous a dit : « Il a déjà été monté à l’arrière-garde à une occasion, l’année dernière. Ce dimanche, il avait un bon numéro et dans une course rythmée, son jockey l’a monté pour lui, sans s’occuper des autres. C’est certainement sa meilleure valeur. On sait que c’est un bon cheval, mais aujourd’hui, il fait vraiment un truc. Called to the Bar a le droit de prendre part à Gold Cup d’Ascot. En dernier lieu, il a été battu, se classant troisième du Prix de Barbeville, mais nous l’avions présenté trop frais et il avait fait trop d’effort durant le parcours. »

Tenir… et accélérer. À ce jour, c’est Vazirabad (Manduro), lors de sa victoire en 2018, qui détenait le record du Prix Vicomtesse Vigier, en 3’14’’46. Ce dimanche, en 3’12’’23, Called to the Bar fait donc beaucoup mieux. Dans la grande épreuve des stayers anglais, Vazirabad s’était classé deuxième de Stradivarius (Sea the Stars). Ces deux éléments laissent à penser que Called to the Bar a une véritable carte à jouer outre-Manche. Ce cheval de tenue – avec un papier imprégné d’une certaine vitesse – est capable de produire une véritable accélération, comme il l’a prouvé ce dimanche. Mais ce n’est pas son seul atout, Pia Brandt nous l’a expliqué : « Called to the Bar a vraiment confiance en lui et c’est très important dans une épreuve comme la Gold Cup. Il s’adapte à des trains de course très différents et peut changer de vitesse. Il a montré une vraie classe sur 2.400m, une distance sur laquelle il a gagné un Gr3 et où il s’est classé deuxième de Gr1. Il est capable de couvrir les 1.000 derniers mètres en une minute, ce qui n’est pas courant pour un stayer… » 

Du Vicomtesse Vigier à la Gold Cup. Un rapide coup d’œil au palmarès du Prix Vicomtesse Vigier laisse entrevoir une certaine réussite à Royal Ascot pour les lauréats de ce Gr2. Pia Brandt avait d’ailleurs suivi ce même chemin il y a quelques années : « À Royal Ascot, j’avais présenté Bathyrhon (Monsun). Il s’était classé cinquième après avoir remporté le Prix Vicomtesse Vigier. Mais il était un peu plus compliqué et moins expérimenté que Called to the Bar. » On peut aussi citer le cas de Vazirabad (2e de la Gold Cup), Brigantin (3e de la Gold Cup), Coastal Path (3e de la Gold Cup)… et Westerner (lauréat de l’édition délocalisée à York). Avant eux, Sagaro (2e du Vicomtesse Vigier) a remporté trois fois la plus grande course de tenue d’Europe.

Et le Weatherbys Hamilton Stayers Million ? Interrogé au sujet du challenge européen, Pia Brandt détaille : « Nous avons bien sûr cela dans un coin de la tête. Mais il faut déjà voir comment il peut se comporter à Royal Ascot. » Qualifiée de moribonde voici quelques années, la catégorie des stayers connaît un regain de qualité impressionnant, tant au niveau de la quantité que la qualité des partants. Et outre-Manche, Called to the Bar aura fort à faire face au champion et tenant du titre Stradivarius (Stradivarius), au lauréat de la Melbourne Cup (Gr1), Cross Counter (Teofilo), au petit nouveau de la spécialité Dee Ex Bee (Farhh) et à l’équipe de tenue de Ballydoyle. Le point commun de tous ces chevaux, c’est aussi qu’ils sont très bien nés. Et chez les stayers aussi, les belles histoires des petits papiers qui brillent à haut niveau sont de plus en plus rares. Pas plus de quatre ou cinq sur deux décennies dans le Vicomtesse Vigier et dans l’Ascot Gold Cup.

Way to Paris vers le Cadran. Le pensionnaire d’Andrea Marcialis est monté huit fois sur le podium au niveau Groupe… sans parvenir à s’imposer. Deuxième du Prix de Barbeville en dernier lieu, il s’affirme sur les longues distances, comme nous l’a expliqué son mentor : « Nous sommes encore battus ! Mais nous sommes contents du cheval : 3.000m, c'est une distance idéale pour lui. C'était une course bizarre, les concurrents sont allés un coup à droite, un coup à gauche, ce n'était pas simple. Nous n'irons pas à Ascot avec lui, car c'est un cheval particulier. Nous resterons plutôt en France, en courant peut-être une fois avant d'aller sur le Cadran. Il préfère également le terrain lourd. »  Freddy Head, l’entraîneur du troisième, nous a confié : « Ce fut une course un peu bizarre, avec beaucoup d'à-coups. Ils avançaient, ils n'avançaient plus... Call the Wind vient et continue jusqu'au bout, en restant un peu dans le même train. Peut-être qu'il a besoin d'une piste un peu plus souple, ou de plus de distance, plus de rythme... De plus, et c'est toujours la même problématique, il rendait deux kilos. Nous allons réfléchir à la suite de son programme. »

PEDIGREE WEATHERBYS : http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Called-to-the-Bar.pdf

Un fils de la bonne Perfect Hedge. Élevé par son propriétaire, Fair Salinia, Called to the Bar est un fils d’Henrythenavigator (Kingmambo). Après huit années de monte pour Coolmore, ce dernier officie désormais en Russie. S’il a lui-même été capable de tenir 2.000m – deuxième de la Breeders' Cup Classic – la plupart de ses meilleurs produits n’ont pas dépassé le mile (Cristoforo Colombo, Sudirman, George Vancouver, Pedro the Great…).

La mère de Called to the Bar, Perfect Hedge (Unfuwain), a remporté le Prix Pénélope (Gr3) et s’est classée troisième du Prix Saint-Alary (Gr1) et du Prix Niel (Gr2). Trois de ses six produits sont black types. Elle est en effet également à l’origine de Defrost my Heart (Fastnet Rock), qui compte une deuxième place dans le Prix Madame Jean Couturié (L), mais également Stand my Ground (Cape Cross) lequel est monté sur le podium des Doncaster Mile Stakes, du Prix Altipan et du Prix Tantième (Ls).

La deuxième mère a donné cinq black types, dont I’m your Man (Cape Cross), gagnant de l’Epsom Handicap (Gr1, 1.600m) en Australie, et Ragazza Mio (Generous), laquelle s’est classée deuxième du Prix Petite Étoile (L) avant de produire Gosh (Peintre Célèbre), troisième du Prix Minerve (Gr3), et Astonished (Reliable Man), lauréat de maiden ce dimanche à ParisLongchamp. La troisième mère n’est autre qu’Alexandrie (Val de l’Orne), la mère de Poliglote (Sadler’s Wells). Il s’agit d’une grande famille Wertheimer, celle d’Américaine (Cambremont).

 

 

 

Mr Prospector

 

 

Kingmambo

 

 

 

 

Miesque

 

Henrythenavigator

 

 

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

Sequoyah

 

 

 

 

Brigid

CALLED TO THE BAR (H5)

 

 

 

 

 

 

Northern Dancer

 

 

Unfuwain

 

 

 

 

Height of Fashion

 

Perfect Hedge

 

 

 

 

 

Arazi

 

 

Via Saleria

 

 

 

 

Alexandrie


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 2’13’’11

1.000m à 600m : 24’’20

600m à 400m : 11’’89

400m à 200m : 11’’24

200m à l’arrivée : 11’’79

Temps total : 3’12’’23