Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

SAXON WARRIOR COOLMORE PRIX SAINT-ALARY (GR1) - Tous les rêves sont encore permis avec Siyarafina **

Courses / 26.05.2019

SAXON WARRIOR COOLMORE PRIX SAINT-ALARY (GR1) - Tous les rêves sont encore permis avec Siyarafina **

PARISLONGCHAMP, DIMANCHE

On attendait Siyarafina ** (Pivotal) dans le Saxon Warrior Coolmore Prix Saint-Alary (Gr1)… Et la pouliche de Son Altesse le prince Aga Khan n’a pas déçu, sans être pour autant aussi enthousiasmante dans son accélération que lors de ses premières sorties. La gourmandise est un vilain défaut et peut-être sommes-nous trop gourmands envers Siyarafina : c’était un premier essai dans un Gr1 ce dimanche et une première tentative sur 2.000m ! Que demander de plus que cette victoire ? Siyarafina confirme qu’elle est bien la nouvelle princesse de la casaque princière. Elle est gagnante de Gr1 pour sa troisième sortie seulement, en restant invaincue… Et tous les espoirs, tous les rêves, restent permis avec elle. Prochaine étape : le Prix de Diane (Gr1). Si tout va bien.

Siyarafina a eu un bon parcours, à mi-peloton. La pouliche a été un peu tendue car Imperial Charm (Dubawi) menait à un rythme peu soutenu, après avoir dû faire un effort pour prendre la tête au départ avec le onze sur onze dans les stalles. À l’entrée de la ligne droite, Siyarafina paraissait aller au-dessus du lot, même si on sait que la position de Christophe Soumillon peut parfois être trompeuse. Le jockey a dû demander l’effort à sa partenaire et elle a répondu, sans un coup de cravache, pour s’imposer d’une longueur devant Olendon (Le Havre), bonne finisseuse. Imperial Charm conserve la troisième place à une demi-longueur.

Le Diane… si tout va bien. Il y avait beaucoup d’attente autour de Siyarafina mais aussi des interrogations. La pouliche avait dû faire l’impasse sur The Emirates Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) suite à un travail moyen, certainement dû à des chaleurs, et son entraîneur n’a pas souhaité la courir sur une piste très assouplie avec toutes ces interrogations. Ce dimanche, elle montre qu’elle était bien la meilleure.

Alain de Royer Dupré nous a dit, après avoir longuement regardé les jambes de sa pouliche : « Elle gagne mais j’en attendais un peu plus. Cependant, c’est la première fois qu’elle abordait la distance. Elles ne sont pas allées vite et elle était un peu tendue. Sa précédente sortie remonte à quatre semaines. Mais elle montre qu’elle tient la distance. Je l’ai trouvée un peu moins fluide dans sa manière de galoper : elle a une petite atteinte à un postérieur, elle s’est peut-être donné un coup. La pouliche me paraissait prête mais elle l’était peut-être moins que ce que je pensais : il y a eu du moins bien le matin, puis elle est bien revenue, mais sa dernière course remonte aussi à quatre semaines. Or, plus vous allongez la distance, plus cela demande de la condition. Elle souffle… Mais elle est toujours ainsi, même après un canter. La belle, c’est dans trois semaines, dans le Prix de Diane. Le temps entre les deux courses est idéal. Si tout va bien, elle sera au départ. »

Pas à 100 %. Christophe Soumillon, jockey de Siyarafina, a commenté : « Elle n'a pas mis le deuxième coup de rein qu'elle avait donné auparavant. Elle est un peu moins fluide, plus nerveuse. Elle travaillait mieux depuis quelques jours, mais elle est loin d'être à 100 %. Elle souffle aussi beaucoup, comme une pouliche qui manque de cela. Mais bon, ce n'était qu'une préparatoire, elle est invaincue en trois sorties : cela laisse de grands espoirs ! »

Chez les bookmakers, Siyarafina est la deuxième favorite du Prix de Diane. La favorite n’est autre qu’Hermosa (Galileo), gagnante des 1.000 Guinées de Newmarket et, ce dimanche, des 1.000 Guinées d’Irlande (Gr1). Si Hermosa venait à faire le déplacement en France, le duel serait très intéressant : leurs limites sont inconnues et Hermosa – qui n’a jamais couru sur plus long que 1.600m – est une pouliche extrêmement dure. Notons que le Racing Post, dans ses ratings, a donné un 117 à Hermosa ce dimanche et un 110 à Siyarafina dans ce Prix Saint-Alary.

Le retour de la casaque Aga Khan. Les couleurs de Son Altesse l’Aga Khan ont vécu des années assez compliquées récemment, même si des éléments comme Vazirabad (Manduro) ou Zarak ** (Dubawi) ont réussi à leur offrir des victoires de Gr1. Sauf en 2018, malgré la troisième place de Zarkamiya ** (Frankel) dans le Qatar Prix Vermeille (Gr1) et la deuxième place de Vazirabad dans la Gold Cup d’Ascot (Gr1). Il y a un véritable attachement populaire autour de ces couleurs historiques et voir une Siyarafina s’imposer en espoir classique déclenche un enthousiasme certain. Ce dimanche, la casaque a signé un doublé puisque Zarkallani (Invincible Spirit), fils de Zarkava ** (Zamindar), a laissé une belle impression en ouvrant son palmarès pour sa troisième sortie, et pour son premier essai sur 2.000m. Ce n’est "qu’un" maiden, mais c’est une victoire importante pour un poulain si bien né.

