Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

TRIBUNE LIBRE - Maisons-Laffitte : des raisons d’espérer…

Autres informations / 18.05.2019

TRIBUNE LIBRE - Maisons-Laffitte : des raisons d’espérer…

Par Patrick Fellous, président de l’Association Île-de-France, Nord et Haute Normandie du Syndicat des propriétaires.

« Après l’immense déception des amoureux des courses consécutive à l’annonce par France Galop de la fermeture de l’hippodrome, puis la longue période où le doute et l’espoir se sont succédé, le projet de reprise de la totalité des réunions sous la responsabilité d’une société de courses indépendante pourrait devenir réalité.

Au début de la semaine prochaine sera présenté par le maire et son équipe un projet à l’état-major de France Galop.

Après le nécessaire accord des ministères de tutelle, la validation du dossier par France Galop est une étape décisive. Notre société mère attend les propositions, semble-t-il, avec une certaine bienveillance. À vous de jouer, monsieur Myard. Les pouvoirs publics et France Galop sont à votre écoute.

L’analyse des charges et des recettes potentielles montrait un certain équilibre financier initial pour cette nouvelle société de courses. Concernant le fonctionnement de l’hippodrome et le déroulement des 24 réunions, tout le monde reconnaît désormais que l’intéressement versé aux sociétés organisant des réunions premium (1,4 M€ environ pour les 24 réunions) peut couvrir les premiers frais de fonctionnement. Sous l’égide discrète et efficace de la municipalité, un complément sans doute en provenance de la région Île-de-France semble acquis au maire, Jacques Myard, qui par ailleurs pourra affecter tout (0,5 M€) ou partie de la taxe, dont il est l’instigateur, sur les enjeux du PMU au budget de la nouvelle société. Tout ceci amènerait un financement dépassant les 2 M€.

Cependant, pour assurer la pérennité de l’activité, et plus particulièrement celle de son financement, exigence que France Galop demandera pour donner son aval au projet de reprise, il faudra aller plus loin et trouver un complément et une assurance de recettes sur le long terme.

L’équipe municipale de Jacques Myard a travaillé en ce sens et un projet immobilier pérenne devrait pouvoir venir garantir l’équilibre budgétaire sur ce long terme.

Si ce projet, dont nous ne connaissons pas encore les détails, était validé par France Galop, l’annonce officielle de la poursuite de l’activité de l’hippodrome pourrait intervenir prochainement. Gageons qu’elle sera le début d’une nouvelle ère pour celui dont l’histoire est intimement liée à celle des courses hippiques.

Il faudra ensuite passer à la phase opérationnelle et désigner l’équipe qui assurera au quotidien la vie de la nouvelle structure. Souhaitons que la municipalité et les associations locales qui ont lutté chacune de leur côté pour la survie de cet hippodrome sauront travailler de concert pour transformer cette renaissance en réussite de chaque jour de courses.

Toutefois, que l’espoir d’un succès, pour l’instant hypothétique, ne nous fasse pas relâcher notre action, qui devra aussi se tourner vers le centre d’entraînement pour en perpétuer la survie. Mais… à chaque jour sa tâche. »