Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

PRIX PAUL DE MOUSSAC (GR3) - Azano prend rendez-vous avec le Jean Prat

Courses / 16.06.2019

PRIX PAUL DE MOUSSAC (GR3) - Azano prend rendez-vous avec le Jean Prat

PRIX PAUL DE MOUSSAC (GR3)

Azano prend rendez-vous avec le Jean Prat

Azano (Oasis Dream), entraîné par John Gosden, s’est montré courageux pour remporter ce Prix Paul de Moussac (Gr3). Le représentant de Martin et Lee Taylor a devancé Pizzicato (Dabirsim) d’une longueur, lequel a laissé Admiral Rous (Henrythenavigator) à trois quarts de longueur, troisième.

Un poulain dur et en pleins progrès. Vite au côté de l’animateur, Anodor (Anodin), Azano a pris l’avantage à environ 300m du but. Il a su contrer les attaques de ses adversaires pour conserver le meilleur. Thady Gosden, fils et assistant de l’entraîneur d’Azano, John Gosden, a commenté cette victoire : « Ils sont partis assez vite, mais son jockey a pris la bonne décision de ne pas les suivre tout de suite, pour le laisser dans son rythme. Une fois sur la partie plate de la piste, le cheval a vraiment pu accélérer. Ce sont les propriétaires qui ont décidé de venir courir cette course aujourd’hui. Le Prix Jean Prat est une possibilité, mais nous allons parler avec eux pour la suite. Nous ne nous attendions pas forcément à gagner aujourd’hui, mais c’est un poulain qui ne cesse de progresser. »

Il aime la piste de Chantilly. Azano n’avait pu s’illustrer dans les 2.000 Guinées (Gr1). Il restait sur une deuxième place à une encolure du vainqueur dans les King Charles II Stakes (L, 1.400m). Son jockey, Robert Havlin a expliqué : « Le poulain n’avait pas aimé le profil de Newmarket, où il venait de courir à deux reprises. Il était plus à l’aise aujourd’hui. Il a beaucoup de vitesse de base, mais pas de vraie pointe de vitesse. C’est pour cette raison que j’ai attaqué de bonne heure. Il a fait preuve de courage et progresse à chacune de ses sorties. Il pourrait revenir en France pour courir le Prix Jean Prat (Gr1). »

Des propriétaires comblés. Les propriétaires d’Azano étaient présents à Chantilly à cette occasion. Cette victoire est d’autant plus importante qu’ils l’ont élevé, et possèdent donc sa mère. Martin Taylor, l’un des deux propriétaires et éleveurs du poulain, nous a confié : « Nous l’avons élevé. Il a un frère par Sea the Stars à la maison. C’est important pour la mère de gagner une course black type. Nous aurions pu aller sur les Jersey Stakes à Ascot la semaine prochaine, mais j’ai pensé qu’il serait sûrement plus facile de gagner ici. C’est pourquoi nous avons décidé de venir en France. Nous avions tout de même un point d’interrogation sur la distance, car la seule fois qu’il a couru sur le mile, c’était dans les Guinées. Mais sur un parcours avec tournant, cela l’a certainement aidé. C’est la première fois que nous venons en France et sûrement la meilleure chose que nous ayons décidée !

Nous devrons parler avec l’entraîneur, mais le Jean Prat est un objectif évident. En ligne droite à Deauville, il préfère que le terrain soit un peu souple, nous pensons que c’est la course parfaite pour lui. Si John Gosden est d’accord et qu’il rentre bien de cette course, nous irons sûrement à Deauville dans trois semaines. »

Pizzicato confirme. Encore loin dans le tournant, Pizzicato s’est rapproché en pleine piste au poteau des 300m. Il a bien fini pour venir prendre une bonne deuxième place à ce niveau. Fabrice Chappet, son entraîneur, nous a dit : « Le cheval court extra. Il est tombé sur un os. Il confirme qu’il est capable de bien faire sur des distances allant de 1.200m à 1.400m. Il n’avait pas couru depuis Lingfield mais avait du travail. Nous allons réfléchir quant à la suite, nous avons le temps. »

Admiral Rous vers le Jean Prat. Admiral Rous a voyagé à l’arrière du peloton et s’est annoncé en pleine piste dans la phase finale. Il a suivi Pizzicato dans son accélération sans pour autant l’inquiéter. Il devance d’une tête Melicertes (Poet’s Voice), qui conclut bien. Eoghan O’Neill, l’entraîneur d’Admiral Rous, a expliqué : « Je suis très content, il court super bien. Avant le coup, j’aurais signé pour être troisième. Il a très bien fini à l’issue d’un parcours à l’arrière-garde. Son jockey m’a dit qu’il flottait un peu sur ce terrain-là. C’est un cheval qui préfère les pistes moins souples. C’est un amateur de bon terrain. Il a bien progressé. Nous allons l’emmener vers le Prix Jean Prat (Gr1): il sera mieux sur 1.400m, car il a beaucoup de vitesse. » Il restait sur une victoire en terrain très souple, dans le Prix Verso II (Classe 1, 1.600m) à Saint-Cloud mi-mai et monte de catégorie ici avec brio.

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/AZANO.pdf

La famille d’Azamour et d’Astarabad. Élevé par les frères Martin et Lee Taylor (Elysian Bloodstock), Azano est un fils de l’inoxydable Oasis Dream (Green Desert) qui décroche, à l’âge de 19ans, son 56e gagnant de Groupe. Sa mère, Azanara (Hurricane Run), a couru trois fois sans succès. Azano est son premier produit vu en piste après avoir été retiré à Tattersalls. Martin Taylor, éleveur d’Azano, a expliqué : « John Gosden a un propre frère sous les couleurs de Godolphin que nous avons vendu en décembre à Tattersalls l’an dernier. Nous avions une pouliche par Frankel, mais nous l’avons perdue à cause d’un virus au moment de Noël. Mais la mère a un foal par Sea the Stars qui est splendide et elle est pleine de Kingman. Nous l’avons achetée yearling à Arqana à Deauville. C’est une super jument issue d’une jument d’une belle famille Aga Khan. Elle a eu six produits. Nous avons quatre juments que nous avons achetées en Irlande, pour le moment. » John Ferguson a acquis son propre frère pour 600.000 Gns sur le même ring, alors qu’il était yearling mais il n’a jamais été vu en piste.

La deuxième mère, Anaza (Darshaan), a remporté le Prix Herbager (Listed) et elle est à l’origine – en première ou en deuxième génération – de pas moins de seize black types. Cette jument issue des Aga Khan Studs est en effet à l’origine du très allant Astarabad (Alleged), lauréat des Prix Ganay (Gr1) et d’Harcourt (Gr2), mais également troisième du Prix du Jockey Club (Gr1) de Peintre Célèbre (Nureyev). Astarabad est ensuite devenu un bon père de sauteurs au haras de la Croix Sonnet. Il s’agit également la famille d’Azamour (Night Shift), meilleur cheval de la saison européenne 2005, qui est notamment lauréat des Irish Champion Stakes, des King George VI & Queen Elizabeth Stakes, des Prince of Wales’s Stakes et des St James’s Palace Stakes (Grs1).

Danzig

Green Desert

Foreign Courier

Oasis Dream

Dancing Brave

Hope

Bahamian

AZANO (M3)

Montjeu

Hurricane Run

Hold On

Azanara

Darshaan

Anaza

Azaarika

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 35’’62

1.000m à 600m : 23’’66

600m à 400m : 12’’02

400m à 200m : 12’’06

200m à l’arrivée : 12’’65

Temps total : 1’36’’01