Le mot de la fin - Élevage

Le Mot de la Fin / 07.06.2019

Le mot de la fin - Élevage

Le mot de la fin : Élevage

À ce stade de la saison, 34 Groupes ont été courus dans l’Hexagone en plat. Avec 30 succès, l’entraînement français réédite son score de 2016 et de 2017, faisant mieux qu’en 2018 (26 Groupes) et qu’en 2017 (29 Groupes). André Fabre brille tout particulièrement : avec 13 Groupes depuis le début de l’année en France – 38 % du total – il réalise son meilleur départ depuis 2015.

Pourtant, en ce début de mois de juin, l’étude du palmarès des meilleures épreuves françaises met aussi et surtout en avant les bonnes performances des chevaux nés et élevés en France, qu’ils soient "FR" (12 lauréats de Groupe) ou assimilés (11 gagnants). Au total, ils ont donc remporté 23 des 34 Groupes programmés depuis le lancement de la saison, dont The Emirates Poule d’Essai des Poulains (Persian King) et le QIPCO Prix du Jockey Club (Sottsass). C’est 2 de mieux que les années précédentes (20 lauréats en 2017 et 2018). La palme revient à l’élevage Wertheimer avec déjà 5 Groupes en 2019 : Slalom (Prix Noailles, Gr3), Shot (Prix de Guiche, Gr3), Plumatic (Prix Muguet, Gr2), Platane (Prix Vanteaux, Gr3) et Shaman (Prix la Force, Gr3). Cette surperformance des chevaux issus de l’élevage français dans les Groupes est remarquable, mais si elle se poursuit jusqu’à la fin de l’année, elle aura aussi pour conséquence de réduire le versement qui viendra compléter la prime propriétaire lorsque l’année 2019 sera terminée.