BELMONT GOLD CUP (GR2) - Amade, une Cup qui en appelle d’autres

International / 08.06.2019

BELMONT GOLD CUP (GR2) - Amade, une Cup qui en appelle d’autres

BELMONT PARK (US), VENDREDI

Jamais aussi forte depuis des années, la ligue des stayers s’est trouvé un nouveau joueur de haut niveau. Il s’agit du français Amade (Casamento), qui a décroché ce vendredi sa Cup. La Belmont Gold Cup (Gr2) n’a pas le même prestige que celle d’Ascot, la Champion League de la spécialité, mais elle a le mérite d’offrir une allocation supérieure à celles d’autres Grs1. Et surtout, elle ouvre bon nombre de portes, ce qui est primordial pour un cheval qui ne cesse de progresser. Le déplacement américain constituait un test décisif pour le pensionnaire d’Alessandro Botti et il l’a passé avec les honneurs. Flavien Prat l’a positionné en queue du petit peloton, mené à un train de sénateur par l’anglais Mootasadir (Dansili). Amade, qui apprécie cela, a entamé sa progression en quatrième épaisseur dans le tournant. Il est toujours assez difficile de refaire du terrain dans une course sans train (2’09”44 les premiers 2.000m), mais le représentant d’OTI Racing, de Laurent Dassault et d’Élisa Berte a mené sa tâche à bien. Il est venu facilement sur la ligne de tête et, après avoir penché sur sa droite un instant, il a placé une seconde accélération pour dominer d’une encolure le favori, Arklow (Arch), qui avait trouvé un passage à la corde. Son pilote, Flavien Prat, a déclaré : « Il a eu un parcours limpide et a trouvé des ressources quand Arklow a prononcé son effort. Il a un peu penché et je l’ai laissé faire. Mais quand j’ai lui demandé d’accélérer, il a bien répondu. »

Une fête à l’italienne. Alessandro Botti, sa famille et son équipe ont fêté à l’italienne une victoire que le professionnel qualifie de "plus belle de sa carrière". Il a déclaré : « Je ne suis pas encore parvenu à gagner un Groupe en France, alors que j’en ai remporté en Italie et aussi à Newmarket, avec Bubble Chic (Chichicastenango). Un succès dans un hippodrome historique comme Belmont Park compte beaucoup. Je n’ai jamais été aussi confiant avant une course ; déjà, au rond, j’avais la sensation de me trouver au bon endroit, au bon moment. J’ai été impressionné par deux choses : la calme du cheval avant la course, car l’ambiance aux États-Unis est très différente, et le second coup de reins qu’il a placé. Il avait encore du gaz. »

Tous les feux sont au vert. Amade avait fait le déplacement avec le regard déjà tourné vers Melbourne. Il a réussi son test, comme son entraîneur nous l’a confié : « Il a battu à la régulière un placé de Gr1 comme Arklow, en bonne forme, et c’est un élément important. Je savais qu’il était aussi efficace sur le gazon que sur la P.S.F. et il l’a confirmé. Il lui faut juste du bon terrain. Si on pense à la Melbourne Cup, Amade m’a apporté deux autres réponses qui corroborent l’idée du déplacement. En premier lieu, il possède la tenue, les 3.200m ne sont pas un souci, et surtout il est capable d’accélérer. J’avais discuté de la Melbourne Cup avec Lanfranco Dettori et il m’a dit qu’il faut un cheval avec une grande vitesse de base, puisque la course se joue sur un long démarrage. Amade a démontré qu’il a le profil pour rêver d’Australie. »

Une peu de vacances bien méritées. Il reste à choisir le chemin pour y arriver. Alessandro Botti nous a expliqué : « Il va rentrer à Chantilly et je pense lui accorder un peu de vacances, il les a méritées. Il est sous pression depuis décembre, il a voyagé et il a progressé course après course. Ce premier succès de Groupe nous donne de la confiance et, pour aller en Australie avec des prétentions, il faut lui donner un peu de fraîcheur. Je discuterai avec les propriétaires de la possibilité de le faire courir une ou deux fois avant la Melbourne Cup. Il faudra qu’il soit au top en novembre. »

Deux tours chez Arqana. Amade est passé deux fois sur le ring d’Arqana. La première à 2ans quand, présenté par The Channel Consignment, il a été acheté 50.000 € par Meridian International, et la deuxième en novembre dernier, quand son entraîneur l’a conservé avec une enchère à 34.000 €. Au moment de son second passage, il avait gagné quatre courses et décroché une valeur 39. Depuis son achat, il a engrangé 271.000 € de gains.