Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Royal Ascot côté élevage : sept informations à retenir !

Courses / 24.06.2019

Royal Ascot côté élevage : sept informations à retenir !

Par Franco Raimondi

Royal Ascot est un grand meeting, et pas seulement sur le plan sportif. Ses résultats pèsent aussi énormément sur le marché des étalons. L’impact ne sera pas immédiat car les éleveurs ont déjà fait leur choix pour cette année. Mais dans quelques mois, au moment des croisements, les bonnes performances durant le meeting s’avèreront importantes, autant que les classiques.

Bated Breath, un invité surprise chez les grands

Quatre étalons ont donné trois gagnants. Rien de surprenant pour Galileo (Sadler’s Wells), son demi-frère, Sea the Stars (Cape Cross), et Shamardal (Giant’s Causeway), fort de quatre victoires car Blue Point a réussi le doublé dans les Grs1 pour sprinters. En revanche, on n’attendait pas Bated Breath (Dansili) à pareille fête. Lundi, avant le meeting, je discutais de lui avec une amie : « C’est un bon étalon, mais il lui manque un vrai cheval capable de le booster sur le marché. Et souvent les éleveurs condamnent vite un étalon. » Avant ce meeting de Royal Ascot, Bated Breath avait donné 25 produits black types sur 423 foals en âge de courir, y compris 100 sujets de 2ans. La pouliche Daahyeh, gagnante des Albany Stakes, Space Traveller qui a remporté les Jersey Stakes (Grs3), et Biometric, lauréat des Britannia Stakes, un handicap pour lequel il faut avoir un 3ans de niveau Groupe pour l’emporter, se sont ajoutés à cette liste. Et ce dimanche à Santa Anita, Simply Breathless a couronné la belle semaine de Bated Breath en remportant les Wilshire Stakes (Gr3). Trois gagnants de Groupe, flambant neufs, en trois jours, c’est un véritable exploit pour un étalon qui officie à 10.000 £.

Gleneagles brille parmi les étalons de première production

Royal Ascot constitue un test pour les étalons de première production. Comme l’année dernière, l’un d’entre eux a enregistré un gagnant, même si les Windsor Castle Stakes (L) de Southern Hills (Gleneagles) n’ont pas la même envergure que les Coventry Stakes (Gr2) 2018 remportés par Calyx (Kingman). La compétition entre les jeunes étalons s’annonce très rude cette année. Cinq first crop sires ont déjà donné un gagnant black type. Parmi eux, deux sont australiens : Sidestep (Exceed and Excel) et Brazen Beau (I Am Invincible). Les autres sont Outstrip (Exceel and Excel), Due Diligence (War Front) et donc Gleneagles (Galileo).

Blue Point et la vague Shamardal

La vague Shamardal a frappé fort. Blue Point a été le joyau du grand étalon Darley. Mais Pinatubo, en attendant la publication des ratings officiels, a fait forte impression dans les Chesham Stakes (L). D’après le Racing Post, le meilleur 2ans du meeting est Arizona (No Nay Never), lauréat des Coventry avec à la clé un rating de 110. Pinatubo arrive juste derrière avec son 108. Les 2ans sont la première génération conçue par Shamardal en tant qu’étalon privé à disposition de la famille Maktoum et de quelques amis. Le record de 67 gagnants de Groupe est impressionnant pour un étalon qui n’a jamais dépassé un tarif de 70.000 €.

Crystal Ocean, un Gr1 qui change tout

Le doublé de Blue Point a été le temps fort du meeting. Les éleveurs qui le considéraient comme un étalon accessible seront déçus, car son tarif va changer… Les courses de Royal Ascot font des étalons pour tous les budgets. Le succès dans les Prince of Wales’s Stakes a changé la donne pour Crystal Ocean (Sea the Stars). Il avait atteint un rating de 129 l’année dernière, baissé en fin de saison à 125. Mais en l’absence d’un Gr1 à son palmarès, il était difficile à positionner sur le marché. Il l’a gagné, et qui plus est sur 2.000m. Circus Maximus (Galileo) est devenu étalon grâce à sa victoire dans les St James’s Palace Stakes (Gr1), son tarif sera fixé en fonction de sa fin de saison. Advertise (Showcasing) s’était déjà assuré sa place d’étalon en remportant l’an passé les Phoenix Stakes, mais son succès dans la Commonwealth Cup (Grs1) a fait monter sa valeur.

Olympic Glory et ses demoiselles

Quatre étalons avec deux générations en piste ont eu un gagnant de Groupe à Royal Ascot. C’est à No Nay Never (Scat Daddy), tête de liste des first crop sires, dont le tarif est passé de 25.000 € à 100.000 €, que l’on doit Arizona. Kingman (Invincible Spirit), père de Sangarius, lauréat des Hampton Court Stakes (Gr3), n’avait pas besoin de ça pour booster sa valeur (75.000 £) après les succès de Persian King **. Les cas de Slade Power (Dutch Art) et Olympic Glory (Choisir) sont bien différents. Le sprinter qui officie chez Darley avait vu son tarif baisser de 20.000 € à 7.500 €. L’année dernière, il avait donné seize gagnants de 2ans mais pas un seul lauréat black type. Le succès de Raffle Prize dans les Queen Mary (Gr2) va augmenter sa popularité. Olympic Glory (Choisir), malgré ses 21 gagnants de 2ans, dont une black type, a vu son tarif chuter de 12.000 € à 8.000 €. Watch Me lui a donné un premier succès de Gr1, cinq jours après la troisième place de Grand Glory dans le Prix de Diane. Les insatisfaits vous diront qu’il ne produit que des femelles…

Le problème de la quatrième saison

Les modes sont difficiles à expliquer. Sea the Stars a eu trois gagnants de Groupe. Crystal Ocean et le double gagnant de la Gold Cup, Stradivarius, appartiennent à sa quatrième génération, la plus difficile pour un étalon. Le crack de madame Tsui avait, d’après les données de Global Sire, 69 produits nés en 2014, issus de saillies à 85.000 €. Son prix est monté à 125.000 € en 2015, quand a été conçue Star Catcher, lauréate des Ribblesdale Stakes (Gr2). La génération de 3ans est la plus nombreuse parmi celles en âge de courir, avec 127 produits.

Frankel, père de marathoniens

Un autre crack, Frankel (Galileo), a connu la même histoire. Sa quatrième génération, celle des 2ans, est plutôt maigre avec 81 juniors alors que ses 3ans sont au nombre de 80. L’année dernière, il avait enregistré trois gagnants et sept placés à Royal Ascot, dont le lauréat des St James’s Palace Stakes Without Parole. Cette année, ses produits ont gagné deux handicaps. Baghdad, qui avait remporté à 3ans les King George V, s’est imposé dans les Duke of Edinburgh, le handicap pour les chevaux d’âge sur la même distance (2.400m) avec un rating en hausse de 14 livres. Ce qui est encore plus surprenant, c’est le succès de The Grand Visir dans les Ascot Stakes, le handicap marathon sur 4.000m. Il n’est pas le premier lauréat de Frankel sur une telle distance car Call the Wind a remporté le Prix du Cadran, et le 4ans Master of Reality a décroché la troisième place dans la Gold Cup (Gr1). Les Frankel tiennent davantage que papa : quatre parmi ses sept lauréats de Gr1 se sont imposés sur 2.400m ou plus.