Manager des Aga Khan Studs en France, Georges Rimaud, a commenté : « Ce sont des victoires importantes et nos deux représentants étaient au rendez-vous aujourd’hui. L’an dernier, cela a été une année compliquée mais aujourd’hui, nous voyons que la continuité de l’élevage reste forte. Siyarafina rassure tout le monde. Nous avons de gros espoirs avec elle, ainsi qu’avec d’autres pouliches, même s’il est vraisemblable qu’elle soit notre seule représentante au départ du Diane. Elle a l’air de tenir : Chantilly est malgré tout un autre parcours, avec 100m de plus. Mais l’entraîneur connaît la musique ! »

L’an dernier, la belle Laurens avait réussi le doublé Saint-Alary & Diane, elle qui est une fille de l’étalon des Aga Khan Studs Siyouni ** (Pivotal)… Lequel est l’oncle de Siyarafina ! Siyarafina, contrairement à ce que son nom pourrait indiquer, n’est pas une parente de Sarafina ** (Refuse to Bend), mais elle aussi a réalisé le doublé dans ces deux Grs1 en 2010 et il aura fallu attendre Laurens pour que le doublé soit de nouveau réalisé. Comme des signes du destin…

Olendon bonne deuxième. Lauréate du Prix Finlande (L), Olendon franchissait plusieurs échelons d’un coup ce dimanche. La représentante de Gérard Augustin-Normand entraînée par Pascal Bary est bonne deuxième, finissant bien. Elle a gagné son ticket pour le Prix de Diane, même si rien n’est encore décidé.

Pascal Bary nous a dit : « Je ne suis pas surpris de ce résultat et je suis très content. Elle est irréprochable depuis le début de l'année et je m'attendais à ce qu'elle courre très bien. C'était la première fois qu'elle abordait la distance. C'est une pouliche qui est facile à monter, même si son jockey l'a trouvée un petit peu allante en partant. Il aurait aimé qu'il y ait un peu plus de rythme au début, mais elle avait bonne action et s'en est très bien tirée. Elle est engagée dans le Prix de Diane, mais nous avons encore trois semaines pour décider si elle le courra ou non. »

Peut-être un peu de repos pour Imperial Charm. Imperial Charm courait rapproché puisqu’elle restait sur une quatrième place dans The Emirates Poule d’Essai des Pouliches. La pensionnaire de Simon Crisford s’est très bien défendue ce dimanche, après avoir mené à son rythme, mais elle a manqué d’un peu de vitesse pour finir. Imperial Charm pourrait désormais bénéficier d’un peu de repos, comme nous l’a dit son entraîneur : « Aujourd'hui, elle a réalisé une très bonne performance, nous sommes vraiment contents d'elle. En dernier lieu, elle avait perdu un fer. C'est sûrement une raison pour laquelle elle n'avait pas figuré plus haut dans le classement. Nous aurions préféré un terrain un petit peu plus souple. Elle fait vraiment une belle valeur aujourd'hui. Nous n'avons pas d'idée pour la suite de son programme pour le moment, mais il est possible qu’elle prenne un peu de repos. »

PEDIGREE WEATHERBYS : http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Siyarafina-1.pdf

Le croisement de Siyouni. Élevée par son propriétaire, Siyarafina est une fille de Pivotal (Polar Falcon), étalon à Cheveley Park Stud, et de Siyenica ** (Azamour), lauréate du Prix Bagatelle (L) et troisième des Prix Daniel Wildenstein (Gr2) et de Lieurey (Gr3), dont elle est le deuxième produit. C’est la sœur de Sinnari (Oasis Dream), gagnant de trois courses et pris en valeur 41,5. Siyenica a une 2ans par Invincible Spirit nommée Syrdarya, à l’entraînement chez Alain de Royer Dupré. Elle a un yearling par Golden Horn et n’est pas suitée. Elle est pleine d’Almanzor.

La deuxième mère, Sichilla (Danehill), a remporté le Prix Amandine (L). Outre Siyenica, elle a donné trois black types : l’étalon du haras de Bonneval Siyouni (Pivotal), vainqueur du Prix Jean-Luc Lagardère, deuxième des Prix Jean Prat (Gr1), Robert Papin (Gr2), de Fontainebleau et La Rochette (Grs3) et troisième du Prix du Moulin de Longchamp (Gr1), Siyouma (Medicean), gagnante des E.P. Taylor Stakes et des Sun Chariot Stakes (Grs1) et troisième des Falmouth Stakes (Gr1) et du Prix Corrida (Gr2), et poulinière au Japon, et Sayana (Galileo), lauréate du Prix Maurice Zilber - Fonds Européen de l’Élevage (L) et deuxième des Princess Elizabeth Stakes et du Prix Bertrand de Tarragon (Grs3). Sous la troisième mère de Siyarafina, on retrouve notamment l’étalon Slickly (Linamix), multiple gagnant au plus haut niveau.

 

 

 

Nureyev

 

 

Polar Falcon

 

 

 

 

Marie d’Argonne

 

Pivotal

 

 

 

 

 

Cozzene

 

 

Fearless Revival

 

 

 

 

Stufida

SIYARAFINA ** (F3)

 

 

 

 

 

 

Night Shift

 

 

Azamour

 

 

 

 

Asmara

 

Siyenica

 

 

 

 

 

Danehill

 

 

Sichilla

 

 

 

 

Slipstream Queen


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 1’06’’65

De 1.000m à 600m : 24’’58

De 600m à 400m : 11’’95

De 400m à 200m : 11’’36

De 200m à l’arrivée : 11’’84

Temps total : 2’06’’48